« mars 2006 | Accueil | mai 2006 »

14 posts from avril 2006

dimanche 30 avril 2006

N'ayez plus peur de votre cocotte minute !

Cocotte_minute_vue_1

En discutant avec mes amies et mes sœurs, je me suis rendue compte qu’elles sont un certain nombre à ne jamais avoir osé utiliser une cocotte minute (voir note).

Ce qui ressort de ces discussions : "j’ai peur que ma cocotte explose, j’ai peur que les aliments brûlent à l’intérieur sans que je le remarque, je ne sais pas combien de temps faire cuire les choses, etc".

J’ai toujours vu mes parents utiliser une cocotte minute et, lorsque j’avais une douzaine d’années j’étais en charge de baisser le feu sous la cocotte lorsque ma mère me le demandait. J’imagine que cela a été un bon moyen de se familiariser avec cet ustensile, dont je ne peux plus me passer aujourd’hui.

Ce que j’aimerais dire à mes amies et à mes sœurs

A moins d’être vraiment tête en l’air, les cocottes présentent tellement d’éléments de sécurité qu’il y a très peu de risques ou du moins, pas plus que de laisser une casserole sur le feu sans surveillance pendant que l’on téléphone à sa meilleure amie (et je vous promets que je ne pense à personne en particulier en écrivant ces mots …)

Pourquoi j’aime autant ma cocotte minute ?

Les aliments cuisent sous pression ce qui permet de diminuer de plus de 50% les temps de cuisson, d’où un gain de temps et moins d’énergie dépensée.

A ce propos, le livre de cuisine qui accompagne les vieilles cocottes minutes SEB dit :
« Et comme la cuisson sous pression n’exige aucune surveillance, la « cuisinière » ainsi libérée peut se consacrer à une autre activité, de son choix, bricoler, lire, se faire belle ou se promener ! ». Les femmes apprécieront ce commentaire d’une autre époque …

Les légumes cuits de cette manière dans un panier au dessus d’une petite quantité d’eau garde toute leur saveur et leurs minéraux.

Vous pouvez également l’utiliser pour faire mijoter des légumes ou des viandes.

Deux, trois trucs pour bien l’utiliser

Toujours mettre du liquide dans la cocotte (bouillon, vin ou eau).
Bien fermer la cocotte et éventuellement ajoutez le bouchon soupape, selon de type de votre auto-cuiseur.
Mettez sur feu vif puis baissez le feu dès que la soupape chuchote.
Comptez les temps de cuisson à partir de ce moment là.

Cuisson des légumes à la vapeur :

Mettez de l’eau dans le fond de la cocotte avec du sel.
Mettez le panier dans la cocotte et ajoutez les légumes.
Faites cuire selon le temps indiqué dans le manuel de votre cocotte.

Cuisson des légumes pour réaliser une soupe :

Faites revenir ail et oignons dans le fond de la cocotte avec un peu d’huile d’olive. Ajoutez les légumes coupés en cubes puis du bouillon. Fermez la cocotte, mettez sur feu vif puis baisez le feu lorsque la soupape chuchote.

Cuisson des viandes :

Vous pouvez faire cuire des rôtis de porc, des morceaux de bœuf, un poulet, etc.
D’une manière générale, faites revenir la viande pour la faire dorer, ajoutez un peu de liquide, des aromates (oignons, ail, carotte, etc.), fermez la cocotte, mettez sur feu vif puis baissez le feu lorsque la soupape chuchote.

Lorsque la cuisson est terminée

Vous pouvez retirez le bouchon de la soupape afin de laisser la vapeur s’échapper et ainsi faire baisser la pression dans la cocotte. Personnellement, je n’aime pas trop cette méthode qui transforme ma cuisine en bain de vapeur.
Je mets ma cocotte dans l’évier et je fais couler de l’eau froide sur le couvercle. Au bout de quelques secondes, vous aller entendre le couvercle se baisser légèrement, signe que la pression a baissé. Vous pouvez alors ouvrir le couvercle.

Bonne cuisine avec votre cocotte !

Note sur la cocotte minute

J’ai utilisé le terme cocotte-minute tout au long de ce billet. Il s’agit d’une marque déposée de la société SEB. Je l’ai utilisé comme un terme générique de tous les appareils qui cuisent sous pression. De mon coté, j’ai une cocotte d’une autre marque, celle sur la photo étant celle de mes parents.

Pour faire le plein de recettes, le fameux livre de Frédérick-E- Grasset-Hermé.

jeudi 27 avril 2006

Crevettes sautées, têtes d’ail et pâte de piment, en souvenir d'une virée chez Tang Frères.

Crevettes_sautees_coeur_ail_pate_de_pime

Vous souvenez-vous de cette sensation, lorsque vous étiez enfant et que vous alliez en colonie de vacances ? A la fois de l’excitation et un peu de timidité à l’idée de rencontrer des personnes inconnues. Dimanche matin en me réveillant, j’ai ressenti la même chose, à l’idée d’aller rejoindre d’autres blogeuses et blogeurs de cuisine pour un voyage chez Tang frères et un repas dans le quartier chinois.
C’est Marie qui a eu cette brillante idée et nous nous sommes tous retrouvés, un peu intimidés devant chez Tang frères, à 10h30 tapantes, un dimanche matin.

Toute à la joie de discuter avec Fabienne, Marie, Astrid, Marie-Laure, Deborah, Aude, Dorian et Marie, sans oublier Tanguy et Fernand, j’ai mis du temps à remplir mon panier.
Pas toujours facile de discuter devant les rayons alors que d’autres personnes n’étaient pas là pour flâner, elles !

Nous avons tous étés très raisonnables dans nos achats. Après un repas fort sympathique autour d’une grande table ronde dans un restaurant du quartier, ce n’est que vers 15h30 que nos chemins se sont quittés mais avec d’autres projets tout aussi passionnants.

Dans mon panier, il y avait, entre autres, des têtes d’ail (sorte de pousse verte de la même famille que la ciboulette) et de la pâte de piment. Je ne connaissais pas du tout ces deux produits avant de faire une autre virée chez Tang frères avec Pim en Juin dernier. Elle avait ensuite utilisé ces deux produits pour faire des crevettes sautées, et moi, j’avais tout simplement griffonné sa manière de faire dans un de mes innombrables carnets.

Crevettes sautées aux cœurs d’ail et à la pâte de piment, en souvenir d’une très bonne journée

Tete_dail_vue_2 Ingrédients pour 2 personnes

20 crevettes crues
10 têtes d’ail
1 cuil. à café rase de pâte de piment
1 cuil. à soupe d’huile végétale

Délayez la pâte de piment dans 1 cuil. à soupe d’eau chaude.
Décortiquez les crevettes en retirant le filament qui longe leur dos et en laissant la carapace autour de la queue.
Lavez puis coupez les têtes d’ail en tronçons.
Faites chauffer l’huile dans un wok.
Ajoutez les têtes d’ail et faites-les revenir 2 minutes en remuant sans cesse.
Ajoutez les crevettes et remuez pendant 2 à 3 minutes jusqu’à ce qu’elles soient roses.
Ajoutez la pâte de piment délayée et remuez bien pour enrober toutes les crevettes.
Servez et mangez avec les doigts ou avec des baguettes.

Si vous avez l’occasion de manger ce plat, il y a de grandes chances que vous deveniez complètement accro. J’ai rarement été aussi satisfaite d’un plat thaïlandais que je cuisine à la maison et je remercie encore Pim pour son inspiration.

MEA CULPA : je sais que ce billet utilise des ingrédients que l’on ne trouve que dans les épiceries exotiques et c’est le genre de recette qui m’agacerait dans un magazine de cuisine ou dans un livre de cuisine. Mais, si un jour vous avez l’occasion de vous rendre chez Tang frères ou dans une autre boutique de ce genre, essayez cette recette et dites moi ce que vous en pensez. Pour me faire pardonner, je vais essayer de la réaliser à nouveau avec d’autres ingrédients en restant dans le même esprit. La suite au prochain épisode.

Tang_freres

Sur la photo, de gauche à droite :

Marie-Laure, Dorian, Fabienne, moi-même, Astrid, Marie, Deborah et Aude.

mercredi 26 avril 2006

Blog Appétit : fraises et asperges

Asperges_et_fraises

Mangez plus de fruits et de légumes : voilà un beau programme qui tombe à pic en ces premiers jours de printemps.

Pour cette nouvelle édition de Blog Appétit, nous nous sommes associés à l’évènement Semaine Fraîch’ Attitude  organisé par Aprifel et qui a lieu du 17 au 28 Mai 2006.

La semaine Fraîch’ Attitide est un évènement national qui a lieu pour la seconde fois en France. L’idée est de montrer qu’il est facile et agréable d’augmenter notre consommation journalière de fruits et de légumes frais et de saison.

Pour mettre cette bonne résolution en œuvre,  nous vous proposons de participer à un blog appétit spécial fruits et légumes.

Quand ? le 23 Mai 2006

Le thème : fraises et asperges car c’est la pleine saison

Comment participer ? voir toutes les infos sur Blog Appétit !

Notre marraine sera Alba Pezone et vous pourrez découvrir ses recettes après le 23 Mai

Besoin d’infos ? les fiches fraises et asperges sont là pour vous aider.

Et pour vous donner un avant goût, allez regarder la tarte fraises et asperges faites par Clotilde il y a un an, j’ai eu l’occasion de la goûter, c’est excellent.

A vos casseroles !

dimanche 23 avril 2006

Tagliatelles aux épinards, au pesto et aux légumes grillés

Pates_aux_legumes_vue_1_1

Je ne sais pas si je commence à parler comme ces femmes d’un certain âge qui se plaignent de l’hiver comme si elles oubliaient qu’il existe d’une année sur l’autre, mais j’ai trouvé l’hiver 2005-2006 particulièrement long et froid.

Hier matin, miracle, j’ai eu l’impression de passer d’un seul coup de l’hiver à l’été.
David a eu la même sensation car il s’est précipité pour tondre la pelouse.
Il faut dire que nous avions invité des amis pour le déjeuner, qu’il n’était pas question de manger à l’intérieur, et que sa fierté de britannique était en jeu.

C’est toujours au début des beaux jours que je suis heureuse d’avoir un jardin, même si je n’ai pas l’ombre d’un début de main verte après 7 ans dans une maison, et que je déteste balayer la terrasse et encore plus mon aspirateur sensé aspirer cette même terrasse mais qui n’a jamais voulu fonctionner.

Pour célébrer cette magnifique journée, j’ai eu envie d’un plat aux légumes, haut en couleur. J’ai eu une légère appréhension car je n’ai pas trop l’habitude de servir des plats sans viande, ni poisson à nos amis, mais ils ont eu l’air d’apprécier.

Tagliatelles aux épinards, au pesto et aux légumes grillés

Ingrédients pour 4 personnes

250 g de tagliatelles aux épinards (voir note)
2 cuil. à soupe bombées de pesto
2 poivrons rouges
3 courgettes
1 gousse d’ail
Huile d’olive
Parmesan

Préparation des légumes

N’hésitez pas à réaliser cette étape la veille.

Préchauffez votre four à 230 °C.
Lavez, séchez les poivrons puis posez-les sur une plaque de cuisson.
Enfournez pour 20 à 30 minutes en les retournant régulièrement.
C’est prêt lorsque la peau des poivrons est boursouflée et brune.
Sortez-les du four, mettez-les dans un sac plastique, fermez et laissez reposer 15 minutes.
Ouvrez le sac, en faisant attention à l’écoulement du jus de cuisson des poivrons.
Retirez la peau, ouvrez-les et retirez les graines.
Coupez la chair des poivrons en lanières puis mettez-les dans un saladier.
Ajoutez 1 demi gousse d’ail écrasée, 2 cuil. à soupe d’huile d’olive, du sel et du poivre du moulin. Mélangez et laissez mariner à température ambiante.
Pendant la cuisson des poivrons
Coupez les extrémités des courgettes puis coupez-les en bandes très fines, dans le sens de la longueur.
Badigeonnez-les d’huile d’olive puis faites-les revenir dans une poêle chaude, cinq par cinq, 1 à 2 minutes de chaque coté, selon leur épaisseur.
Mettez-les au fur et à mesure dans un bol.
Lorsque toutes les courgettes sont cuites, ajoutez dans le bol 2 cuil. à soupe d’huile d’olive, 1 demi gousse d’ail écrasée, du sel et du poivre du moulin.
Mélangez et laissez mariner à température ambiante.

Juste au moment de servir

Faites cuire les pâtes dans de l’eau bouillante salée.
Faites réchauffer les légumes au micro-onde ou dans une poêle.
Egouttez les pâtes, ajoutez le pesto, remuez et mettez dans un grand plat.
Posez les légumes sur les pâtes, portez le plat à table et mélangez devant vos invités.
Proposez du parmesan coupé en copeaux.

Note sur les ingrédients

Pour la première fois, j’ai utilisé des pâtes de la marque Cipriani (tagliatelles aux épinards) qui m’avaient été conseillées par Clara, une lectrice italienne. Elles sont vendues dans une boite rectangulaire et délicatement posées dans du papier de soie. Elles sont tellement belles que je n’avais presque pas envie de les plonger dans de l’eau bouillante. J’étais surprise par le temps de cuisson indiqué sur le paquet (2 minutes). Vous pouvez le suivre à la lettre, les pâtes seront parfaites.

Vous trouverez une autre recette à base de ces fameuses pâtes Cipriani chez Stéphanie.

vendredi 21 avril 2006

The Wheelers Oyster Bar à Whitstable (Kent, GB)

Wheelers_oyster_bar_vue_1

Parfois les choses ne se déroulent pas comme nous l’avions imaginé et c’est comme cela que j’aime la vie, pas vous ?

Ce dimanche de Pâques, sous un beau ciel bleu, mes beaux-parents, David, les enfants et moi sommes partis pour Whitstable, un petit port de  pêche situé dans le Kent (GB).

Ballade le long de la plage, quelques huîtres pour moi, des coques cuites pour les autres, puis nous avons regardé les bateaux, dont le Greta, un de ces fameux bateaux privés qui ont sauvé pas mal de monde à Dunkerque en 1940, durant la seconde guerre mondiale.

Vers 12h30, nous avons décidé de déjeuner. Jamais l’idée qu’il aurait été plus raisonnable de réserver durant un jour férié ne nous a effleuré l’esprit.
Trois restaurants plus tard, tous pleins à craquer, nous nous sommes dirigés vers la voiture soupçonnant que le problème était général à tous les restaurants.

Comme souvent, j’étais à la traîne avec mon appareil photo et, au loin, mon ange gardien David gardait un œil sur moi pour voir si je suivais bien le mouvement. J’ai alors remarqué une minuscule boutique rose et bleue, mignonne, sans être trop kitch car à Whitstable, rien n’est kitch : c’est un des endroits les plus authentiques que je connaisse.

Dans cette boutique, des crevettes, du crabe fraîchement décortiqué, des huîtres, de l’épicerie fine et surtout, un charmante dame qui fait des sandwiches à la demande, juste devant vous.

Sandwiches au crabe pour tout le monde et vin blanc, grâce à un marchand de vin ouvert juste en face de notre boutique, le tout sur la plage et au soleil.

Si vous avez l’occasion de séjourner dans le Kent, je vous conseille cette adresse, soit pour les sandwiches, soit pour y déjeuner. Pensez à réserver car il n’y a pas beaucoup de tables.

Vous trouverez plus d’informations sur le restaurant, dans une chronique du quotidien britannique The Gardian.

The Wheelers Oyster Bar
8 High Street
Whitstable, Kent

Whitstable_vue_1

vendredi 14 avril 2006

Joyeuses Pâques !

Joyeuses_paques_vue_1

Joyeuses Pâques à toutes et à tous.

C'est moi qui l'ai fait prend quelques jours de vacances, je vous donne RDV en milieu de semaine prochaine.

jeudi 13 avril 2006

Sablés au fromage et aux flocons d'avoine.

Sables_fromage_vue_1

Les autres ne soupçonnent pas toujours l’influence qu’ils peuvent avoir sur nous.
Anne, ma belle mère, même si elle s’en défend vigoureusement m’influence beaucoup pour la cuisine.
Même si elle cuisine moins aujourd’hui, il règne toujours chez elle une volonté de faire plaisir aux autres : les gâteaux préférés de chacun et toujours des choses simples et bonnes.

Un des premiers week-ends que j’ai passé chez eux, j’ai goûté ces sablés au fromage servis à l’apéritif avec un verre de vin blanc et j’ai aimé leur coté friable et leur goût assez prononcé de fromage.

Depuis plusieurs années, j’ai la recette dans un de mes cahiers et je ne sais pas pourquoi j’ai pris tout ce temps pour en parler sur ces pages.
A chaque fois que je suis la recette d'Anne, je souris car elle est écrite en mesures impériales, c'est-à-dire en onces (oz).
Ce n’est vraiment un problème car je n’ai jamais vu de recette aussi simple : même poids de farine, de beurre et de fromage plus des flocons d’avoine à la surface des sablés.

Sablés au fromage et aux flocons d’avoine

Ingrédients pour 20 sablés

150 g de farine
150 g de beurre demi-sel mou
150 g de comté
75 g de flocons d’avoine

Préchauffez votre four à 180°C.
Versez les flocons d’avoine sur une assiette plate.
Râpez le fromage.
Mettez la farine et le beurre coupé en cubes dans un grand bol.
Mélangez rapidement du bout des doigts pour incorporer le beurre.
Ajoutez le fromage râpé et malaxez juste assez pour former une boule de pâte.
Formez des boules de la taille d’une noix en les roulant entre vos paumes.
Roulez-les dans les flocons d’avoine puis aplatissez-les entre vos paumes.
Vous devez obtenir des cercles de 5 cm de diamètre sur 1 cm d’épaisseur
Posez les sablés sur deux plaques de cuisson en les espaçant.
Enfournez pour 15 minutes environ, les sablés doivent être blonds.
Faites-les refroidir sur une grille en les décollant de la plaque de cuisson à l’aide d’une spatule.

Si vous utilisez du beurre doux, ajoutez 2 pincées de sel.

Ne soyez pas trop gourmands : contrairement aux cookies qui sont divins tout juste tièdes, ces sablés sont bien meilleurs quelques heures après leur cuisson.

Vous pouvez les conserver 2 à 3 jours dans une boite hermétique.

mardi 11 avril 2006

Yaourt à la fraise.

Yaourt_a_la_fraise_vue_1

Enfant, j’ai toujours aimé les yaourts avec des morceaux de fruits. Je rendais mes parents fous car je n’aimais pas tous les parfums et certains yaourts du paquet restaient dans le réfrigérateur. En tant que mère, j’ai retrouvé le même problème (Ah, comme l’on comprend mieux ses parents dans ces moments là !). En effet, Gabrielle n’aime que les yaourts aux abricots et sans morceaux.
A la naissance de Noé, bien avant de savoir ce qu’il allait aimer, j’ai décidé de n’acheter que des yaourts nature et les enfants les aromatisent avec du sucre roux ou, de temps en temps, avec de la butterscotch sauce, ils en sont fous. Plus de yaourts qui traînent dans le frigo, fini les enfants qui veulent précisément le même yaourt alors qu'il n'en reste q'un de ce parfum, vive la liberté !

Pour fêter l’arrivée des fraises, j’ai voulu me faire un plaisir en réalisant ce yaourt aux fraises avec des morceaux.  C’est si simple ! Pourquoi je n’y avais jamais pensé auparavant ?
La prochaine fois, j’en fais un aux abricots pour Gabrielle, un à la vanille pour Noé et un à la framboise pour David.

Yaourt à la fraise

Pour un yaourt nature de 180 g :
4 à 5 fraises plus 2 pour les morceaux
1 cuil. à café de miel liquide

Lavez et équeutez les fraises.
Mixez 4 à 5 fraises, ajoutez le yaourt et le miel et mixez à nouveau.
Ajoutez les deux autres fraises coupées en morceaux, mélangez et dégustez.

lundi 10 avril 2006

Ateliers du goût à Bordeaux du 20 au 26 mai 2006.

Vin_et_chocolat_vue_1

L’année dernière, de passage à Bordeaux, j’ai eu la chance d’assister à des ateliers du goût organisés par Ségolène Lefèvre et Patrick Chazallet dans le cadre du salon Vinexpo.
Cet automne, de passage à Montpellier chez ma sœur Caroline, j’ai à nouveau participé à d’autres ateliers organisés par Slow Food dans le cadre du salon « Aux origines du goût ».

Ce fut à chaque fois l’occasion de découvrir des vins et des produits d’exception, d’apprendre énormément sur les accords mets et vins, et de rencontrer des personnes passionnantes.

Le mois prochain, c’est à nouveau à Bordeaux que cela se passe et j’enrage de ne pas pouvoir me libérer.

Toutes les infos extraites du blog de Patrick :

"Du 20 au 26 mai 2006, pendant la Foire Internationale de Bordeaux et dans le
cadre du Salon de l’Agriculture d’Aquitaine, Slow Food Aquitaine et l’AAPrA (Association Aquitaine Promotion Agro alimentaire) organisent 14 ateliers du goût. Ces ateliers ont pour but de faire mieux connaître 14 produits remarquables d’Aquitaine, qui seront transformés en trois bouchées originales par 14 chefs dynamiques de la région. A chaque préparation sera associé un vin singulier sensé s’harmoniser le mieux possible avec elle. Ces ateliers conviviaux à vocation pédagogique seront animés par
Ségolène Lefèvre, présidente du Convivium Slow Food Bituriges Vivisques de Bordeaux. Y interviendront le chef auteur des bouchées, un représentant du produit mis en valeur et Pierre Cambar, directeur du CRVA qui commentera les accords entre chaque recette et son vin associé. Vous trouverez tous les détails sur mon blog.
Une petite précision tout de même : ces ateliers sont payants, mais nous offrons l’entrée à la Foire de Bordeaux (d’une valeur de 7,60 € je crois)."

Note de Scally

Ces ateliers ont fortement inspiré mon billet Vin et chocolat ainsi que celui sur les poires pochées au porto et aux épices.

vendredi 07 avril 2006

Joyeux anniversaire Gabrielle !

Gabrielle

Aujourd’hui Gabrielle a 13 ans et ce billet lui est dédié pour lui dire combien je suis très fière d’elle.

Lorsque les enfants sont bébés tout est nouveau et il faut tout apprendre. Puis ils grandissent jusqu’à arriver à un âge où l’on se souvient de comment nous étions au même age. Mais voilà, le mystère autour de nos enfants demeure tout de même car chaque être est unique.

Joyeux anniversaire ma grande.

Au menu ce soir : un cheesecake au chocolat blanc et son coulis de fraises, un des desserts préférés de Gabrielle.

Suivez Pascale Weeks sur Twitter


Mes recettes au Multicuiseur Philips
Retrouvez moi également ici
Diner Pamplemousse de Floride
Notes les plus populaires
    Mes blogs de cuisine chouchou
    Blogs utiles
    Mes sites de cuisine préférés
    Lectures non culinaires
    Partenaires
    • Couteau ceramique

    Ma Photo
    INDEX DES RECETTES
    • Pour retrouver toutes mes recettes, cliquez sur l'une ou l'autre des catégories dans la colonne de droite, sous les commentaires récents. Enjoy !

    Mes livres
    Livret de recettes à télécharger