"Condiments" (18)

samedi 22 mars 2014

Purée ou pâte ail & gingembre pour curry indien & comment éplucher du gingembre

Pate ail & gingembre pour curry indien ou puree ail & gingembre

Pâte ail & gingembre pour curry indien & comment éplucher du gingembre

Si vous faites des currys indiens à la maison, vous savez que l'on commence le plus souvent par faire revenir des oignons émincés dans du ghee (beurre clarifié qui peut monter à de fortes températures) ou de l'huile, que l'on ajoute ensuite de l'ail et du gingembre râpés et des épices.

C'est la base des plats indiens, à l'image des garnitures aromatiques de la cuisine française, du soffritto de la cuisine italienne, etc.

Quand j'ai cuisiné avec Sanjee l'année dernière, elle m'a raconté que sa mère lui prépare régulièrement un mélange d'ail et de gingembre qu'elle met dans un petit bocal. C'est super pratique pour préparer plus rapidement un curry à la maison. Dans les boutiques indiennes vous trouvez d'ailleurs des bocaux de « minced garilic » ou de « minced ginger » ou même de minced garlic & ginger », à conserver au frais après la première utilisation.

Jeudi dernier, pour les 10 ans de mon blog, j'avais prévu de faire un curry de pois chiches en grande quantité. Je me suis souvenue de ce que Sanjee m'avais raconté et la veille, j'ai préparé ma pâte d'ail et de gingembre pour m'avancer.

J'ai employé la méthode puriste, à savoir que j'ai râpé mon gingembre et mes gousses d'ail à la râpe microplane. C'est long, j'avais plus de 15 gousses d'ail et plusieurs racines de gingembre, vous pouvez dire adieu à votre manucure, mais qu'est-ce que ça sent bon.

Depuis, j'ai appris que l'on peut tout bonnement mettre ail et gingembre pelés dans un mixeur. Ce sera pour la prochaine fois.

Savez-vous d'ailleurs comment éplucher facilement et rapidement du gingembre, qui a la particularité d'être un peu biscornu ?

J'ai longtemps utilisé un économe et c'est Damien qui m'a appris que l'ustensile à utiliser, c'est la petite cuillère. Il l'a lui-même appris d'Apolina. La preuve en images dans cette vidéo que j'aime beaucoup.

Comment faire votre pâte d'ail et de gingembre ?

Le principe est d'avoir le même poids final d'ail et de gingembre et de savoir qu'il faut 2 cuillères à café légèrement bombée de cette pâte pour un curry pour 4 à 6 personnes.

Méthode 1 signée la puriste

Partez sur la base de 10 à 15 gousses d'ail, pelez-les puis râpez-les (à la microplane, c'est top) ou écrasez-les au presse ail. Pesez la quantité obtenue. Pelez ensuite le gingembre à l'aide d'une petite cuillère. Râpez-le, toujours avec votre râpe microplane, jusqu' à avoir le même poids que l'ail râpé. Mélangez ail & gingembre dans un petit bocal, recouvrez la surface avec de l'huile végétale ou encore mieux, avec un peu de ghee fondu et gardez au frais pendant plusieurs semaines.

Méthode 2 signée la femme efficace

Pelez ail et gingembre, mettez le même poids d'ail et de gingembre dans un mixeur puis mixez.

Conservez de la même manière que dans la méthode 1.

Que faire avec cette pâte d'ail & gingembre ?

Un curry indien de potimarron & lentilles corail

Un curry d'agneau korma

Un curry d'agneau & petits pois (keema maatar)

Je vous souhaite un très bon week-end.

lundi 06 janvier 2014

Sirop de thé de Noël ou que faire avec les restes de thé de Noël ?

Sirop de the de noel vue 1

Sirop de thé de Noël

Tous les ans, en décembre, voire dès la fin du mois de novembre, je remplace mes thés verts de l'après-midi par un thé noir parfumé, un thé de Noël. C'est mon plaisir.

Puis, comme je suis la seule à en boire à la maison, je cherche en janvier des moyens de l'utiliser en cuisine afin de repartir sur un nouveau thé l'année suivante.

L'année dernière, je me suis lancée dans des sablés au thé de Noël et l'année précédente dans un gâteau à l'orange et au thé et dans des clémentines pochées au thé de Noël.

Cette année, je voulais absolument en faire un sirop à utiliser ensuite de diverses manières, histoire de parfumer ma cuisine.

J'ai commencé à chercher des recettes sur la toile mais il semble que je sois la seule à être obnubilée par ce sirop. C'est finalement dans un très joli livre intitulé « Eloge de la cuisine au thé » par la maison Mariages Frères que j'ai trouvé mon bonheur. Je vous conseille ce livre, c'est un intemporel sur la cuisine au thé. C'est le genre d'ouvrage que j'aime trouver sur ma table de chevet pour le feuilleter, il fait voyager mes papilles. Je n'avais jamais testé de recettes, c'est aujourd'hui chose faite. 

Il n’est plus édité, il date tout de même de 2002, mais je vous invite à consulter les sites spécialisés dans la vente d’ouvrages d’occasion, ils sont souvent en très bon état.

Je suis ravie par se sirop simplissime à préparer et j'ai hâte de vous raconter ce que j'ai préparé avec.

Si vous cherchez vous aussi à utiliser votre reste de thé de Noël, je vous invite à découvrir la recette de Sophie, ses biscuits indiens ont l'air délicieux.

Je vous souhaite une très belle semaine.

Sirop au thé de noël

Comme ce sirop ne se conserve qu'une semaine, j'ai divisé la recette du livre par deux

Cette année, j'ai utilisé le Chai 25, un très bon thé de Noël du Palais des thés, inspiré des thés indiens

50 cl d'eau minérale ou d'eau filtrée

7 cuil. à café de de thé de Noël

10 cl de sirop de sucre de canne

Faites chauffer l'eau à 95°C, ajoutez le thé puis laissez infuser pendant 5 minutes. Filtrez, ajoutez le sirop de sucre de canne au thé et laissez refroidir.

Conserver au frais pendant une semaine.

La suite au prochain épisode.

vendredi 04 mai 2012

Huile de roquette, ma recette chouchou du moment

Huile de roquette

Huile de roquette, ma recette chouchou du moment

Je ne sais plus comment m’est venue cette idée, même si j’ai en tête l’image d’un chef en train de décorer une assiette avec ce type d’huile qu’il verse à partir d’un flacon souple. 

Peu importe, l’important est que cette idée, enfouie dans mon cerveau, soit ressortie au moment où je me demandais comment agrémenter un poisson vapeur de manière très simple pour la  recette que je prépare pour HelloFresh toutes les semaines.

Cette huile de roquette fait partie des recettes que j’affectionne tout particulièrement car elles sont très simples et rapides à préparer tout en permettant d’ajouter du goût et de la fantaisie dans la cuisine de tous les jours.

Cette huile n’est pas une vraie huile parfumée à la roquette que l’on peut conserver. Il s’agit plus d’une sauce express à conserver au frais pendant 2 jours (Merci à Hélène pour son commentaire sur Facebook).

Comment la préparer ?

Ingrédients pour 1 bocal de 20 cl

50 g de roquette
10 cl d’huile d’olive ou d’huile de pépin de raisin
Fleur de sel

Plongez la roquette dans une casserole remplie d’eau bouillante et faites cuire pendant 1 minute. Retirez la roquette à l’aide d’une écumoire et rincez-la à l’eau froide.
Égouttez la roquette entre vos mains et mettez-la dans un bol avec l’huile et un peu de fleur de sel. Mixez jusqu’à ce que le mélange soit bien lisse.

Conservez-la au frais dans un bocal fermé pendant 2 jours.

Que faire avec ?

Pour HelloFresh, je m’en suis servie pour accompagner un poisson cuit à la vapeur. Avec le reste , j’ai préparé une vinaigrette toute verte.

Vous pouvez aussi vous en servir pour faire des champignons à l’ail, de la manière suivante :

Pour 2 personnes, faites revenir 200 g de champignons de Paris émincés dans 3 cuillères à soupe d’huile de roquette + 1 gousse d’ail écrasée, émincée très finement ou râpée à l’aide d’une râpe microplane, pendant 2 à 3 minutes. Hors du feu, salez et mélangez. Servez sur un lit de salades.

J’imagine que l’on peut procéder de la même manière avec du persil plat ou du basilic.
Si vous avez déjà essayé, n’hésitez pas à partager votre expérience dans les commentaires.

Pour retrouver d’autres recettes préparées pour les paniers d’HelloFresh, RDV sur leur blog avec par exemple une salade de carottes, radis et pignons de pin, sauce au chèvre ou du porc sauté, courgettes et poivrons

mardi 09 décembre 2008

Cadeaux gourmands : sucre parfumé au citron.

Sucre_parfume_citron_vue_1

Cadeaux gourmands : sucre parfumé au citron

Nos travaux d’agrandissement avancent bien (ENFIN !!!) et notre nouvelle salle de bain est quasi terminée si je ne compte pas les rideaux à acheter, ni la dernière lampe (Youpi !!!).

Nous allons devoir bientôt vider totalement la maison (sauf la cuisine et la salle de bain, c’est déjà ça de gagné !) et trouver un autre toit pour six semaines environ, afin de refaire tout l’intérieur. Ne me demandez pas où nous allons, nous n’en avons qu’une vague idée mais David et moi, sommes d’éternels optimistes, insouciants ou inconscients, au choix. 

En écrivant ces lignes, je visualise mes parents et, avec un peu d’imagination, je peux presque les entendre me dire, comme ils le font souvent.

Mon père : « Vous êtes très courageux, je ne pourrais plus passer par là»

Ma mère : « Cela n’aurait-il pas été plus simple de déménager ? »

Ils ont tous les deux raison à leur manière mais bon, comme dit mon beau père, c’est ce genre d’expérience qui forge le caractère, soit à peu près en anglais "this is character building !". Et lui aussi a totalement raison.

Du coup, lorsque j’ai un peu de temps, c'est-à-dire pas souvent, je fais des cartons, je trie, je donne (je vais bientôt troquer) et je jette.

C’est en parcourant un vieux magazine Saveurs que j’avais gardé car ils avaient fait une chronique de mon livre « C’est moi qui l’ai fait.net » (ah nostalgie, quand tu nous tiens) que j’ai remarqué une recette de sucre parfumé au citron que je n’avais absolument pas repérée lors de ma première lecture.

Aussitôt dit, aussitôt fait.

Cette recette est venue agrandir mon répertoire de cadeaux gourmands. Elle à l’avantage d’être très rapide à réaliser pour ceux et celles qui veulent faire plaisir mais qui n’ont pas des heures à y passer.

N’oubliez pas d’utiliser des citrons non traités pour cette recette, on les trouve assez facilement de nos jours et c’est tant mieux.

Sucre parfumé au citron

Par rapport à la recette d’origine, j’ai utilisé du sucre roux à la place du sucre blanc et des citrons jaunes à la place des verts. J’ai également fait sécher le sucre au four à 35 °C, ce qui donne de très bons résultats, le sucre redevenant bien sec.

500 g de sucre roux
3 citrons jaunes non traités

Prélevez le zeste des 3 citrons.
Mixez la moitié du sucre avec les zestes.
Versez dans un bol, ajoutez le restant du sucre et mélangez.
Etalez sur une plaque de cuisson en enfournez pour 15 minutes dans un four préchauffé à 35°C afin de « sécher le sucre ».
Laissez dans le four éteint pendant 1 heure puis passez au mixeur pendant quelques secondes.

Emballez, c’est prêt.

Ce sucre a un parfum fantastique et je me surprends dans la journée à l’ouvrir pour le sentir.

D’autres idées de sucres parfumés ?

Le sucre à la vanille de mon livre Cadeaux Gourmand
Le sucre orange cannelle de Clotilde dans le dernier magazine Elle A Table

Très bons préparatifs de noël à vous.

Votez pour C’est moi qui l’ai fait !

C’est moi qui l’ai fait a été sélectionné dans le TOP 20 des blogs de cuisine par ELLE/Wikio.
Si vous appréciez mon blog, n’hésitez pas à voter pour lui/moi. C’est sur ce lien.

Bravo à Anne pour sa première place.

dimanche 08 juin 2008

Sel aux épices et aux graines de sésame

Sel_epices_sesame_deux_vue_2

Sel aux épices et aux graines de sésame

Je suis la première utilisatrice de mes livres de cuisine et je les pose très souvent sur mon plan de travail pour suivre une de mes recettes. Il m’arrive parfois de les transformer, surtout lorsque je n’ai pas un des ingrédients de la recette.

Ce matin, avant d’aller déjeuner chez des amis, j’ai voulu refaire le sel aux épices et au romarin, de mon livre Cadeaux Gourmands.

Je n’avais pas de romarin frais, depuis que nous avons malencontreusement tué celui de notre jardin, j’étais encore en pyjama et pas assez courageuse pour faire un saut au marché.

Impossible de remplacer le romarin manquant par du romarin sec ou par une autre herbe sèche.
J’ai décidé alors de faire quelque chose de différent en utilisant des graines de sésame, un peu à l’image du gomasio, condiment très répandu dans la cuisine végétarienne et qui se compose d’un mélange de sel et de graines de sésame broyés ensemble, un délice.

Tout en préparant mon sel nouvelle version (mes pensées vagabondent beaucoup lorsque je cuisine), je me suis dit que ce serait un cadeau approprié pour la fêtes des pères, dans une semaine. Il parait que les hommes cuisinent de plus en plus à la maison, ils pourront utiliser ce sel bien parfumé, comme bon leur semble.

L’association « père » et « sel » m’a alors fait penser à la légende du roi avec ses 3 filles qui voulait savoir à quel point ses filles l’aimaient. La plus jeune lui répondit qu’elle l’aimait plus que le sel. Le roi, fou de colère se fâcha avec sa fille mais je vous laisse découvrir la fin de la légende, en anglais sur ce lien car je n’arrive pas à trouver une traduction en Français.

Mes pensées toujours en train de vagabonder, j’ai pensé à tous les professeurs des écoles qui liront ce billet : voilà une idée toute simple à réaliser avec vos élèves pour la fêtes des pères, ce sera l’occasion de faire découvrir aux enfants cette légende que j’aime beaucoup.

Sel aux épices et aux graines de sésame

Ingrédients pour 1 bocal de 20 cl

100 g de fleur de sel ou de sel de Maldon
1 cuil. à café rase de graines de coriandre
1 cuil. à café rase de graines de moutarde
1 piment oiseau séché
3 cuil. à soupe bombées de graines de sésame (dorées de préférence)

Faites chauffer une poêle sans matière grasse sur feu vif.
Versez les graines de coriandre, les graines de moutarde, les graines de sésame et faites-les revenir jusqu’à ce qu’elles crépitent.
Versez-les dans un bol pour les faire refroidir.

Broyez-les avec le piment séché en utilisant un mortier, un moulin à café ou un petit robot.
Versez ce mélange dans un bol, ajoutez la fleur de sel et mélangez.
Versez dans un bocal.

mardi 06 février 2007

Il n'y a que Maille qui m'aille !

Moutarde_maille_vue_1

Il n’y a que Maille qui m’aille ! mais ce n’est pas moi qui l’ai dit !

Colmans_mustard_vue_2_1Qui eut cru que David, fraîchement débarqué de Grande-Bretagne il y a un peu plus de 10 ans et élevé à la « Colman’s Mustard » me tiendrait ces propos un jour sachant qu’il n’a pas connu la publicité des années 80 dans laquelle des animaux déclamaient avec autorité « Il n’y a que Maille qui m’aille ».

Tout a commencé un dimanche soir. Nous étions tous les quatre attablés en train de déguster un rôti de bœuf avec des pommes de terre sautées. J’avais posé sur la table plusieurs moutardes dont la fameuse moutarde violette de Brive et celle de Dijon au cassis, ainsi qu’une moutarde à l’ancienne.
David m’a regardé avec un petit sourire en me disant : « tu sais j’ai la nostalgie de la moutarde à l’ancienne que tu achetais avant, celle qui était dans un pot en grès avec un bouchon en liège, c’est ma préférée. ».

Quelques jours plus tard, lors d’un passage éclair près de la place de la Madeleine, je me suis souvenue à la fois de notre conversation et de la boutique Maille.
Piaffant d’impatience derrière une jeune femme qui a failli acheter tout la magasin (je suis intenable dans les boutiques), j’ai acheté ce pot avec sa cuillère.

La vendeuse m’a très gentiment expliqué qu’une fois le pot vide, il me suffit de le rapporter avec son bouchon pour qu’ils le remplissent à nouveau, en en payant que le prix de la moutarde. C’est Gabrielle qui va être ravie car elle est très sensible à la sauvegarde de l’environnement.

Boutiques Maille

6, place de la Madeleine
75008 Paris
Tél. : 01 40 15 06 00

32, rue de la Liberté
21000 Dijon
Tél. : 03 80 30 41 02

Ouvertes du lundi au samedi, de 10h à 19h.

Je vous conseille un très bon article sur la moutarde, écrit par Alexandra Michot.

vendredi 20 octobre 2006

"Chili Jam" ou confiture de tomates aux piments.

Chili_jam_vue_1

Tout a commencé par ce pot et ce livre.

Chili_jam_et_livre

Le premier est un pot de « chili jam » que nous avions acheté durant le week-end de Pâques dans une mignonne boutique à Whitstable (Kent).
C’est un condiment assez épicé qui a l’aspect d’une confiture. Je vous déconseille néanmoins d’en tartiner votre tranche de pain le matin, sauf si vous voulez vraiment réveiller votre palais !
Il est fait à base de poivron rouges et de piments oiseaux frais. On l’utilise sur du fromage de chèvre frais, avec des viandes blanches ou en fin de cuisson, un peu comme pour ces crevettes.
C’est un condiment qui a donc de multiples utilisations. Il m’arrive de temps d’en ajouter une petite cuillère à café dans un yaourt nature, j’adore. Cela parfume le yaourt, c’est épicé mais pas trop, contrebalancé par la douceur du yaourt mais c’est assez tonique.

Le second est un livre que David m’a offert le même week-end.  Une cuisine simple d’un peu partout, en gros, tout ce que vous pouvez avoir envie de cuisiner chez vous. Le tout est superbement bien expliqué avec une ambiance chaleureuse apportée par les textes, comme savent si bien le faire les anglo-saxons dans leurs livres de cuisine.

Dans ce livre, nous avons trouvé une recette de « chili jam » faite à base de tomates. David a alors décidé de se lancer dans l’aventure.

Je dois dire que j’étais plutôt surprise car David est tout sauf un homme qui fait des confitures, il n’en mange d’ailleurs pratiquement pas, en dehors de la véritable marmelade et parfois de la confiture de framboises. C’était amusant de le voir remuer doucement la confiture dans la cocotte. Je suis juste intervenue pour le test final de consistance et la mise en pot. Du vrai travail d’équipe !

Depuis, nous avons fait le serment un peu formel d’avoir toujours un pot de « chili jam » dans notre réfrigérateur, c’est trop bon.

Chili Jam ou confiture de tomates aux piments

D’après une recette du livre « Tamasin’s Kitchen Bible » de Tamasin Day-Lewis

Cette recette est ultra simple puisque vous n’avez ni besoin de peler les tomates, encore moins de retirer leur graines, ni d’égrener les piments car ce sont les graines qui vont apporter le coté épicé.

Ingrédients pour 2 pots type pot à confiture

750 g de tomates bien mures
(Nous avons utilisé des « marmande »)
4 petits piments rouges
6 gousses d’ail pelées
Un gros morceau de gingembre (50 g), pelé et émincé
4 cl de fish sauce (nuoc nam)
450 g de sucre roux
15 cl de vinaigre de cidre

Dans le bol de votre robot de type blender ou de type mixeur, mettez la moitié des tomates, les piments entiers (sans leur queue), l’ail,  le gingembre et le nuoc nam.
Mixez jusqu’à l’obtention d’une purée.
Versez ce mélange dans une cocotte, ajoutez le vinaigre et le sucre.
Coupez la seconde moitié des tomates en dés de 5 mm et ajoutez-les dans la cocotte.
Portez le mélange à ébullition, baissez le feu et laissez mijoter pendant 1 heure et 15 minutes environ.
Remuez très souvent et, de temps en temps, retirez l’écume qui se forme.

Pour tester la consistance, mettez une assiette pendant 5 minutes dans votre congélateur puis versez une goutte de confiture, elle doit se figer.

Versez la "chili jam" dans deux pots, fermez puis laissez refroidir.

Conservez au frais pendant quelques semaines.

Astuce : pour stériliser les pots, je vous conseille cette technique.

Nos astuces de dégustation : déposez un peu de confiture sur une tartine de chèvre frais, un peu comme dans ce billet, utilisez-la avec des crevettes sautées, un peu comme dans cette recette, c’est divin. Nous n’avons pas encore essayé avec de la viande ou du poulet, mais ça ne saurait tarder.

jeudi 14 septembre 2006

Beurre à la poudre de tomates.

Poudre_de_tomates_deux_vue_1

Au moment de partir en vacances, s’il s’agit d’une location, j’emporte toujours un kit de survie qui comprend de quoi faire un repas rapide le premier soir et quelques bases pour le reste du séjour.

Cette année, j’en ai profité pour faire un tour dans mes réserves. C’est ainsi que des boîtes de sardines de la marque Belle Iloise ont fait notre bonheur avec des pâtes, après un voyage un peu éprouvant, de la Bretagne vers le Lot. Dans mon kit se trouvait également un produit que j’avais depuis un moment, que je n’arrêtais pas de regarder en me demandant bien pourquoi je l’avais acheter et ce que j’allais bien pouvoir en faire : du sablon de tomates *.

Pendant que les pâtes cuisaient, j’ai mélangé du beurre mou, avec un sachet de sablon de tomates, que j’ai ensuite ajouté aux pâtes, avec des sardines. David et Gabrielle se sont moqués de moi en me disant que je ne pouvais plus faire des pâtes toutes simples, mais ils étaient les premiers à dire que cela apportait quelque chose en plus à ce plat et qu’ils voulaient bien renouveler l’expérience.

* Le sablon de tomates, commercialisé par Oliviers&Co est de la poudre de tomates, et c’est un concentré de saveurs.
Vous pouvez l’utiliser comme condiment, en saupoudrant vos plats, dans une vinaigrette, dans une sauce, ou en décoration d'assiettes.

Beurre_aux_tomates_vue_2_1 Beurre à la poudre de tomates

Pour un petit pot, comptez 75 g de beurre à température ambiante pour un sachet de sablon de tomates, soit 4g. Mélangez l’ensemble à l’aide d’une fourchette, jusqu’à ce que le mélange soit bien homogène. Mettez-le dans un petit bol, couvrez avec du film étirable et gardez au frais jusqu’à utilisation.

Bon appétit !

Oliviers&Co
Cour Saint Emilion
Bercy Village
75012 Paris
M° Cour Saint Emilion

Autres adresses sur leur site.

mercredi 30 août 2006

Tomates séchées au four.

Tomates_sechees_deux_vue_1

Dans ma famille, j’ai la réputation d’être particulièrement têtue et de rarement écouter les conseils des autres. Je pense qu'ils ne sont pas loin de la vérité. Ce qu’ils ne savent pas, c’est que dans le domaine de la cuisine, j’apprends beaucoup en écoutant les conseils des autres.

Cependant, même dans ce domaine, il est parfois bon de se faire sa propre opinion. J’ai entendu quelqu’un me dire un jour qu’il fallait un four de professionnel pour réussir les tomates séchées. Du coup, je n’ai jamais essayé. Puis, en lisant le billet de Débo sur son blog de cuisine « Les Agapes », j’ai découvert que c’est une légende, et que l’on peut très bien les réussir chez soi.

Et voilà, quelques semaines après, je n’ai pu résister et je suis très heureuse d’avoir essayé car le résultat est fameux. Merci Débo !

La seule contrainte de cette recette est d’être chez soit pendant 4 à 5 heures, sauf si vous faites partie des gens qui ne sont pas paniqués à l’idée de laisser leur maison seule avec un four en marche, ce qui n’est pas mon cas.

J’ai légèrement changé la recette de Débo, mais le principe reste le même.

Tomates séchées au four

Pour un bocal de 50 cl

Une dizaine de tomates (Roma par exemple)
2 cuil. à café de sel fin
2 cuil. à café de sucre
Un peu de fleur de sel
2 cuil. à soupe de thym frais
2 branches de romarin

Lavez et coupez les tomates en 4, puis mettez-les dans une passoire.
Ajoutez le sel, remuez et laissez dégorger ainsi pendant 30 minutes.
Préchauffez votre four à 100°C.
Etalez les tomates sur une plaque de cuisson anti adhésive.
Saupoudrez avec le sucre et un peu de fleur de sel.
Ajoutez le thym et le romarin puis mettez au four pendant 2 heures.
Retournez les tomates et poursuivez la cuisson pendant encore 2 ou 3 heures, jusqu’à ce que vos tomates soient bien ridées.

Conservez au frais dans un bocal stérilisé en ajoutant de l’huile d’olive.

Ces tomates sont excellentes avec une salade, dans des pâtes, dans un sandwich au fromage de chèvre, ou juste picorée directement dans le pot (c’est mieux que de picorer dans le pot de pâte à tartiner au praliné, enfin presque !).

jeudi 25 mai 2006

Ail des Ours et pesto.

Ail_de_lours_vue_1_1

Avant jeudi dernier, je n’avais jamais vu cette plante. Il faut dire que l’ail des Ours ou ail de l’Ours est une plante sauvage de la famille de l'ail, que l’on trouve en général dans la forêt, alors que je suis sans conteste une fille de la ville, que l’on trouve dans sa cuisine, sur les marchés, dans les épiceries fines ou devant son ordinateur en train d’écrire des recettes.

Sa saison est très courte et il faut le cueillir juste avant qu’il ne monte en graine.
Celui sur la photo vient de la forêt de Beauvais et je l’ai trouvé sur le marché de Nogent sur Marne sur le fantastique stand tenu par Brigitte et André. C’est chez eux que j’achète des herbes, des champignons, des pommes de terre (la Samba par exemple) et des salades, dont la fameuse arroche rouge.

Dans l’ail des Ours, tout se mange, de la tige à la feuille. Vous pouvez les ciseler et les utiliser dans une omelette dans une soupe avec des crevettes sautées, etc.
C’est comme un mélange d’herbes fraîches avec en bonus le parfum de l’ail jeune et son goût, mais tout en douceur. C’est très parfumé avec un coté magique.

Cette plante semble être très utilisée en Suisse.

J’ai décidé d’en faire un pesto en ajoutant simplement de l’huile d’olive et des amandes. Le parfum est envoûtant.

Pesto_ail_de_lours_deux_vue_1_1

Pesto d’ail des Ours

1 bouquet d’ail des Ours lavé et séché
1 poignée d’amandes entières
6 cuil. à soupe d’huile d’olive.

Commencez par mettre les amandes dans le bol de votre robot de type mixeur puis actionnez-le jusqu’à ce que les amandes soient concassées.
Ajoutez les tiges et les feuilles de l’ail des Ours et l’huile d’olive.
Actionnez jusqu’à obtenir une purée grossière, en ajoutant éventuellement plus d’huile d’olive.

Vous trouverez d’autres idées pour utiliser cette herbe sur le site Supertoinette ou sur le forum Doctissimo.

Suivez Pascale Weeks sur Twitter


Mes recettes au Multicuiseur Philips
Retrouvez moi également ici
Je soutiens
Diner Pamplemousse de Floride
Notes les plus populaires
    Mes blogs de cuisine chouchou
    Blogs utiles
    Mes sites de cuisine préférés
    Lectures non culinaires
    Partenaires
    • Couteau ceramique

    Ma Photo
    INDEX DES RECETTES
    • Pour retrouver toutes mes recettes, cliquez sur l'une ou l'autre des catégories dans la colonne de droite, sous les commentaires récents. Enjoy !

    Mes livres
    Livret de recettes à télécharger