"Salades" (63)

samedi 30 juin 2012

Qu’est-ce qu’on mange ce week-end ? Salade de pâtes Rotelle au crottin de Chavignol et aux tomates rôties ou Salade de melon à la mozzarelle, magret fumé, olives et féta ?

Hellofresh salade pates rotelle chevre tomates

Il fait enfin beau à Paris et ce midi nous avons pu déjeuner sur la terrasse. Quel bonheur. Ce temps capricieux nous oblige finalement à vivre au jour le jour en profitant au maximum des bonnes choses.

Pour ce week-end, je vous propose deux recettes écrites dans le cadre de mes diverses activités : une recette de melon préparée pour le concours du mois de Juin sur le thème du repas en amoureux et une salade de pâtes faites avec des pâtes en forme de roues, pour les abonnés des paniers HelloFresh.

Pour avoir le texte des recettes, cliquez sur les photos.

Je vous souhaite un excellent week-end et peut être de bonnes vacances si vous êtes déjà partis.

Salade melon mozza magret fume
Salade repas de melon, mozzarelle, magret fumé, olives et féta (clic pour la recette)

Hellofresh salade pates rotelle chevre tomates
Salade de pâtes Rotelle au crottin de Chavignol et aux tomates rôties (clic pour le texte de la recette)

 

mardi 10 avril 2012

Coronation Chicken

Coronation_chicken_retouche

Coronation Chicken

Si vous avez séjourné en Grande-Bretagne plus d’un week-end, il y a de grandes chances que vous ayez goûté à ce plat, créé en 1953 pour le couronnement de la reine Elisabeth II.

C’est grâce à ma belle-sœur Helen que je l’ai découvert il y a plus de 10 ans et j’étais ravie de partager ma version dans le « British Corner » du dernier magazine Yummy.

Le « coronation chicken » fait partie intégrante du répertoire de la cuisine britannique malgré sa connotation « cuisine des années 70 ». 

C’est un plat que l’on retrouve très souvent sur les buffets dans les jardins dès les beaux jours ou à l’occasion de soirées entre amis. On le prépare volontiers à l’occasion des pique-nique dont les britanniques raffolent. Il faut dire que le « coronation chicken » est très rapide à préparer et très pratique à manger avec une simple fourchette, à condition que les morceaux de poulet soient découpés suffisamment petits.

Comme souvent avec ce type de plat très simple, il doit être préparé avec de bons ingrédients.

Pour plus de détails sur son histoire, je vous invite à le feuilleter en ligne sur ce lien ou à le télécharger sur ce lien.

Coronation Chicken

Ingrédients pour 4 à 6 personnes

600 g de filets de poulet cuits
1 pomme
6 c. à soupe rase de chutney de mangue (120 g)
10 c. à soupe rase de yaourt à la grecque (200 g)
4 c. à soupe rase de mayonnaise maison (60 g)
4 c. à café rase de curry doux et parfumé
60 g de raisins secs moelleux
50 g d’amandes effilées
Salade de mâche pour servir.

Faire revenir les amandes dans une poêle chaude sans matière grasse jusqu'à ce qu’elles soient dorées.
Couper les filets de poulet en dés de 1,5 cm. Les mettre dans un bol avec les raisins secs.
Couper la pomme, ôter le cœur et la couper en très petits dés. Les ajouter au poulet.
Dans un petit bol, mélanger le chutney, la mayonnaise, le yaourt à la grecque et le curry. Saler, poivrer. Verser sur le poulet et mélanger bien. Goûter et rectifier l’assaisonnement si nécessaire.
Réserver au frais pendant au moins deux heures afin que les saveurs se mélangent.
Servir sur un lit de salade de mâche et parsemer avec les amandes.

Variantes : ajouter de l’ananas frais coupé en dés ou bien de la coriandre fraîche ciselée.
Si vous avez des restes, ils sont délicieux dans un sandwich.

jeudi 27 octobre 2011

Salade de lentilles, courge rôtie, mimolette et graines, presque comme chez Rose Bakery

Salade lentilles courge mimolette vue 1

Salade de lentilles, courge rôtie, mimolette et graines, presque comme chez Rose Bakery

En ce début de semaine, j’ai joué les touristes en famille à Paris.

Après une bonne marche autour de la basilique du Sacré Cœur, J’ai failli éclater de rire lorsque mon neveu de 10 ans qui habite Montpellier est entré chez Rose Bakery ,rue des Martyrs en disant « oh, c’est moche ici ! ».  A la place, j’ai choisi de prendre un air un peu choqué comme l’aurait fait ma mère si j’avais fait la même chose.

Ses parents ont tout de suite rétorqué que le plus important était ce qu’il y a dans l’assiette.

OUF, j’étais sauvée, c’est toujours un peu stressant pour moi de choisir un restaurant pour les autres. Je sais c’est bête mais j’ai une tendance à prendre les choses trop à cœur et je me sens toujours responsable quand je conseille un film, un livre, un restaurant, un médecin, etc. On ne se refait pas !

Quand les assiettes sont arrivées, colorées et chaleureuses, le décor de Rose Bakery, vraiment très trop minimaliste s’est soudain effacé et notre déjeuner a enfin pu commencer (je ne suis jamais allée dans le second Rose Bakery dans le Marais, mais d’après les photos, le décor semble plus gai).

Les enfants ont craqué pour un vrai « fish & chips » préparé avec des produits de qualité. Nous n’avons pas pu résister à chiper dans leurs assiettes, les portions étant assez généreuses.

Mon beau frère et moi avons choisi une tarte aux champignons très goûteuse avec une pâte un peu épaisse mais bien croustillante. Les tartes ne sont pas accompagnées de vagues feuilles de laitue, comme dans la plupart des restaurants mais de deux salades du jour. J’avais une salade de carottes aux graines de courges (un classique chez eux, la recette est dans le livre de Rose Bakery) et une salade de chou rouge. Mon beau-frère, tout comme ma sœur Caroline avec sa « pizzette » avaient une salade de lentilles aux courges rôties et au fromage. J’ai complètement craqué pour cette salade, goutée dans leurs assiettes, et dès ce matin, je l’ai refaite avec ce que j’avais à la maison.

Et comme j’avais des poireaux tout frais et un fond de pâte brisée déjà dans son moule au congélateur, j’ai accompagné cette salade d’une quiche aux poireaux.  Pas de recette aujourd’hui, je l’ai faite au feeling. Rectificatif : j'avais totalement oublié que j'avais déjà publié une recette de quiche aux poireaux sur ce blog : la voilà, sur ce lien.

Quiche poireaux vue 1
Quiche aux poireaux


Ah, que j’aime ce type de repas. Gabrielle et moi avons de suite pensé à nos déjeuners mère-fille de l’année dernière.

Salade de lentilles, courge rôtie, mimolette et graines

Ingrédients pour 2 personnes en accompagnement

300 g de courge (poids net avec la peau mais sans les graines)
J’ai choisi une sucrine du Berry mais vous pouvez prendre du potimarron ou une courge butternut, etc.
200 g de lentilles vertes du Puy, déjà cuites
20 g de mimolette vieille râpée (râpe à gros trous)
2 poignées de graines diverses
1 cuil. à soupe d’huile d’olive pour la cuisson des courges
Vinaigrette
1,5 cuil. à soupe d’huile d’olive
1 cuil. à café de vinaigre balsamique
Sel, poivre du moulin

Sucrine du berry vue 1Sucrine du Berry


Préparez la vinaigrette en mélangeant tous les ingrédients dans un petit bol.
Préchauffez votre four à 200°C.
Coupez votre courge en deux, retirez les graines puis coupez la chair en gros dés, sans retirez la peau (ma courge était bio).
Mettez les dés de courge dans un plat allant au four, ajoutez un peu de sel, la cuillérée à soupe d’huile d’olive et mélangez.
Enfournez pour 20 à 30 minutes en mélangeant deux fois pendant la cuisson.
Vérifiez la cuisson à l’aide de la pointe d’un couteau.
Pendant ce temps, si vos lentilles ne sont pas déjà cuites, faites-les cuire.
Rincez-les puis mettez-les dans une casserole.
Portez à ébullition, baissez le feu et laissez frémir jusqu’à ce que les lentilles soient tendres.
Le temps de cuisson est d’environ 20 minutes.
Ne salez surtout pas l’eau de cuisson.
Egouttez, versez dans un plat creux puis ajoutez la vinaigrette, mélangez bien.
Laissez tiédir, puis ajoutez les dés de courge.
Au moment de servir, ajoutez la mimolette, les graines et mélangez.

Servez tiède ou froid.

Rose Bakery
46, rue des Martyrs
Paris 9

Egalement une autre adresse dans le Marais au 30, rue Debelleyme, Paris 3

mercredi 07 septembre 2011

Coleslaw à l’asiatique + démos dégustations VillaWare + FoodSaver sur le salon Maison&Objet.

Coleslaw asiatique collage vue 1 

Coleslaw à l’asiatique + démos dégustations VillaWare + FoodSaver sur le salon Maison&Objet.

Comme je l’écrivais hier, nous sommes tous les 4 adeptes des salades de crudités. Je les sers en entrée ou bien en guise de légumes avec de la volaille (quand Gabrielle n’est pas là) ou du poisson quand elle est là.

Il en existe plusieurs variantes sur ce blog comme ce coleslaw, avec ou sans mayonnaise, recette extraite de mon dernier livre « Légumes et Tutti Frutti ».

Cette fois, c’est une sorte de coleslaw mais sans la mayonnaise, ni la sauce « fausse mayonnaise ». A la place, j’ai ajouté ma sauce asiatique, sujet de mon précédent billet.

Cela donne une salade bien croquante et bien acidulée. Elle est volontairement simple car c’est une des recettes que j’aurai le plaisir de présenter sur le stand VillaWare du salon Maison&Objet, vendredi et samedi, avec un des appareils de la gamme VillaWare, le robot. Il me servira à émincer en deux temps trois mouvements le chou rouge, le vert et les carottes.

Si vous avez la chance d’aller sur le salon Maison&Objet qui est avant tout destiné aux professionnels, n’hésitez pas à venir sur le stand VillaWare, afin de découvrir leur gamme. Le stand est dans le Hall 3, Allée D Stand N°122.

Et parce que c’est toujours mieux de voir la gamme en pleine action, j’anime 3 démonstrations par jour (12 h, 14 h et 16 h) uniquement le vendredi et le samedi,avec dégustations.

Vous pourrez également y voir le fameux appareil de mise sous vide FoodSaver dont j’avais parlé dans ce billet et qui avait éveillé votre curiosité.

Au plaisir de vous voir sur le salon, vendredi ou samedi.

Coleslaw à l’asiatique

Ingrédients pour 6 personnes

¼ de chou blanc
¼ de chou rouge
3 carottes
1 oignon rouge
Le zeste d’un citron vert
75 g de cacahuètes
Vinaigrette
Le jus d’un citron vert
1 cuil. à café de sucre roux
1 cuil. à café de nuoc mam (fish sauce)
4 cuil. à soupe d’huile d’olive
4 cuil. à café d’huile de sésame
4 cuil. à café de « sweet chili sauce »

Préparation

Faites chauffer une poêle sans matière grasse.
Ajoutez les cacahuètes puis faites-les revenir sur feu moyen pendant quelques minutes afin qu’elles soient dorées.
Versez dans un bol, laissez refroidir puis concassez-les grossièrement sur une planche.
Mélangez tous les ingrédients de la vinaigrette à l’aide d’un petit fouet.
Goûtez puis rectifiez éventuellement l’assaisonnement.
Retirez la première peau des choux puis émincez-les finement, soit à l’aide d’un robot, soit à la main.
Versez dans un bol.
Pelez puis lavez les carottes puis râpez-les, soit dans un robot, soit à la main.
Ajoutez les carottes aux choux.
Ajoutez le zeste de citron, la vinaigrette puis mélangez bien.
Servez avec les cacahuètes concassées.

Salon Maison & Objet, du 9 au 13 septembre 2011
Horaires d'ouverture
Du vendredi au lundi : de 9h30 à 19h.
Le mardi : de 9h30 à 18h. Lieu
Parc des Expositions de Paris Nord Villepinte

VillaWare et FoodSaver, Hall 3, Allée 3, stand 122

mardi 06 septembre 2011

Ma vinaigrette asiatique chouchou même si ce n’est pas une vinaigrette du tout !

Vinaigrette asiatique vue 1 
Ma vinaigrette asiatique chouchou même si ce n’est pas une vinaigrette du tout !

A la maison, nous aimons tous les quatre les crudités et c’est une aubaine car je peux y mettre toutes les crudités, selon les saisons, en passant par le chou rouge, vert, le chou rave, les carottes, etc. et même le fenouil.

J’y ajoute des oignons rouges ou des oignons nouveaux et il m’arrive d’y ajouter des fruits, comme la pomme, des fruits séchés comme les raisins ou des fruits secs, comme la pistache ou les noix.

Les possibilités sont infinies et ça me va très bien moi qui refuse de m’ennuyer dans ma cuisine quotidienne.

Pour ce qui est de la vinaigrette, je déroge à la version classique huile d’olive + vinaigre, + sel + poivre, pour en faire des versions plus exotiques, les palais de Noé et de Gabrielle sont habitués à mes fantaisies culinaires.

C’est fou d’ailleurs comme l’on peut éduquer le palais de ses enfants en leur faisant goûter à des saveurs différentes assez tôt. Pour tout vous avouer cela n’a jamais été un but dans mon éducation, je n’ai pas vraiment de stratégie précise dans le domaine. C’est juste que j’ai toujours voulu que nous mangions la même chose et du coup, ils sont habitués à ma cuisine. Mais bon, ne rêvons pas. Si Noé mange volontiers des crudités (le plus souvent sans vinaigrette), des soupes ou des jus de légumes, s’il est habitué aux épices et aux saveurs exotiques, quand il s’agit de manger des légumes cuits, je n’ai pas trop de miracles à vous proposer.

Mais bon, est-ce bien grave ?

Cette vinaigrette qui n’en est pas une, puisqu’il n’y a pas de vinaigre, j’ai du la faire des dizaines de fois, le plus souvent au feeling, en goûtant.
Cette fois, j’ai tout noté et je suis ravie de la partager avec vous. J’espère qu’elle ensoleillera vos salades de crudités. C’est un mélange de saveurs acides, amères, salées et sucrées, avec une pointe de piment, tout ce que j’aime.

Ma vinaigrette asiatique chouchou

Ingrédients pour 15 cl

Le jus d’un citron vert
1 cuil. à café de sucre roux
1 cuil. à café de nuoc mam (fish sauce)
4 cuil. à soupe d’huile d’olive
4 cuil. à café d’huile de sésame
4 cuil. à café de « sweet chili sauce » (rayon cuisine du monde)

Mélangez tous les ingrédients à l’aide d’un petit fouet.
Goûtez puis rectifiez éventuellement l’assaisonnement.
Mettez dans un bocal et conservez au frais jusqu’au moment de servir.

RDV demain pour une recette qui utilise cette vinaigrette.

mercredi 24 août 2011

Salade de fenouil, concombre, tomates et oignons rouges.

Salade fenouil concombre roquette tomate oignons rouges vue 1 

Salade de fenouil, concombre, tomates et oignons rouges.

Quand les enfants partent en vacances sans nous, je suis plutôt sereine car je sais qu’ils sont heureux là où ils sont et que c’est important pour les enfants d’avoir une vie en dehors de leur famille.

De toute façon, vu la longueur des vacances scolaires en France (parfois plus de 2 mois quand ils sont au collège), je n’ai pas vraiment le choix, à moins de fermer boutique durant 2 mois. En Grande Bretagne, ils ont seulement 6 semaines de vacances en été et c’est beaucoup plus simple pour les parents de s’organiser. C’est facile pour moi de dire cela maintenant que je suis mère car j’ai de super souvenirs de ces 2 longs mois d’été lorsque j’étais enfant et j’aurais détesté qu’on y touche.

Bon courage au gouvernement pour statuer sur ce point !

Avant leur retour en fin de semaine, je profite pleinement de ma liberté, sans complexe mais, par des petits détails, je sais qu’ils sont toujours avec moi, dans un coin de ma tête.

Hier soir par exemple, j’ai rigolé toute seule dans ma cuisine en imaginant Noé qui aurait très certainement fait la moue en découvrant des crudités non identifiées dans son assiette.

Cette salade croquante se suffit pratiquement à elle même pour un repas léger. Comme David et moi sommes gourmands nous y avons ajouté un reste de poulet.

David a trouvé le fenouil particulièrement savoureux et bien meilleur que la version cuite avec laquelle il a un peu de mal.

Salade de fenouil, concombre, tomates et oignons rouges.

Ingrédients pour 4 personnes

2 oignons rouges
2 cuil. à soupe de vinaigre
1 fenouil
250 g de tomates cerise
1 demi-concombre
2 pognées de roquette
1 poignée d’un mélange de graines
Le zeste d’un citron vert
1 demi-bouquet de ciboulette
Poivre du moulin
Sauce
Sel
1,5 cuil. à soupe de jus de citron vert
3 cuil. à soupe d’huile d’olive

Commencez par préparer les oignons.
Pelez-les, retirez la première  peau puis coupez-les en 8.
Plongez les demi-quartiers d’oignons dans de l’eau bouillante pendant 1 minute.
Egouttez puis rincez-les à l’eau froide.
Détachez les lamelles de chaque demi-quartier puis mettez-les dans un bol.
Ajoutez le vinaigre, mélangez et réservez.

Je suis une grande fan de ces oignons qui sont croquants et pas trop forts. Ils se marient très bien avec une salade. Vous pouvez également les ajouter sur une tartine ou sur une tarte, comme dans ces tartelettes au comté. 

Retirez les extrémités du fenouil, coupez-le en deux puis râpez-le.
Mettez le fenouil dans un grand plat.
Coupez les tomates cerise en deux et ajoutez-les dans le plat.
Coupez le concombre en très fines tranches et versez-les dans le plat.
Ajoutez la roquette, la moitié des oignons (gardez le reste pour une autre salade ou pour des tartines), les graines, le zeste de citron, la ciboulette ciselée et mélangez.
Dans un petit bol, mélangez le sel et le jus de citron. Ajoutez l'huile d'olive et émulsionnez l'ensemble, à l'aide d'un petit fouet ou d'une cuillère magique.

Versez sur la salade, mélangez bien et servez avec un peu de poivre fraichement moulu.

Bonne rentrée à vous ou bonnes vacances si vous êtes encore loin de la maison.

mercredi 27 juillet 2011

Salade croquante de poulet aux tortilla chips, à la Nigella Lawson.

Salade poulet nigella lawson vue 1  
Salade croquante de poulet à la NIgella Lawson

Je ne sais pas si c’est une manie de fille mais j’adore les grandes salades repas. C’est encore ce que je choisis sans réfléchir dans certains restaurants. Et pourtant, à chaque fois, je peste contre la montagne de salade qu’il est quasiment impossible de finir, les ingrédients qu’il faut trop souvent chercher sous les immenses feuilles ou la vinaigrette qui n’est pas toujours faite maison. En gros, j’ai la sensation d’avoir payé une fortune pour pas grand-chose, si ce n’est le plaisir d’être avec une amie  sur une terrasse au soleil.

Du coup, je me venge en préparant des salades repas à la maison, comme je les aime et en me promettant de ne plus me faire avoir.

C’est en feuilletant le dernier livre de Nigella Lawson « Kitchen » que j’ai craqué pour cette salade. J’aime tout particulièrement ce livre qui est vraiment le reflet de sa cuisine sans prétention et pleine de bonnes idées.

Pour sa salade, qu’elle appelle « Chinatown chicken salad », elle mélange de la laitue romaine avec des pousses de soja, du poivrons, du poulet, des cacahuètes grillées, de la coriandre  et des tortillas écrasées, ce qui apporte une touche de croquant très agréable. Elle arrose sa salade d’une vinaigrette asiatique.

J’ai repris l’idée des tortillas écrasées dans la salade, du poulet et de sa vinaigrette et j’ai changé tout le reste.

Grand succès lundi soir avec David et Noé. C’est frais, léger et consistant à la fois. Noé a particulièrement aimé me voir écraser les tortillas dans mes mains au dessus du plat et il a dévoré sa portion sans vinaigrette. Je ne sais pas pourquoi mais impossible de lui faire manger une salade avec de la vinaigrette. Si vous avez des pistes …

Salade croquante de poulet aux tortilla chips, à la NIgella Lawson

Salade poulet croquante vue 1
Ingrédients pour 2 personnes

1 demi-laitue (j’ai utilisé des feuilles de chêne)
Une douzaine de tomates cerise
4 oignons nouveaux
¼ de concombre
Quelques pluches de coriandre
2 poignées de tortilla chips (pensez à regarder la liste des ingrédients, j’ai été agréablement surprise par celles de la marque Old El Paso qui sont faites avec de l’huile de tournesol).
150 g de blanc de poulet déjà cuit

Pour la vinaigrette
1 cuil. à soupe de sauce soja
1 cuil. à café de vinaigre de riz
1 cuil. à café de jus de citron vert
½ cuil. à café de sucre de canne roux
1 cuil.  à café d’huile de sésame
1 cuil. à café de gingembre frais pelé et râpé

Lavez puis séchez votre laitue.
Au dessus d’un grand plat, déchirez les feuilles en morceaux afin de faire un lit de salade (cela permet d’éviter les feuilles immenses des salades repas dans certains restaurants, dont je parlais plus haut).
Ajoutez les tomates cerise coupées en deux puis le concombre coupé en petits dés.
Coupez les oignons nouveaux en tranches très fines et ajoutez-les sur la salade.
Coupez le poulet en lanières puis répartissez-les sur la salade.
Ecrasez les tortillas chips dans vos mains au dessus du plat.
Ciselez la coriandre et répartissez-la sur le plat.
Dans un petit bol, mélangez tous les ingrédients de la vinaigrette.
Goûtez et rectifiez éventuellement l’assaisonnement.

Juste avant de servir, ajoutez la vinaigrette puis mélangez.

N’hésitez pas à emporter cette salade en pique nique. Si vous avez bien déchiré les feuilles de salade (oui je sais, je radote), vous pourrez la manger avec une seule fourchette).
Dans ce cas, emporter la vinaigrette dans un pot de yaourt.

 

lundi 09 mai 2011

Salade de fèves au melon, pecorino et poivre

Salade feves melon pecorino vue 1 

Pour la troisième année, je travaille pour le melon Rouge Gorge, une entreprise familiale près de Poitiers.

Cette année, Anne et moi allons faire voyager le melon dans un tour de France du goût, en l’associant à des produits régionaux.

Pour cette première étape, c’est la Provence qui est mise à l’honneur avec une recette qui associe melon et huile d’olive.

Encart_172x172-01-provence 

Salade de fèves au melon, pecorino et poivre.

Ingrédients pour 4 personnes

1 petit melon Rouge Gorge
400 g de fèves pelées surgelées
100 g de pecorino
4 cuil. à soupe d’huile d’olive
1 cuil. à soupe de vinaigre balsamique blanc
Sel, poivre du moulin

Plongez vos fèves encore gelées dans de l’eau bouillante salée et comptez 6 minutes de cuisson à partir de la reprise de l’ébullition.
Egouttez et laissez refroidir.
Pendant ce temps, coupez le melon en deux puis retirez les graines. Prélevez 4 billes de melon à l’aide d’une cuillère parisienne et réservez pour la décoration.
Retirez la peau des demi-melons puis coupez la chair en dés.
Détaillez le pecorino en copeaux.
Dans un petit bol, mélangez le vinaigre et le sel, ajoutez l’huile d’olive et mélangez pour émulsionner.
Mettez les fèves dans un bol, ajoutez les dés de melon, la vinaigrette et mélangez.
Ajoutez le pecorino et mélangez à nouveau.

Et si vous avez raté les épisodes précédents, c’est ici :

Que se cache t-il derrière le melon ? Épisode 1 : de la graine à la récolte.

Que se cache t-il derrière le melon ? Episode 2 : le tri, le conditionnement et le transport.

mercredi 29 septembre 2010

Salade de betterave à la fourme d’Ambert, aux noix et aux raisins.

Salade betterave fourme ambert deux vue 1

 Salade de betterave à la fourme d’Ambert, aux noix et aux raisins

En plein mois d’août, alors que l’on a l’impression qu’il ne va jamais rien se passer, j’ai accepté de créer une recette à base de Fourme d'Ambert afin de participer avec d’autres blogueurs de cuisine à son rayonnement.

Comme vous avez pu le constater si vous êtes un fidèle lecteur ou une fidèle lectrice, je suis folle de fromage et c’est un aliment dont j’aurais du mal à me passer. Je n’ai pas la prétention d’avoir goûté à tous les fromages de notre pays, ni à tous ceux de nos voisins mais je suis incapable de citer un fromage que je n’aime pas, même si j’ai des préférences, qui varient selon mon humeur.

La fourme d’Ambert bénéficie d’une AOC depuis 1972 et possède également une AOP (voir note). Elle est fabriquée dans le département du Puy de Dôme mais également dans certaines communes du département de la Loire et dans une partie du Cantal, à partir de lait de vache. Elle fait partie de ce que l’on appelle les fromages à pâte persillée, non cuite et non pressée, comme par exemple le fromage de Stilton de nos amis britanniques.

Les veines bleues proviennent d’un champignon appelé « penicillium roqueforti » qui est ajouté en même temps que la pressure qui permet de faire cailler le lait, lorsque le lait arrive à la température de 32°C. Mais, ce n’est qu’en piquant les fromages que ces veines bleues vont se développer, au contact de l’air qui entre dans les petits trous ainsi formés.

En réfléchissant à comment j’allais pouvoir la cuisiner, j’ai tout de suite eu en tête les poires, les noix, les tartines, voire les tartes salées. Je me suis efforcée de m’en éloigner, non pas parce que je ne les aime pas (comment résister au mélange poire noix fourme) mais pour sortir de ma zone de confort, ce qui n’est pas toujours facile en cuisine.

C’est alors que j’ai lu sur le blog de Miechambo, un billet consacré à la vision d’Alain Passard sur la fourme d’Ambert, dans lequel on peut lire qu’il aime beaucoup associer la fourme d’Ambert aux légumes racine et en particulier à la betterave. Cela a piqué ma curiosité, Alain Passard est pour moi un quasi Dieu même si je n’ai jamais mangé dans son restaurant, l'Arpège. Comme j’avais des betteraves, issues de mon dernier panier amap, je me suis lancée. 

Et voilà comment est née cette salade. J’ai tout de même ajouté les noix, je n’ai pas pu résister, et des raisins, car nous sommes en pleine saison.

Mariage réussi tant sur l’aspect esthétique que sur le goût. On dirait un concentré d’automne très goûteux et frais à la fois. Si je me décide enfin à m’acheter des gants pour la cuisine, elle sera à nouveau sur notre table. La betterave, il n’y a rien de pire pour les mains et les ongles, surtout que je préfère la râper à la main, je trouve que c’est meilleur. Coquette et cuisinière, c’est terrible !

Salade de betterave à la fourme d’Ambert, aux noix et aux raisins

Ingrédients pour 4 personnes

400 g de betterave crue
16 cerneaux de noix
Une vingtaine de grains de raisins
150 g de fourme d’Ambert

Pour la vinaigrette

4 cuil. à soupe d’huile de noix
1 cuil. à soupe de vinaigre de xérès
Sel et poivre du moulin

Pelez les betteraves puis lavez-les.
Râpez-les, de préférence à la main, je trouve que c’est meilleur et mettez-les dans un plat creux.
Coupez les grains de raisin en deux ou en quatre, selon leur taille et retirez les graines.
Concassez grossièrement les cerneaux de noix.
Coupez le fromage en dés, après avoir retiré la croute.
Dans un petit bol, émulsionnez l’huile, le vinaigre, le sel et le poivre du moulin.
Ajoutez la moitié du fromage, des noix et des raisins aux betteraves.
Versez la vinaigrette et mélangez délicatement.
Répartissez sur 4 assiettes puis ajoutez le restant du fromage, des raisins et des noix sur le dessus.
Servez.

Que boire avec ?

Suite au commentaire de Miss Crumble, j’ai demandé à Emmanuel Delmas, sommelier de m’aider.

Voilà sa réponse :

"La fourme d Ambert réclame un vin moelleux, la betterave une pointe de fraicheur, alors que le vinaigre peut poser problème.
Personnellement, j’oserai un Jurançon second, sur un millésime jeune. Ainsi il en sortira tonifie par une superbe acidité. Les papilles vont s’aiguiser au contact de cette acidité, et l’accord permet de lancer le repas à merveille." Merci Emmanuel ...

Note : Quelle est la différence entre l’AOP et l’AOC ?

AOC : appellation d’origine contrôlée

Il s’agit d’un label officiel français créé en 1905. Il est lié à un produit et à son origine géographique.  (Source : le très bon article de Virginie Martin dans le magazine Régal N° 36).
Pour faire simple : les produits bénéficiant d’une AOP sont produits ou élaborés dans une zone géographique délimitée (notion de terroir). Il s’agit d’une garantie d'origine et de typicité et c’est l'assurance qu'un produit a été fabriqué selon un savoir-faire transmis de génération en génération et transcrit dans un cahier des charges précis.
C'est l'Institut National des Appellation d'origine (INAO) qui suit cette procédure d'agrément en AOC (source : lemangeur-ocha.com).

AOP : Appellation d’origine protégée

Il s’agit d’un label équivalent à l’AOC mais au niveau européen. Ce label est plus récent car créé en 1992. Les garanties sont les mêmes que pour celles de l’AOC mais le label est géré, non plus par la France, mais par l’union européenne.

Plus d'infos sur la fourme d'Ambert, c'est sur ce lien.

Billet sponsorisé, dans le cadre de la promotion du fromage Fourme d’Ambert

lundi 27 septembre 2010

La salade du dimanche soir.

Laitues chene vue 1


La salade du dimanche soir

La salade du dimanche soir, c’est quand on n’a pas une grande faim mais qu'on a tout de même envie de s’attabler, seul, à deux ou en famille

La salade du dimanche soir, c’est une envie de fraicheur après les agapes du week-end

La salade du dimanche soir, c’est génial pour utiliser tous ces petits restes qui ne peuvent plus vraiment faire office de repas

La salade du dimanche soir, on la commence tout doucement sur un coin du plan de travail, sans vraiment réfléchir et puis on ouvre le réfrigérateur pour prendre quelque chose et là, on remarque autre chose qui pourrait aller avec. A partir de là, tout s’enchaine

La salade du dimanche soir est sans prétention mais elle peut devenir un vrai festin

La salade du dimanche soir, c’est de la cuisine rapide, facile et gourmande et ça, on aime.

Chez nous dimanche, c’était un reste de panzanella mélangé à une très belle batavia, des dés de fourme d’Ambert, des noix concassées et des lanières de bresaola. En guise de pain, des tortillas réchauffées au four.

Et vous, vous aimez les salades du dimanche soir ? Quelle est votre préférée ?

Ma salade chouchou est sur ce lien.

Je vous souhaite à tous un très bon début de semaine.

Suivez Pascale Weeks sur Twitter


Mes recettes au Multicuiseur Philips
Retrouvez moi également ici
Diner Pamplemousse de Floride
Notes les plus populaires
    Mes blogs de cuisine chouchou
    Blogs utiles
    Mes sites de cuisine préférés
    Lectures non culinaires
    Partenaires
    • Couteau ceramique

    Ma Photo
    INDEX DES RECETTES
    • Pour retrouver toutes mes recettes, cliquez sur l'une ou l'autre des catégories dans la colonne de droite, sous les commentaires récents. Enjoy !

    Mes livres
    Livret de recettes à télécharger