"Salades" (46)

mercredi 29 juillet 2009

Salade de chou rave aux graines de sésame et vinaigrette à l’asiatique.

Chou rave vue 1

Salade de chou rave aux graines de sésame et vinaigrette à l’asiatique

J’ai un peu honte de moi.

Il y a quelques semaines, en regardant mes 2 paniers de légumes de mon Amap (j’avais récupéré celui de Silvia pendant ses vacances, à charge de revanche pendant les miennes) j’ai eu d’un seul coup un gros trou de mémoire en regardant une sorte de boule blanche et verte avec des tiges et des feuilles.

Le pire est que je savais que j’avais déjà cuisiné ce drôle de légume, à l’époque de mon panier campanier, mais impossible de lui mettre un nom dessus.

En attendant de retrouver la mémoire, je l’ai pelé à l’aide d’un couteau afin d’enlever un peu d’épaisseur puis j’ai gouté la chair, très douce mais avec un bon petit gout, indéfinissable. J’étais en train de me demander si j’allais le râper ou le couper en lamelles très fine à l’aide ma mandoline, mais le fait de ne plus me souvenir de son nom me trottait trop dans la tête.

Merci à « Google image » grâce à qui j’ai pu retrouver le nom de ce légume mystérieux. Il s’agit tout simplement du chou-rave.  Mais oui, bien sur !

Je me demande pourquoi le chou-rave, légume tout en délicatesse, croquant sans être trop ferme, gouteux sans être trop fort, n’est finalement pas très courant dans nos assiettes ?

J’en ai fait une salade toute simple avec des graines de sésame et une vinaigrette d’inspiration asiatique.
Je pensais faire autre chose avec le second mais nous l’avons tellement aimé préparé de cette manière, que j’ai réitéré.

Vivement les prochains.

Salade chou rave vue 1

Salade de chou rave aux graines de sésame et vinaigrette à l’asiatique

Ingrédients pour 3 personnes

250 g net de chou-rave pelé, tiges et feuilles retirées
125 g de tomates cerise
1 cuil. à soupe rase de graines de sésame
Le zeste d’un citron vert
Vinaigrette
3 cuil. à soupe de jus de citron vert
1 cuil. à café de vinaigre de riz
2 cuil. à café d’huile de sésame
2 cuil. à café d’huile d’olive
1 cuil. à café de sucre roux
1 cuil. à café de nuoc mam

Après avoir retiré la peau un peu dure qui entoure le chou-rave, lavez-le puis râpez-le (si vous avez une râpe à julienne, c’est encore mieux).
Mettez dans un plat creux ou dans un bol.
Ajoutez les tomates cerise coupées en deux, ainsi que le zeste de citron et les graines de sésame.
Mélangez tous les ingrédients de la vinaigrette en émulsionnant l’ensemble, à l’aide d’un petit fouet ou d’une cuillère magique. Goutez et rectifiez éventuellement les saveurs. Cette version correspond à mes gouts. Si vous la préférez plus acide, ajoutez plus de citron ou plus de vinaigre, plus salée, ajoutez plus de nuoc mam ou plus sucrée, ajoutez plus de sucre roux.
Versez la vinaigrette sur la salade, mélangez et servez.

Excellentes vacances à vous si vous êtes partis.

vendredi 26 juin 2009

Salade de blé au safran et aux pimientos (pimento) del piquillo .

Taboule ble trois vue 1


Salade de blé au safran et aux pimientos (pimento) del piquillo

« Maman, tu peux acheter ça, j’en mange à la cantine et c’est super bon !».
Cette phrase, c’est Noé qui l’a prononcée il y a environ 2 ans alors qu’il faisait les courses avec moi. Le produit désigné était le blé Ebly, dans sa jolie boite jaune.

J’ai sauté sur l’occasion car je n’en avais pas acheté depuis longtemps et j’y ai vu une occasion de varier les féculents que je cuisine à la maison.

Je dois avouer que je n’ai pas été très créative avec ce produit, me contentant de le faire cuire à l’eau, voire pire ...

Samedi, j’ai été invitée par la marque Ebly à un atelier cuisine orchestré comme toujours avec beaucoup de sympathie et de créativité par Charles Soussin, afin de nous de nous faire découvrir à nous les blogueuses, comment cuisiner ce produit de manière différente.

Je suis donc repartie avec plein d’idées, comme de faire cuire le blé dans du thé fumé (un délice) et je me suis empressée d’en mettre une en pratique.
Nous avons préparé avec Charles un taboulé de blé en le cuisinant tout d’abord façon pilaf (voir ma recette)  puis en y ajoutant de la roquette, des tomates et du citron confit que nous avons servi à l’intérieur de tranches roulées de saumon gravalax préparé par Charles Ssoussin la veille. C’était frais, parfumé et original.

Je sis repartie de l’idée de ce taboulé de blé pour en faire une version qui n’a absolument rien à voir, n’ayant pas le moindre ingrédient de la recette d ‘origine sous la main.

On pourrait comparer ma recette à une salade de pâtes mais plus légère. Le blé, qui ne libère pas son amidon en cuisant, contrairement au riz ou aux pâtes garde toute sa texture et son croquant, tout en s’imprégnant des choses dans lesquels il est cuit (du safran dans mon cas).

C’est la salade parfaite pour un pique-nique ou pour accompagner un barbecue.

Salade de blé au safran et aux pimientos del piquillo

Ingrédients pour 4 personnes

2 échalotes ou 1 petit oignon
2 cuil. à soupe d’huile d’olive
200 g de blé Ebly
40 cl d’eau
Sel fin
10 pistils de safran (voir note)
250 g de pimientos del piquillo (voir note)
50 g de graines de courges (voir note)
100 g d’ail à l’huile (voir note)
5 grandes feuilles de basilic, ciselées
2 cuil. à soupe de vinaigre de xérès
2 cuil. à soupe d’huile d’olive
Fleur de sel et poivre du moulin

Pelez puis ciselez  les échalotes.
Faites les revenir dans l’huile d’olive dans une sauteuse ou dans une cocotte, sur feu doux pendant 3 minutes.
Ajoutez le blé puis mélangez bien.
Ajoutez l’eau, le safran et du sel fin.
Portez à ébullition, baissez le feu puis laissez mijoter jusqu’à ce que toute l’eau ait été absorbée (soit pendant environ 10 minutes).
Mélangez de temps en temps.
Rectifiez l’assaisonnement, versez dans un bol puis laissez refroidir.
Rincez les piquillos puis coupez la chair en dés.
Coupez les gousses d’ail à l’huile en dés.
Ajoutez les dés de piquillos, les dés d’ail, les graines de courge au blé refroidi et mélangez.
Ajoutez l’huile d’olive, le vinaigre, la fleur de sel, le poivre du moulin et mélangez bien.
Goûtez puis rectifiez éventuellement l’assaisonnement.
Ajoutez le basilic puis réservez au frais jusqu’au moment de servir.

Note sur les ingrédients

Pour cette recette, j’ai utilisé le contenu de mes placards. Libre à vous de faire la même chose, cette recette n’est qu’une base.

Si vous n’avez pas de safran, faites cuire le blé dans un bouillon de légumes, comme nous l’avons fait lors de cet atelier.

Les graines de courges se trouvent dans les magasins bio. Pour cette recette, vous pouvez les remplacer par des pignons de pin à torréfier au four.

Les pimientos del piquillo sont une spécialité basque espagnole dont je raffole. Ils ‘agit d’une sorte de piment mais au goût très doux. Ils sont vendus en boite ou en bocal, déjà vidés, grillés et pelés. Ils font merveille, farcis de brandade de morue, dans une salade, dans une quiche, dans un gaspacho ou farcis à la ricotta ou d’une mousse de thon.
Vous les trouverez dans les épiceries fines. J’aime beaucoup ceux de la marque Etorki.
Si vous n’en avez pas, pensez aux poivrons grillés que l’on trouve en bocal ou utilisez des dés de tomates.

L’ail à l’huile est une spécialité italienne qui s’appelle « aglio sott'olio » que j’achète chez mon traiteur italien Signori et Figli à Nogent Sur Marne. Il s’agit de gousses d’ail frais qui ont été mises en bocal avec de l’huile d’olive ou bien pochées dans un mélange de vinaigre, d’aromates puis mises en bocal avec de l’huile d’olive (merci à Silvia pour toutes ces infos). Elles sont bien croquantes et pas du tout fortes. J’aime beaucoup les ajouter dans une salade pour leur croquant irrésistible et pour leur très léger goût d’ail. L’huile du bocal est également très parfumée. Difficile de trouver un substitut mais pensez à quelque chose de légèrement croquant comme des olives vertes concassées par exemple.

Excellent week-end à vous.

Salade ble vue 1




 

jeudi 05 mars 2009

Quinoa à la roquette, viande des Grisons et graines diverses, pour cuisine en solo.

Quinoa roquette grisons vue 1 

Quinoa à la roquette, viande des Gisons et graines diverses, pour cuisine en solo

Merci encore pour tous vos commentaires et mails à l’occasion des 5 ans de ce blog. Je suis très touchée par votre gentillesse et par votre fidélité.

Je n’ai pas le souvenir d’avoir beaucoup cuisiné pour moi toute seule depuis que je vis en couple, tout simplement par manque d’envie et d’occasions.

Ce n’est que depuis que je travaille à la maison que j’apprécie la cuisine en solo.

Il faut dire, qu’après de longs mois de déjeuners complètement anarchiques, j’ai fini par trouver l’ensemble bien déprimant.

Aujourd’hui, si je ne me régale pas avec le résultat de mes tests, je me prépare un repas.
Si je suis allée sur le marché le matin, c’est le plus souvent du poisson. Sinon, je bricole quelque chose à partir de ce que j'ai sous la main, en me laissant guider par ce que j’ai envie de manger. Le hasard de mes réserves fait souvent bien les choses et c’est comme cela que j’ai créé mes recettes chouchoutes.

En ce moment, comme je n’ai pas de four, je privilégie les salades repas.

Celle-ci est à base de quinoa, de roquette et de viande des Grisons que j’avais achetée pour faire totalement autre chose. Il y en a largement assez pour 2, ce qui vous donnera l’occasion de la faire goûter à la famille le soir ou à un de ses membres qui rentrerait à l’improviste ce jour là.

Quinoa à la roquette, viande de Grisons et graines diverses, pour cuisine en solo

Ingrédients pour 2 à 3 personnes

250 g de quinoa cuit et refroidi
50 g de viande des Grisons
1 carotte
1 grosse poignée de roquette
1 cuil. à soupe de graines de lin (magasins bio)
2 cuil. à soupe de graines de courges (magasins bio)
Vinaigrette :
2 cuil. à soupe d’huile d’olive
1 cuil. à soupe de jus de citron
Sel et poivre du moulin

Pelez, lavez puis râpez la carotte.
Coupez la viande des Grisons en très fines lanières, à l’aide d’une paire de ciseaux.
Emincez la roquette.
Dans un grand bol, mélangez le quinoa, la carotte, la roquette, les graines et la viande des Grisons.
Dans un petit bol, mélangez le sel, le poivre, le jus de citron et l’huile.
Versez sur le quinoa et mélangez.
Goûtez et rectifiez éventuellement l’assaisonnement en sel, poivre et jus de citron.

Et vous, quand vous êtes seule ou seul à la maison, vous cuisinez ?


 

dimanche 05 octobre 2008

Salade de tomates (green zebra) et invitations pour le salon Cuisinez.

Salade_tomate_green_zebra_vue_1

Salade de tomates (green zebra)

Lorsque vous demandez à votre primeur de vous donner les tomates les plus mures qu’il a et qu’il vous répond « toutes nos tomates sont cueillies parfaitement mures », tout en vous regardant droit dans les yeux avec un charmant sourire, vous vous dites que le bonheur n’est pas loin.

Il avait raison. Il faut dire que ses tomates n’ont pas beaucoup voyagé car elles viennent de chez un maraîcher local (à Mandres les Roses dans le Val de Marne 94) qui a son propre stand sur le marché de Nogent Sur Marne (non, non, je ne suis pas en train de devenir locavore !).

Avec ces tomates qui ont effectivement du goût, mon entrée, pour le déjeuner du samedi était toute trouvée.

Salade de tomates retour de marché

Green_zebra_vue_1

Les vertes sont des green zebra. Je pense que les rouges sont des oroma mais je n’en suis pas certaine, j’ai totalement oublié de demander. J’aime en particulier les « green zebra » qui sont douces, légèrement fruitées et qui ne contiennent presque pas de pépins. Il s’agit d’une variété ancienne de tomates. Les oroma étaient également très savoureuses et pas du tout acides.

Lavez vos tomates puis séchez-les.
Retirez le pédoncule puis coupez-les en tranches.
Disposez-les sur un plat ou sur une grande assiette.
Salez avec de la fleur de sel puis poivrez.
Ajoutez un peu d’échalote finement émincée.
Mélangez de l’huile d’olive et du vinaigre et arrosez les tomates.
Ajoutez du basilic ciselé et laissez reposer le tout à température ambiante, le temps de préparer le reste du repas.

Et voilà, une salade de tomates comme nous les aimons à la maison.

Vous pouvez également ajouter de l’oignon rouge à la place de l’échalote comme sur cette salade réalisée cet été avec d’autres variétés de tomates anciennes.

Salade_tomates_anciennes_vue_1

Invitations pour le Salon Cusinez du 24 au 27 octobre 2008.

Lire la suite "Salade de tomates (green zebra) et invitations pour le salon Cuisinez." »

lundi 29 septembre 2008

Salade de poulet et de crabe à la thaïlandaise, sans matière grasse.

Salade_poulet_crabe_thai_vue_1_2

Salade de poulet et de crabe à la thaïlandaise, sans matière grasse

Le week-end dernier, j’ai décidé de démarrer un régime. Je ne pensais pas en parler sur ces pages mais comme ce blog est le reflet de ma cuisine de tous les jours, il m’a finalement semblé logique de l’évoquer. Les vacances ont été fatales (et peut-être bien les mois précédents). Lorsque j’ai commencé à mettre du temps à me préparer et à être gênée dans mes vêtements, certains étant vraiment trop justes, je me suis dit « ma fille, tu es foutue, il va falloir faire quelque chose ».

C’est là que les choses se sont gâtées. Après avoir fait attention pendant plus d’une semaine, je n’ai pas perdu un gramme, alors que cela fait des années que je me régule de cette manière, dès que je commence à me sentir mal dans mes vêtements.

Je dois avouer que j’ai pris peur et du coup, après plusieurs semaines d’hésitations, je me suis finalement lancée lundi dernier.

Je suis partie sur le régime riche en protéines du docteur Dukan, après avoir lu et annoté son livre pendant tout le week-end (« Je ne sais pas maigrir »), acheté sur un coup de tête à la gare (ce livre est impossible à rater, il est absolument partout !) alors que nous partions en week-end.

Lundi matin en me levant, j’étais à la fois excitée par ce projet personnel et très inquiète car je suis vraiment gourmande, et j’avais du mal à imaginer comment tenir. Lundi fut effectivement la journée la plus difficile et j’étais même extrêmement nerveuse et tendue (une pensée pour ceux et celles qui ont du mal à arrêter de fumer). Puis, devant l’efficacité des résultats dès le mardi matin, je me suis sentie mieux et je me suis dit que j’allais y arriver.

Le mercredi, j’en avais déjà assez de manger toujours la même chose et je me suis dit qu’il y avait sûrement un moyen de respecter les contraintes de ce régime, tout en se faisant plaisir.

C’est la cuisine qui m’a sauvé car à partir du moment où je me suis dit que j’allais cuisiner autrement, tout est devenu plus facile. Je prends même cela comme un jeu. Bon, il m’arrive de trouver cela difficile mais David et les enfants sont là pour me remonter le moral.

Ne vous inquiétiez pas, je continue à cuisiner des gâteaux ou autres gourmandises pour le restant de la famille, mon blog tout entier ne va pas se mettre au régime.

Mercredi soir, nous nous sommes régalés d’une grosse cocotte de moules marinières, cuisinées sans beurre, ni vin (voir mon billet sur A Table Et Compagnie).

Jeudi, je me suis souvenue que les crevettes sont très bonnes, marinées dans du jus de citron vert, du zeste de citron vert, du poivre et un mélange de coriandre et de menthe.

Vendredi, je me suis concoctée une salade de poulet de crabe à la thaïlandaise sans matière grasse.
Très parfumée, elle passe très bien. N’hésitez pas à en préparer en grande quantité, vous serez ravis de la retrouver au frais pour votre prochain repas.

Salade de poulet et de crabe à la thaïlandaise, sans matière grasse

Pour cette recette, je me suis inspirée du livre de Julie Andrieu « Mes secrets pour garder la ligne sans régime ». J’avais acheté ce livre par curiosité il y a un moment. A l’époque je n’avais pas trop remarqué la présence de recettes. Aujourd’hui, je les trouve précieuses car elles permettent d’égayer un régime. Je suis bien contente d’avoir gardé ce livre, qui existe aujourd'hui en format poche.

Ingrédients pour 2 personnes

250 g de filets de poulet (élevés en plein air)
5 cl d’eau
1 patte de crabe ou une demi boite de crabe
1 échalote
1 bâton de citronnelle
Le zeste d’un demi citron vert
2 cuil. à soupe de jus de citron vert
2 cuil. à soupe de nuoc nam
1 cuil. à café de sirop d’agave ou de sucre roux (voir note)
6 feuilles de menthe
3 branches de coriandre

Coupez le poulet en petites lanières (3 cm sur 0,5 cm).
Décortiquez le crabe ou égouttez la boite.
Emincez l’échalote.
Ciselez les feuilles de menthe et les pluches de coriandre.
Fendez le bâton de citronnelle en deux, retirez les tiges les plus dures puis émincez le reste jusqu’à obtenir 1 cuillère à soupe.
Dans un petit bol, versez la citronnelle, le zeste, le jus de citron, le sirop d’agave ou le sucre roux (voir note).
Versez l’eau dans une casserole puis portez à ébullition.
Ajoutez l’échalote puis le poulet et mélangez pendant 3 à 4 minutes, jusqu’à ce que le poulet soit cuit.
Versez dans un plat creux, ajoutez la sauce et mélangez.
Ajoutez les herbes et mélangez à nouveau.

Servez et régalez vous.

Note : en suivant le régime Dukan je ne suis pas censée pour le moment ajouter de sirop d’agave mais je n’ai pas pu résister. Le sirop d’agave permettant d’équilibrer les saveurs de la sauce.

jeudi 14 août 2008

Salades de fèves séchées à la tomate, roquette et maïs ou histoire d’une maman pas désespérée.

Salade_feves_sechees_vue_1

Salades de fèves séchées à la tomate, roquette et maïs

« Maman, qu’est ce qu’on mange ce soir ? » me demande Noé en montant en courant les 3 marches qui mènent à la cuisine.

Cette question me fait toujours sourire car je me souviens encore comment elle avait le don d’agacer ma mère lorsque nous la lui posions. J’aime sentir dans cette question toute la confiance que peuvent avoir les enfants dans le fait qu’ils vont effectivement avoir un repas, chaque soir. J’aimerais leur expliquer, que ce n’est pas toujours le cas partout, et parfois même, pas très loin de chez nous.

La plupart du temps, je réponds puis j’attends les réactions : « super » ou « oh », d’un ton légèrement déçu, selon le plat en cours de préparation.

Ce soir là, à l’arrivée de Noé, je me suis retournée machinalement vers la pendule de la cuisine « Zut, encore une fois piégée par le temps ».

J’ai refermé mon portable d’un coup sec, je l’ai déposé dans un coin de la cuisine me promettant bien de ne pas y toucher jusqu’au lendemain matin, juré, craché ….

J’ai répondu à Noé : « je ne sais pas encore, mais je t’appellerai plus tard, tu m’aideras à préparer la table ».

Lorsque je passe beaucoup de temps à tester mes recettes pour mes livres ou pour les sites pour lesquels j’écris, j’apprécie particulièrement de cuisiner, sans que rien ne soit prévu et encore moins écrit.

Je commence par regarder quels légumes il me reste, j’ouvre ensuite le réfrigérateur et sort tout ce qui peut servir, profitant au passage pour faire un peu de tri et utiliser les produits pour lesquels j’ai craqué, comme l’extrait aux huiles essentielles de cumbava.

Tout en déposant mes trouvailles sur le plan de travail, le repas se construit petit à petit dans ma tête.

Ce soir là, je suis partie d’une boite de fèves séchées déjà cuites achetées dans une épicerie de la rue Montorgeuil. Ces fèves ne sont pas très connues dans notre cuisine. Ce sont elles qui entrent, avec les pois chiches, dans la composition des délicieux falafels, boulettes végétales, emblèmes de la cuisine du moyen orient.

Feves_sechees

Avec la tomate qui me reste, une grosse poignée de roquette qui fera office d’herbe fraîche, c’est décidé, ce sera une salade de fèves qui accompagnera très bien le restant de poulet rôti.

Tout en préparant cette salade, je me suis dit que les choses avaient bien changé depuis cette époque où je n’aimais cuisiner que pour recevoir et que la cuisine quotidienne m’ennuyait profondément.

Aujourd’hui, c’est presque un jeu et surtout un grand plaisir et je me suis rendue compte dans ces dernières années que l’on peut très bien composer un repas tous les soirs, sans y passer des heures et surtout, sans que ce soit une corvée.

Ah, si je pouvais communiquer cela à mes amis qui trouvent parfois difficile de préparer quelque chose de rapide et qui change de l’ordinaire.

Lire la suite "Salades de fèves séchées à la tomate, roquette et maïs ou histoire d’une maman pas désespérée." »

samedi 26 avril 2008

Salade de radis blanc daikon et de carottes, vinaigrette à la thaïlandaise.

Salade_carottes_daikon_vue_1

Salade de radis blanc daikon et de carottes, vinaigrette à la thaïlandaise

Ah quel bonheur de voir enfin le soleil et surtout de le sentir sur sa peau avec sa chaleur douce et pas trop insistante. Je resterai bien des heures au soleil, oubliant allègrement tous les conseils des dermatologues, surtout avec ma peau à taches de rousseur.

Ce matin, contrairement à mes habitudes, c’est en fin de matinée que je suis allée sur le marché. Ce n’est finalement pas si désagréable de voir du monde s’amasser dans les allées. Cela donne une ambiance vivante et les vendeurs semblent apprécier. 

Après avoir désespérément cherché de la rhubarbe chez plusieurs primeurs qui me certifient, soit que la saison est déjà terminée, soit qu’elle n’a pas commencé ( !?), je souris, soulagée, en découvrant finalement des kilos de rhubarbe chez mon primeur habituel et chez d’autres, une fois la mienne achetée (OUF, le tournage de Goosto est sauvé).

En plus de la rhubarbe, j'ai craqué pour un radis blanc (daikon, voir note) que le primeur m'a conseillé de manger cru en salade.

Radis_blanc_daikon_vue_1

Juste le temps de boire un café en terrasse au soleil (je me m'en lasse pas) et je me suis attaquée à mes légumes. Un radis blanc et des carottes râpées plus tard, un zeste de citron vert, une vinaigrette à la thaïlandaise, et voilà une salade croquante, très fraîche et bien parfumée pour une magnifique journée de printemps quasi estivale.

Salade de radis blanc daikon et de carottes, vinaigrette à la thaïlandaise

Ingrédients pour 2 à 3 personnes

3 carottes
1 radis blanc (daikon, voir note)
Le zeste d’un citron vert
Quelques brins de coriandre fraîche

Vinaigrette

2 cuil. à soupe de jus de citron vert
2 cuil. à café d’huile de sésame
2 cuil. à café d’huile d’olive
1 cuil. à café de sucre de palme ou de sucre roux
1 cuil. à café de sauce nuon nam (fish sauce)

Lavez puis pelez carottes et radis.
Coupez les extrémités puis râpez-les.
Ajoutez le zeste de citron vert et mélangez.

Préparez la vinaigrette en mélangeant les ingrédients.
Au moment de servir, ajoutez la vinaigrette aux légumes, mélangez et servez, en ajoutant de la coriandre ciselée.

Vous pouvez ajouter à la vinaigrette un peu de piment oiseau épépiné et très finement ciselé et quelques cacahuètes grillées.

Note sur les ingrédients

Le radis blanc (daikon)  que j’ai utilisé n’a rien à voir avec les petits radis roses et blancs que nous trouvons habituellement en France, ni avec le radis noir (blanc à l’intérieur) qui a un goût très prononcé. Celui a est un radis géant d’origine japonaise et son goût est très doux. Vous pouvez l’utiliser cru ou cuit.

Dommage que Clea ne soit pas là en ce moment, c’est elle la spécialiste de la cuisine utilisant les ingrédients japonais.

Excellent week-end à vous.

jeudi 13 décembre 2007

Mizuna.

Mizuma_salade

Mizuna

Vous souvenez vous de la folie de la roquette dans les restaurants il y quelques années (10 ans, 15 ans ?). J'ai tout de suite aimé son coté piquant. Servie avec des copeaux de parmesan et une bonne huile d’olive, le bonheur n’était pas loin.

Puis, je me suis mise aux pousses d’épinard, au pourpier, à l’arroche rouge, aux pousses de blettes, de betterave ou de moutarde, à la mâche rouge, tout en continuant à aimer les salades, comme les feuilles de chêne rouge ou verte, la laitue ou la batavia.

Il y a quelques semaines, mon répertoire de saveurs et de couleurs s'est enrichi d’une nouvelle feuille, la mizuna.

Les feuilles de mizuna ressemblent  étrangement à celles de la roquette mais son goût est plus doux et légèrement poivré. Cette feuille est originaire d’Asie mais est cultivée également en France et même chez le célèbre maraîcher Joël Thiebault.

Pour le moment, je ne l’ai remarquée que sur mon stand de salades sur le marché de Nogent Sur Marne (Chez Brigitte et André) mais je suis certaine, qu’en ouvrant grand vos yeux, vous devez pouvoir la trouver ailleurs.

Coté cuisine, je vous conseille de la découvrir d’abord avec une simple vinaigrette, puis de la mélanger à d’autres pousses. Vous pouvez également la faire revenir dans une poêle avec des champignons shiitake et des graines de sésame.

Dans mon élan, je l’ai servie sur une tartelette oignons rouges et fromage de chèvre en me disant que l’association tarte salade est un plaisir dont je me lasse pas, même si David, pour me taquiner,  qualifie toujours ce type de menu comme « un repas de fille ».

Bonne salade !

vendredi 14 septembre 2007

Salade de champignons à la féta et au persil plat.

Salade_champignons_feta_persil_plat

Salade de champignons à la féta et au persil plat

Si je devais choisir une seule qualité, ce serait la volonté car c’est elle qui permet, à mon sens, de gommer nos travers de personnalité.

C’est cette pensée saugrenue qui m’a soudain traversé l’esprit l’autre soir, alors que je préparais cette salade de champignons.

Faute avouée est à moitié pardonnée : j’achète trop de nourriture, l’esprit toujours rempli de  grands projets sans prendre en compte le temps qu’il faut pour les réaliser. Ajoutons à cela une certaine incapacité à dire non aux commerçants, il m’arrive alors d’aller trop loin.

Je reviens dans ces moments là, à des périodes de restrictions et j’inverse la tendance : plutôt que de faire les courses pour réaliser une recette, je traque le contenu du réfrigérateur (le contenu des placards étant moins vulnérable) pour y  puiser l’inspiration de mes repas.

Ah, ce sac en papier brun rempli de champignons que je n’ai pas eu le cœur de refuser d’acheter à ce charmant vendeur, qui pourtant n’était pas en train de me menacer. Ah cette fêta que j’achète toujours machinalement à chaque fois que je fais les courses, simplement parce que David en raffole. Oh ! Des tiges de persil plat heureusement pas trop mal conservées. J’oubliais ces beaux citrons verts que je collectionne sur mon plan de travail, ce qui explique pourquoi j’utilise toujours du citron vert dans mes recettes.

On pose tout sur la table, on lave, on trie, on sort la planche, le couteau et c’est parti pour une salade repas, à accompagner de bouchées de poulet grillés au four.

Salade de champignons à la féta et au persil plat

Ingrédients pour 4 personnes

250 g de champignons de Paris (de préférence rosés)
Le jus d’un petit citron vert
5 tiges de persil plat
3 cuil. à soupe d’huile d’olive
Sel et poivre du moulin
80 g de fêta

Brossez les champignons rapidement sous l’eau froide et faites-les sécher sur du papier absorbant.
Coupez-les en tranches fines et mettez-les dans un grand bol.
Ajoutez un peu de jus de citron, remuez, goûtez et rajoutez du jus jusqu’à ce que le degré d’acidité vous plaise.
Retirez les pluches des tiges de persil plat et ciselez-les à l’aide d’une paire de ciseau ou d’un couteau.
Ajoutez-les aux champignons avec l’huile d’olive et mélangez.
Salez, poivrez et mélangez.
Couvrez d’un film étirable et laissez reposer à température ambiante.
Au moment de servir : émiettez la fêta sur la salade et mélangez devant vos convives.

Servez.

Concours_souvenirs_vacances_120_

Je profite de ce billet pour vous inviter à participer au concours « souvenirs de vacances » organisé par le site 750g. Vous avez jusqu’au 14 octobre pour envoyer votre recette.

Le gagnant, accompagné de la personne de son choix, assistera à un cours de cuisine à 4 mains : Laurence Salomon et Laurent Trochain livreront leurs versions de la recette lauréate !

Toutes les infos sur le concours et les prix pour les gagnants sont ici.

Excellent week-end à vous.

mercredi 01 août 2007

Salade Fattouche.

Salade_fattouche_vue_1

Blog en vacances. Ce billet date du 16 juin 2006.

Vous vous souvenez peut-être de cette publicité dans les années 80 qui disait : « Un inconnu vous offre des fleurs, etc. ». Dans mon histoire, ce ne sont pas des fleurs que j'ai reçues d’un inconnu mais une recette. Ce qui tombe très bien car je suis allergique à la plupart des fleurs, mais ça, il ne pouvait pas le savoir.

C’était un soir tard et je m’étais transformée en cendrillon sans carrosse, ou plutôt sans métro. Ce que j’aime à Paris, c’est qu’il y a des taxis partout pour vous ramener à bon port.
Le chauffeur de taxi était très sympathique et nous avons commencé à parler de choses et d’autres. Mon amie Françoise a toujours été sidérée de ma faculté à pouvoir parler autant avec des gens que je ne connais pas.

Au bout d’un moment, il m’a confié qu’il adore la cuisine et il a commencé à me dire que sa salade préférée est la salade Fattouche. A cette époque je ne connaissais pas, j’ai donc noté mentalement la liste des ingrédients.
Lorsque nous sommes arrivés à destination, il a pris le temps de noter la recette sur un bout de papier et j’ai trouvé cela extrêmement généreux.  J’ai gardé précieusement ce papier que j’ai traîné d’endroit en endroit dans la maison, j’ai cru plusieurs fois l’avoir perdu et j’ai fini par le retrouver.

Cette salade est fraîche et très parfumée, David l'a adorée et nous l’avons trouvée parfaite pour un soir d’été comme en ce moment.

Salade Fattouche

Ingrédients pour 4 personnes

4 grosses poignées de salade (laitue ou feuilles de chêne vert)
2 poignées de mâche
2 tomates
¼ de concombre
1 poignée de pluches de persil plat
1 poignée de feuilles de menthe
4 cuil. à soupe d’oignons nouveaux émincés (3 à 4 selon la taille)
2 pains libanais (voir note)
Un peu de sumac (voir note)

Vinaigrette

1 gousse d’ail
1 cuil. à café de sel
5 cuil. à soupe d’huile d’olive
le jus d’1/2 citron vert
Poivre du moulin

Préchauffez votre four à 210°C.
Laver la salade et la mâche et séchez-les.
Lavez les herbes, séchez-les puis émincez-les.
Emincez les oignons nouveaux
Coupez le concombre en tranches très fines et les tomates en tranches.
Mélangez les salades, les herbes et les oignons dans un grand plat creux ou dans un grand saladier.
Préparez la vinaigrette en broyant l’ail et le sel, puis ajoutez l’huile d’olive, le jus de citron et le poivre.
Au moment de servir, faites grillez les pains libanais dans le four pendant 5 minutes, jusqu’à ce qu’ils soient croustillants.
Mélangez la salade et la vinaigrette, saupoudrez d’un peu de sumac et ajoutez le pain libanais coupés en morceaux.

Servez.

Note sur les ingrédients

Le sumac est une épice que je ne connaissais pas du tout il y a quelques mois. Elle provient des baies séchées et écrasées de l’arbuste du même nom. Elle est de couleur rouge, un peu comme le paprika, son goût n’est pas fort mais acidulé. Les libanais l’utilise beaucoup dans leur cuisine et en particulier pour assaisonner des salades ou des légumes. Vous pouvez la trouver dans certaines épiceries qui vendent des produits du moyen orient.

Le pain libanais se trouve très facilement dans la grande distribution dans le rayon des pains de mie. Si vous ne le trouvez pas, remplacez-le par du pain pita.

Salade_fattouche_deux_vue_1

Suivez Pascale Weeks sur Twitter
Mes recettes au Multicuiseur Philips
Retrouvez moi également ici
Je soutiens
Diner Pamplemousse de Floride
Notes les plus populaires
    Mes blogs de cuisine chouchou
    Blogs utiles
    Mes sites de cuisine préférés
    Lectures non culinaires
    Partenaires
    • Couteau ceramique

    Ma Photo
    INDEX DES RECETTES
    • Pour retrouver toutes mes recettes, cliquez sur l'une ou l'autre des catégories dans la colonne de droite, sous les commentaires récents. Enjoy !

    Mes livres
    Livret de recettes à télécharger