"Une envie de soupes ?" (46)

dimanche 16 mars 2014

Soupe miso aux ravioles du Dauphiné : recette 100% flemmarde

Soupe miso ravioles du dauphine

Soupe miso aux ravioles du Dauphiné

Je ne me souviens plus de la première fois que j'ai fait cette soupe. Faire est un bien grand mot d'ailleurs, ce n'est pas vraiment de la cuisine mais de l'assemblage de bonnes choses.

Au départ, je me préparais cette soupe quand j'étais seule à la maison, que je n'avais pas de restes à réchauffer, une grosse faim et pas envie de manger n'importe quoi.

Je suis une adepte des soupes miso de chez Ariake, parfaites pour un diner très léger mais un peu trop légères servies toutes seules. Un jour, j'ai essayé de les utiliser comme base pour faire cuire des ravioles du Dauphiné, un autre de mes produits chouchou. Bingo, ça marche et cela donne en 3 minutes, une soupe suffisamment consistance pour calmer une grosse faim et surtout, c'est bon.

David, qui était dubitatif la première fois que je lui ai proposé cette soupe est également tombé sous le charme.

Vous pouvez aussi faire une soupe miso avec des nouilles soba et du tofu, comme dans cette recette, mais c'est plus long.

Les ravioles du Dauphiné se trouvent au rayon frais. Elles se présentent sous forme de plaques de ravioles posées sur un papier sulfurisé. Les ravioles se détachent les unes des autres quand vous plongez la plaque de ravioles dans de l'eau bouillante, un bouillon, une soupe miso, etc. Elles cuisent en 1 minute. La pâte à ravioles est une pâte fraiche aux oeufs. La garniture est composée de fromage blanc, de Comté, d'herbes et d'œufs.

Soupe miso aux ravioles du Dauphiné

Ingrédients pour 1 personne

1 sachet de soupe miso aux légumes ou au tofu (Ariake pour moi)

Voir note pour faire votre propre soupe miso

2 plaques de ravioles de romans (80g)

25 cl d'eau chaude (j'en mets un peu plus que ce qui est indiqué sur le sachet quand j'ajoute des ravioles)

Herbes fraiches pour servir

Comment faire ?

Versez le contenu du sachet de soupe miso dans une casserole. Ajoutez l'eau chaude puis portez à ébullition.

Ajoutez les ravioles puis faites cuire pendant une minute en mélangeant délicatement, ce qui va permettre aux ravioles de se détacher les unes des autres.

Versez un bol, ajoutez les herbes fraiches et servez.

Note sur la soupe Miso 

Pour faire votre propre soupe miso, il faut préparer un bouillon dashi (le vrai est préparé en infusant des algues konbu et de la bonite séchée mais le plus souvent, on le trouve sous forme déshydratée) et y incorporer de la pâte de miso (pâte de soja fermentée). Tous ces ingrédients se trouvent dans les boutiques japonaises ou asiatiques.

Et pour voir sa préparation en images, voilà une vidéo qui explique comment faire une soupe miso.

vendredi 25 octobre 2013

Velouté de courge Kabocha aux lentilles corail & épices

Veloute kabocha vue 1

Velouté courge Kabocha

La semaine dernière, j'ai reçu un mail très gentil de Delphine, suite à mes ateliers Courge Attitude durant la journée Marmiton. Elle me disait qu'elle n'avait pas noté les ingrédients du velouté de Kabocha que j'ai préparé et servi deux fois durant la journée.

Voilà la recette pour terminer la série sur les courges. Après le gratin de potimarron rôti, la salade crue de Kabocha & carottes et le cake potimarron, raisins & amandes façon carrot cake, voilà le velouté.

Courge kabocha deux vue 1

Durant les ateliers, beaucoup étaient surpris de voir que je ne pelais pas le Kabocha. Il se trouve que certaines courges n'ont pas besoin d'être pelées (un jour, je ferai un récap sur le sujet). A la cuisson, la peau devient tendre et s'écrase comme la chair. Comme la peau du Kabocha est verte, cela donne une couleur verte au velouté. Durant le premier atelier la couleur était même franchement verte mais quand je l'ai refait à la maison, je suis plutôt arrivée à un une couleur vert kaki.

Ah, les mystères des couleurs de la nature. Cela me fait penser au velouté vraiment rouge que j'avais obtenu une fois avec de la betterave alors que mes lectrices était arrivées à une soupe rose. Je n'ai jamais su leur expliquer.

Courge kabocha ouverte vue 1
Veloute de courge kabocha aux lentilles corail

Ingrédients pour 4 à 6 personnes

½ courge Kabocha (700 g environ avec la peau et les graines)

1 blanc de poireau

1 carotte

2 échalotes

2 poignées de lentilles corail

1 cuil. à café d'un mélange d'épices indiennes

75 cl de bouillon

Sel & poivre du moulin

1 cuil. à soupe d'huile d'olive

Préparation

Retirez les graines de la courge, en vous servant d'une cuillère à glace et coupez la courge en dés.

Pelez la carotte, coupez-la en dés. Pelez les échalotes, émincez-les puis émincez le blanc de poireau.

Dans une cocotte, faites chauffer 1 cuillère à soupe d'huile d'olive.

Ajoutez les échalotes, le poireau, la carotte et faites-les revenir pendant 8 minutes, sur feu moyen.

Ajoutez les épices, mélangez, ajoutez les dés de courge, les lentilles, le bouillon et portez à ébullition.

Baissez le feu, couvrez et laissez mijotez, jusqu'à ce que les légumes et les lentilles soient tendres.

Mixez en ajoutant éventuellement plus de liquide si le velouté est trop épais.

Assaisonnez avec du sel et du poivre avant de servir.

Note sur la Kabocha

C'est une courge à la peau verte et à la chair couleur moutarde. Elle a la peau sacrément dure et sa chair est très ferme. Elle a un goût moins sucré que le potimarron mais on retrouve les saveurs de noix et de châtaigne de manière assez prononcée.

mardi 13 novembre 2012

Velouté de carottes panais gingembre lait de coco et lentilles corail

Veloute carottes panais gingembre lait de coco lentilles corail
Velouté de carottes panais gingembre lait de coco et lentilles corail

Il y a bien longtemps que je n’avais pas partagé une recette de velouté de légumes avec vous. Toutes les semaines, j’en fais un, voire deux et c’est un mets que nous aimons tous à la maison. 

J’accompagne les veloutés de tartines de fromage et ou de jambon et voilà notre repas du soir.

Comme il y a beaucoup de recettes de veloutés et soupes en tout genre sur ce blog, je ne voulais pas en rajouter. Je craignais de vous lasser même si mes veloutés sont à chaque fois différents les uns des autres.

C’est d’ailleurs ce qui attend toute blogueuse après plusieurs années d’existence. Même si nous ne refaisons pas souvent les mêmes choses à la maison, les recettes sont parfois trop proches les unes des autres pour apporter vraiment de la nouveauté.

Nous avons particulièrement aimé celui-là avec, comme le dit Gabrielle à moitié pour se moquer de moi « le gingembre qui vient twister la carotte ». C’est rare que je fasse un velouté avec plus de 3 éléments et du coup, je me suis amusée à leur faire deviner es ingrédients. Noé n’a pas joué, Gabrielle a trouvé carotte, gingembre et lait de coco et David panais et lentilles.

Velouté de carottes panais gingembre lait de coco et lentilles corail

Ingrédients pour 4 personnes

500 g d’un mélange carotte et panais (poids net après épluchage)
1 oignon
1 morceau de gingembre de la taille d’un pouce
20 cl de lait de coco
60 cl de bouillon
2 poignées de lentilles corail
1 cuil. à soupe d’huile d’olive
Fleur de sel

Pelez carottes et panais puis retirez les extrémités.
Lavez-les puis coupez-les en dés.
Pelez puis émincez l’oignon.
Pelez puis émincez le gingembre assez finement.
Faites chauffer l’huile dans une cocotte.
Ajoutez l’oignon, le gingembre et faites les revenir pendant 5 minutes sur feu doux.
Ajoutez les dés de légumes puis mélangez.
Ajoutez les lentilles corail, le bouillon et faites cuire, jusqu’à ce que les lentilles et les légumes soient cuits.
Mixez avec le lait de coco.
Goûtez et ajoutez éventuellement de la fleur de sel.

Servez bien chaud avec un tour de moulin à poivre.

lundi 10 septembre 2012

New England Clam Chowder : souvenir de Cape Cod pour le concours Ariaké, saison deux

Clam chowder new england

New England Clam Chowder

Cet été, j’ai eu la chance de faire un très beau voyage en famille sur la côte-Est des Etats Unis. Une semaine à New York, 3 jours à Boston et le reste du temps à Cape Cod. J’ai gouté à mon premier Clam Chowder à Boston après avoir marché pendant des heures.

Coup de cœur pour cette soupe épaisse avec pommes de terre, crème, coquillages et herbes fraiches. Elle est d’un blanc crémeux et servie avec des Oysters crackers. Elle évoque le réconfort après une promenade au bord de la mer, que ce soit en été ou en hiver.

Dans mon élan, j’ai continué à en déguster à Cape Cod et bien évidemment j’ai tout de suite voulu essayer à la maison.

Au départ, en raison de la présence de pommes de terre, j’ai voulu faire cette recette pour le coin de Pascale Weeks que j’anime depuis bientôt deux ans pour la collective de la pomme de terre. Puis, je me suis dit que c’était une soupe parfaite pour mettre en valeur le bouillon de coquillages d’Ariaké pour le concours de recettes organisé par Silvia pour 750g, auquel j’ai accepté de participer.

Souvenir de cape codComme nous étions à l’hôtel, pas de cuisine. Du coup, entre 2 balades, je me suis mise en tête de découvrir l’histoire du Clam Chowder dans un petit livre trouvé sur l’île de Martha's Vyneyard. Livre particulièrement ardu à lire mais j’ai appris pas mal de choses (A History of Chowder:Four Centuries of a New England Meal).

Comment souvent avec les plats mythiques d’une région, on se dispute son origine. Ce qui est important de savoir, c’est que le Chowder est à l’origine un plat rustique préparé par les hommes pour les hommes sur les bateaux. Puis, les femmes ont mis leur grain de sel mais bien plus tard.

Cette soupe fait partie de l’héritage de la nouvelle Angleterre et on retrouve les premières recettes dans les journaux de Boston en 1723, sous forme de poèmes. Aujourd’hui on retrouve le Clam Chowder sur toutes les côtes et elle est parfois servie dans du pain au levain évidé, comme à San Francisco par exemple (voir recette d'Edda).

A l’origine, elle s’appelait « Chowder » et il n’y avait ni pommes de terre, ni crème ni clams. Il s’agissait d’empiler dans une grande marmite du lard, des oignons, des « ship-biscuits » (biscuits très durs qui faisaient partie de la nourriture emportée sur les bateaux car ils ne prenaient pas l’humidité), du vin et de l’eau. Ce sont les biscuits qui permettaient d’épaissir la soupe qui cuisait pendant des heures sur le feu.

Plus tard on y ajouta des coquillages (elle devint alors Clam Chowder), parfois du poisson, de la crème, des herbes, etc. Au 19 ième siècle, on remplace l’eau par du bouillon et les biscuits par la pomme de terre afin d’épaissir la soupe.

Oyster crackersLes fameux Oyster Cracker servis aujourd’hui avec le Clam Chowder sont là comme clin d’œil pour se souvenir de l’origine de cette soupe.

Dans certaines régions des Etats Unis, comme dans le Connecticut, on rajoute de la tomate, certainement à cause d’émigrants venus d’Italie. On retrouve aussi des versions sans poisson avec du maïs.

Dans ma version, j’ai tout simplement essayé de retrouver le goût de celles que j’ai découvertes cet été. J’ai choisi comme bon nombre de recettes de retirer le porc, histoire que nous puissions la manger en famille.


NB : j’ai longtemps cru que les clams étaient l’équivalent des palourdes mais il se trouve que c’est un nom générique et que cela peut correspondre à plein de différents coquillages que l’on trouve sur la côte des Etats-Unis. En France, l’idéal est d’utiliser des palourdes.

Palourdes avant cuisson

J’ai passé un peu de temps à la préparer mais, quand nous nous sommes attablés tous les quatre sur la terrasse, c’est comme si nous étions encore à Cape Cod.

New England Clam Chowder, souvenir de Cape Cod

Ingrédients pour 4 personnes

75 cl d’eau
2 sachets à infuser « bouillon de coquillages » de chez Ariaké
1 oignon
1 petite branche de céleri
1 petite noix de beurre
500 g de pommes de terre à chair ferme, comme des Charlotte par exemple
1,2 kg de palourdes grises
20 cl de crème liquide entière
1 cuil. à café bombée de maïzena mélangée à un peu d’eau froide (facultatif)
1 demi-bouquet de ciboulette
Quelques tiges d’Aneth

Comment faire ?

Faites bouillir l’eau, ajoutez les sachets de bouillon de coquillages, couvrez et faites frémir pendant 10 minutes en mélangeant de temps en temps.
Retirez les sachets et réservez le bouillon.
Pelez puis ciselez l’oignon.
Coupez la branche de céleri en très petits dés
Faites chauffer le beurre dans une cocotte.
Ajoutez l’oignon, le céleri et faites-les revenir sur feu doux pendant 10 minutes.
Pelez les pommes de terre, passez-les rapidement sous l’eau froide puis séchez-les.
Coupez-les en tranches d’1 cm d’épaisseur puis en dés d’1 cm.
Ajoutez-les au mélange oignon et céleri puis mélangez bien.
Ajoutez le bouillon de coquillages puis faites frémir pendant une 8 minutes.
Ajoutez la crème, mélangez et continuez la cuisson, jusqu’à ce que les pommes de terre soient tendres.
Retirez 2 à 3 louches de la soupe, mixez puis remettez-la dans la casserole, afin d’épaissir la soupe.
Pendant la cuisson des pommes de terre, rincez les palourdes puis mettez-les dans une grande cocotte.
Faites chauffer sur feu entre moyen et vif puis couvrez.
Ouvrez de temps en temps, mélangez puis retirez au fur et à mesure les palourdes ouvertes.

Palourdes ouvertes

Retirez la chair des palourdes puis hachez-la grossièrement.
Ajoutez-la dans la casserole avec le reste des ingrédients puis faites frémir pendant 3 minutes.
Goûtez, salez, goûtez à nouveau et rectifiez si nécessaire.
Si la soupe n’est pas assez épaisse à votre goût, ajoutez le mélange maïzena et eau, mélangez puis faire légèrement bouillir pendant 3 minutes, en mélangeant sans cesse.
Ciselez la ciboulette puis ciselez l’aneth assez finement, mélangez les deux.
Ajoutez environ 5 cuillères à soupe d’herbes à votre clam chowder, selon votre goût.
Servez bien chaud.

Clam chowder new englanc trois

 

vendredi 11 mai 2012

Repas solo : Soupe miso, nouilles soba et tofu ou comment customiser une simple soupe miso

Soupe miso soba vue 1

Soupe miso, nouilles soba et tofu ou comment customiser une simple soupe miso

Les déjeuners en solo, c’est mon quotidien sachant que je travaille à la maison.

Depuis le temps, je suis habituée et n’allez pas croire que je grignote un quignon de pain avec un bout de de fromage devant mon écran.

En fait, j’ai appris à aimer cette pause, plus ou moins longue selon mon planning et j’ai du mal à sauter un repas car je deviens de méchante humeur.

La plupart du temps, je mange ce que j’ai préparé pour les recettes que j’écris pour HelloFresh, Le coin de Pascale Weeks, etc.

Quand je n’ai rien, je cuisine des choses très simples avec ce que j’ai sous la main et en général, je ne passe pas plus de 10 à 15 minutes pour préparer mon assiette.

Ce midi, j’avais envie de chaleur, de légèreté et de saveurs japonisantes. Je me suis amusée à customiser une soupe miso de chez Ariaké, celles que je réserve pour David et moi les dimanches soir quand nous avons envie d’un diner léger préparé en un temps record.

Soupe miso, nouilles soba et tofu

Ingrédients pour 1 personne

1 sachet de soupe miso
50 g de tofu nature
50 g de nouilles soba
1 cuil. à soupe d’huile de pépin de raisins

Un peu de ciboulette ciselée pour servir

Mettez le tofu sur une assiette, recouvrez d’une seconde assiette, posez un poids puis réservez pendant 10 minutes.
Faites cuire vos nouilles soba, égouttez-les puis rincez-les à l’eau froide.
Versez le contenu du sachet « soupe miso » dans un bol.
Séchez le tofu avec du sopalin puis coupez-le en petits dés
Faites chauffer une cuillère à soupe d’huile dans un wok.
Ajoutez les dés de tofu et faites-les revenir pendant 5 minutes, sur feu moyen, jusqu’à ce qu’ils soient dorés.
Ajoutez les nouilles soba et mélangez pendant 1 minute, juste pour les réchauffer.
Pendant ce temps, versez 200 g (20 cl) d’eau bouillante dans le bol qui contient le sachet « soupe miso ».
Mélangez, ajoutez les nouilles soba et le tofu. Servez avec la ciboulette.

Régalez-vous, ce n’est pas parce que vous mangez seul que vous n’avez pas le droit de vous faire plaisir.

Note sur les ingrédients

Le tofu nature se trouve très facilement dans les boutiques bio ou dans le rayon bio des grandes surfaces.

Les nouilles soba sont des nouilles japonaises à la farine de Sarazin, d’où leur couleur un peu brune. On en trouve également des vertes, lorsqu’elles sont aromatisées au thé vert matcha.
Vous pouvez les trouver dans les épiceries japonaises du quartier japonais à Paris (rue Saint Anne, Paris 2 ou rue des Petits Champs, Paris 2), au Lafayette Gourmet, à la Grande Epicerie de Paris (Bon Marché), dans les épiceries asiatiques ou bien dans certains magasins Monoprix.
Sinon, en ligne, sur les sites suivants :
Kioko, Nishikidori Market, Satsuki ou Workshop Isse (plus cher mais produits haut de gamme).

Soupe miso

J’ai utilisé celle de la marque Ariaké que l’on trouve assez facilement dans les Monoprix ou dans les épiceries fines, au rayon des bouillons.
Pour tout savoir sur cette marque, je vous invite à lire mon billet sur le sujet.

lundi 10 octobre 2011

Pho vietnamien : bouillon de bœuf, nouilles de riz, herbes fraiches et boulettes de bœuf (concours de recettes Ariaké).

Pho bouillon boeuf ariake vue 1 

Pho vietnamien : bouillon de bœuf, nouilles de riz, herbes fraiches et boulettes de bœuf (concours de recettes Ariaké).

Je suis une grande romantique curieuse qui a besoin de connaitre les histoires qui se cachent derrière les marques. Certaines ressemblent à des légendes, d’autres ont un goût plus business.

Avec Ariaké, je n’ai pas été déçue car c’est l’histoire de la détermination d’un grand chef, Joël Robuchon.

Il y a 15 ans, à l’occasion d’un voyage au Japon, il découvre et tombe sous le charme des bouillons de la marque Ariaké, celui au coquillage plus précisément. Il rencontre le patron japonais d'Ariaké et lui dit que ce serait une idée de génie de s’implanter en Europe et qu’il ferait tout pour lui ouvrir le marché de la restauration. Le patron japonais refuse en disant que cela ne marchera jamais, que le marché européen est totalement différent, bla bla bla, etc.

Je ne connais pas personnellement Joël Robuchon mais vu son niveau de cuisine, j’imagine qu’il est particulièrement déterminé et persévérant. Il est donc revenu à la charge régulièrement et il a mis 10 ans à convaincre le patron japonais d’Ariaké d’investir en Europe.

Ce fut chose faite avec une usine de fabrication en Belgique et une seconde en France, en Normandie, là où l’eau est de bonne qualité, ce qui est vital pour les bouillons. Ils sont fabriqués à partir de produits frais de grande qualité et le plus souvent locaux, comme le ferait un chef dans sa cuisine. C’est un sacré boulot pour lequel les achats de matières premières de qualité sont aussi importants que le coté cuisine. Saviez vous qu’il faut 6 kg de langoustines pour faire 1 litre de jus de langoustines ?

En 2008, les bouillons sont disponibles pour la restauration. Un peu plus tard arrivent les jus (ou fonds) toujours pour la restauration. En 2009, Monoprix a le coup de foudre pour les bouillons et les mets en rayon. C’est à ce moment là qu’ils sont devenus disponibles pour nous, le commun des mortels. Ils se présentent sous la forme de sachets de mousseline qu’il faut faire infuser. Depuis quelques mois, les jus prêts à l’emploi sont également disponibles à la vente pour les particuliers (jus de veau rôti, rôti, de volaille rôtie et de langoustine rôtie).

C’est plutôt une bonne nouvelle car si je trouve sympathique de faire de temps un temps un vrai bouillon, ce serait malhonnête de dire que je peux les faire tout le temps. Sans compter que quand on cuisine, on n’a pas simplement besoin du bouillon de volaille ou de celui de légumes mais également de celui de coquillages, etc.

Maintenant que vous savez tout sur Ariaké, voilà la recette que j’ai préparée pour participer au concours « ça fuse et ça infuse » organisé par la marque et par le site 750 g, grâce à la pétillante Silvia. Le prix est un déjeuner dans l’atelier de Joël Robuchon.

J’ai d'abords souhaité rester dans ma zone de confort en cuisinant un bouillon thaï : pas de risques, c’est mon dada et il y en a d’ailleurs une version sur ce blog avec des ravioles de Romans.

Puis j’ai repensé au bouillon du pot au feu que faisait ma mère. Elle disait tout le temps que si le bouillon était bon, le pot au feu ne le serait pas et inversement. Mais moi, je le trouvais tout le temps bon et c’est ce que je préférais, surtout avec des bouts de pain trempés dedans.

C’est ainsi que dans la gamme des bouillons, j’ai décidé d’utiliser celui au bœuf en le servant avec quelques morceaux de pain qui flottent et ainsi compromettre toutes mes chances de gagner ce concours.

Non, pas vraiment !

J'ai décidé de préparer le bouillon vietnamien, le phô, déjà mangé chez mes amis Frédéric et Ingrid mais jamais fait à la maison.

Il s’agit d’un bouillon de bœuf dans lequel on fait infuser des épices. Il est servi dans des grands bols dans lequel on a préalablement déposé des nouilles de riz, des herbes fraiches, de la ciboule et en général des tranches très fines de bœuf ou même des boulettes. Il est servi avec des condiments à part : nuoc mam pour saler, du citron vert pour apporter un peu d’acidité et de la sauce de piment pour apporter le piquant.

Duo ingredients pho vue 1 Ciboule ciselée et sauce de piment

Dans ma version, j’ai choisi les boulettes de bœuf. J’ai adoré cette soupe qui donne la pêche et qui apporte chaleur et saveurs. Le faire avec un bouillon tout prêt mais de qualité, c’est un vrai bonheur.

Pho vietnamien : bouillon de bœuf, nouilles de riz, herbes fraiches et boulettes de bœuf

Ingrédients pour 2 personnes

Pour le bouillon
75 cl d’eau
2 sachets de bouillon de bœuf Ariaké
1 étoile de badiane
6 grains de coriandre
1 clou de girofle

Pour les boulettes
125 g de viande de bœuf haché
1 jaune d’œuf
1 cuil. à café de maïzena
2 cuil. à soupe de coriandre ciselée
Sel
 
55 g de nouilles de riz

5 ciboules chinoises
20 pluches de coriandre
4 feuilles de basilic thaïlandais

Pour servir (les condiments)

Nuoc man
Sauce de piment
Citron vert 

Comment faire ?

Mettez les épices dans un sachet à thé.
Versez l’eau dans une casserole, portez à ébullition.
Baissez le feu, ajoutez les sachets de bouillon de bœuf, le sachet d’épices et laissez infuser sur feu doux pendant 5 minutes.
Retirez la casserole du feu, couvrez et laissez infuser pendant 30 minutes.
Pendant ce temps, mettez les nouilles dans un bol, recouvrez d’eau frémissante et laissez reposer pendant 5 à 6 minutes.
Egouttez, rincez les nouilles sous l’eau froide et réservez dans un bol.
Ciselez les ciboules en gardant une partie de leur tige verte.
Ciselez la coriandre et le basilic thaïlandais, réservez dans un bol.
Dans un bol, mélangez la viande hachée, le jaune d’œuf, la maïzena, les 2 cuillères à soupe de coriandre ciselée et le sel.
Formez des boulettes assez petites, mettez-les sur une assiette.
Retirez les sachets de bouillon et d’épices de la casserole puis portez le bouillon à ébullition.
Ajoutez les boulettes, baissez le feu, et faites frémir pendant 6 minutes.

Preparation pho duo vue 1 

Dans chaque bol, mettez 80 g de nouilles, 1 cuillère à soupe bombée de ciboule, la moitié la coriandre et du basilic.
Retirez les boulettes cuites à l’aide d’une écumoire et ajoutez-les dans les bols.
Augmentez le feu afin de porter le bouillon à ébullition pendant 3 minutes.
Versez 30 cl de bouillon bien chaud dans chaque bol.

Servez en proposant à part la sauce pimentée, le nuoc mam et le citron vert, afin que chaque convive assaisonne son pho comme il le veut.

Dégustez avec des baguettes et une cuillère chinoise.

samedi 03 septembre 2011

Velouté de tomates rôties.

Soupe tomate montage 

Velouté de tomates rôties

Si vous suivez mon blog, vous savez que je suis une grande amatrice de soupes, veloutés, etc.
En revanche je n’avais jamais fait de version à la tomate car je n’arrive pas toujours à savoir si je l’aime ou non, suite à de mauvaises expériences dans des restaurants.

En cette saison avec mon panier Amap qui regorge de belles grosses tomates bien gouteûses  et odorantes (avez-vous remarqué qu’en les coupant, on a l’impression de sentir la terre), j’ai eu subitement envie de préparer mon premier velouté de tomates.

C’est une recette de la femme de Gordon Ramsay, chef britannique étoilé très médiatisé qui m’a vraiment donné l’impulsion car elle fait rôtir ses tomates avant d’en faire son velouté et l’idée me semblait fort sympathique.

Tana Ramsay, pas du tout connue en France écrit des livres de cuisine. Pour la petite histoire, Jamie Oliver a déclaré un jour à un journaliste qu’elle écrit de biens meilleurs livres de cuisine que son mari OOPS ! Bien entendu, ses livres n’ont rien à voir avec la cuisine de son mari, il s’agit de cuisine familiale assez simple mais pleine de très bonnes idées. C’est une ancienne enseignante qui n’a pas de CAP de cuisine, ou l’équivalent en GB. Je n’ai aucun de ses livres mais j’ai trouvé sa recette reprise dans un des nombreux magazines achetés cet été en Grande Bretagne.

Sur ces petits potins, je continue sur la cuisine.

Je n’ai pas suivi sa recette à la lettre mais j’ai repris la fameuse idée de faire rôtir les tomates, ce qui libère encore plus de saveurs. En même temps, j’ai fait rôtir des gousses d’ail en chemise. J’ai récupéré leur chair que j’ai mélangée aux tomates. Cela donne un léger parfum d’ail, sans que cela ne soit trop fort.

Mes cobayes préférés ont tout fini et leur première réflexion était « c’est bon, ça sent vraiment la tomate ».

Profitez-en car les tomates sont superbes en ce moment.

Velouté de tomates rôties

Ingrédients pour 6 personnes

Pour les tomates rôties

1,4 kg de tomates
2 cuil. à soupe d’huile d’olive
½ cuil. à café de sel fin
½ cuil. à café de sucre de canne roux
Thym frais
4 gousses d’ail en chemise

Pour le reste

1 carotte
1 oignon
1 cuil. à soupe d’huile d’olive
1 pincée de sel
1 boite de tomates pelées (400 g)
25 cl de bouillon
2 cuil. à café de sauce Worcestershire
½ cuil. à café de sucre

Fleur de sel, selon votre goût
Poivre du moulin

Fromage blanc ou crème épaisse pour servir

Préchauffez votre four à 200°C.
Retirez le pédoncule des tomates puis coupez-les en 4 ou en 8, selon leur taille.
Mettez-les dans un grand plat allant au four.
Ajoutez l’huile d’olive, le sel, le sucre et le thym.

Tomates avant cuisson vue 1 

Mélangez avec vos mains puis enfournez pour 40 minutes environ. Les tomates doivent commencer à griller sur les bords.
Pendant ce temps, épluchez l’oignon puis émincez-le.
Epluchez la carotte puis coupez-la en petits dés.
Faites chauffer une cocotte ou une grande sauteuse avec l’huile d’olive.
Ajoutez la carotte, l’oignon, le sel puis faites revenir sur feu doux pendant 10 minutes.
Ajoutez les tomates en boite et mélangez.
Quand les tomates sont rôties, ajoutez-les dans la cocotte avec tout le jus rendu, le bouillon la sauce Worcestershire,  et le sucre.

Tomates roties vue 1 

Récupérez la chair des gousses d’ail et ajoutez-la dans la cocotte.
Laissez mijoter pendant 5 minutes.
Mixez, salez, poivrez, goûtez puis rectifiez éventuellement l’assaisonnement.
Ma soupe est volontairement un peu épaisse, rien ne vous empêche de rajouter plus de bouillon.

Je la sers chaude mais vous pouvez également la servir froide.

Servez avec une pointe de crème ou du fromage blanc.
Si vous avez du basilic frais, c’est encore mieux.

mardi 26 avril 2011

Bouillon thaï ( thaïlandais) aux ravioles de Romans, asperges et champignons.

Bouillon thai ravioles romans asperges vue 1 

Bouillon thaï aux ravioles de Romans, asperges et champignons

Ce matin, Gabrielle et Noé sont retournés à l’école après deux semaines de vacances et le week-end prolongé de Pâques.

J’entame ce trimestre (oui, je raisonne encore en trimestre scolaire) avec un léger pincement au cœur. Si tout va bien, entre le Bac de Gabrielle et ses dossiers d’inscription, elle sera dès septembre en classe préparatoire (je croise les doigts). Elle ne rentrera plus déjeuner comme elle l’a fait durant toute cette année scolaire. C’est un peu la fin d’une ère dans notre famille et ça me fait tout drôle.

Pleine d’énergie après ces quelques jours de repos en Normandie, j’ai décidé de soigner notre déjeuner mère fille avec ce bouillon thaï aux ravioles de Romans.

J’ai chipé l’idée dans le magazine Version Fémina de ce week-end. N’ayant plus le magazine sous la main et ne retrouvant pas la recette sur le web, j’ai improvisé sur la même idée mais en retirant le lait de coco car j’avais un peu du mal à imaginer l’association lait de coco et ravioles de Romans.

Dans cette recette, la base c’est le bouillon, j’ai donc sorti mes sachets de bouillon de luxe de la marque Ariaké.

Ces bouillons existent en 5 versions (volaille, légumes, coquillages, bœuf et crustacés). Ils ont été développés au Japon par le groupe Ariaké il y a 5 ans en collaboration avec le chef Joël Robuchon. Ils étaient destinées à l’origine aux chefs mais, depuis environ 2 ans je crois, ils existent sous une forme adaptée aux particuliers. Je les adore, depuis que j’ai compris que faire des bouillons à la maison ne rentre pas dans ma routine et que je ne veux pas non plus gâcher mes plats avec des bouillons au goût étrange. Ils se présentent sous la forme d’un sachet type sachet de thé qu’il faut mettre dans de l’eau bouillante puis laisser infuser sur feu doux pendant plusieurs minutes. Ils ne contiennent que des ingrédients naturels. Je ne suis pas la seule fan, voire le billet sur le blog de Cécile Cau So Food So Good.

Coté prix, ils sont beaucoup plus chers que des bouillons classiques, c’est pourquoi je les appelle mes bouillons de luxe. Vous pouvez les trouver dans la plupart des Monoprix (environ 3,50 euros pour 5 sachets) mais également sur des sites en lignes, comme chez Madeleine Market ou chez Bien Manger.

Une fois le bouillon préparé, je l’ai pimenté avec juste une pointe de pâte de curry vert thaï puis je l’ai assaisonné avec du nuoc man, du jus de citron vert et du sucre de palme, afin d’avoir cet équilibre entre le sucré, l’acide et le salé.

Ensuite, il suffit de rajouter les légumes que vous avez sous la main, les ravioles de Romans et le tour est joué.

Nous avons mangé ce bouillon aux ravioles en plat principal mais cela peut très faire une entrée un peu chic pour 4 personnes. C’est finalement assez consistant grâce aux ravioles, tout en restant léger et très parfumé, comme l'est la cuisine thaïlandaise.

Comme souvent lorsque Gabrielle et moi apprécions tout particulièrement un mets, nous regrettons toujours que les autres ne soient pas là pour le découvrir avec nous.

Depuis le déjeuner, j’ai déjà pensé à des tas de variantes mais vous les découvrirez tôt ou tard sur ces pages.

Bouillon thaï aux ravioles de Romans, asperges et champignons

Ingrédients pour 2 personnes en plat principal ou pour 4 personnes en entrée

1 litre d’eau
2 sachets de bouillon Ariaké  « coquillage »

Si vous n'avez pas ces sachets, vous pouvez faire 1 litre de bouillon de coquillages en ajustant la recette de Tiuscha ou celle de l'atelier des chefs.


1 cuil. à soupe de nuoc man
Le jus d’un demi-citron vert
Un peu de zeste de citron Cumbava (ou zeste de citron vert)
2 feuilles de Kaffir (facultatif)
1/8 de cuil. à café de pâte de curry verte thaï (une petite noisette)
1 cuil. à soupe de sucre de palme ou de sucre roux
2 champignons de Paris rosés coupées en tranches
10 pointes d’asperges vertes
250 g de ravioles de Romans
Quelques pluches de coriandre pour servir

Portez l’eau à ébullition, ajoutez les sachets de bouillon « coquillage » et faites infuser sur feu doux pendant 5 minutes.
Retirez les sachets, ajoutez le jus de citron, le nuoc man, le sucre, la pâte de curry et mélangez bien.
Goûtez et rectifiez éventuellement l’assaisonnement (c’est la partie la plus difficile de la recette, faites fonctionner votre mémoire gustative pour ajuster les saveurs sucrées, acides et salées).
Ajoutez les feuilles de kaffir, le zeste de cumbava (ou de citron vert) et laissez mijoter pendant 5 minutes.
Ajoutez les pointes d’asperges et faites mijoter pendant 3 minutes.
Ajoutez les champignons et faites mijoter pendant 2 minutes.
Ajoutez les ravioles et faites-les cuire selon les indications de votre paquet (en général, 1 minute).
Remuez délicatement afin de bien détacher les ravioles.
Servez dans deux bols en ayant pris soin de retirer les feuilles de kaffir.
Ajoutez la coriandre et servez bien chaud.

J’en salive encore …

mercredi 30 mars 2011

Velouté de pois chiches aux épinards, pointe de curry.

Veloute epinards pois chiches vue 1 

Velouté de pois chiches aux épinards, pointe de curry

Vous arrive-t-il de rester assis à ne rien faire ?

Chez moi, cela fait partie de mes activités, peut être pas quotidiennes mais régulières.

David admire cette capacité à rester assise sur le canapé ou dans la cuisine, à ne rien faire et je me demande toujours pourquoi.

Dans le métro, c’est pareil. Je n’ai pas de livre, encore moins de magazine, je n’écoute pas de musique et mon téléphone portable est rangé dans mon sac.

Vous trouvez cela étrange ?

En fait, ce n’est pas que je ne fais rien. J’ai besoin de ces plages d’inactivité pour faire le point, repenser à certaines conversations avec des amis, je remarque d’ailleurs très souvent des choses qui m’ont totalement échappées sur le moment, réfléchir à ce que je dois faire, classer les choses par priorités, trouver des idées ou des solutions aux choses qui me tracassent, etc.

Et ça marche, je sors de là comme si tout était en place dans ma tête.  En général, je déborde d’énergie tout de suite après.

Et vous, ça vous arrive ?

Coté cuisine, c’est durant cette inactivité que je trouve des idées, particulièrement lorsque je ne veux pas tomber dans la facilité de refaire toujours les mêmes choses. Je ne veux pas d’ennui dans ma cuisine de tous les jours.

Dimanche soir, assise sur le canapé après un week-end assez chargé, j’ai laissé mon esprit vagabonder et ce velouté aux pois chiches et aux épinards m’est venu à l’esprit. C’est encore la saison des épinards, nous en avons presque toutes les semaines dans notre panier Amap et j’aime l’idée de faire quelque chose de nouveau à chaque fois. Le duo épinard et pois chiches est un de mes favoris et vous pouvez le trouver sur mon blog dans ce curry de pois chiches aux épinards et dans ce houmous aux épinards.

Ce velouté peut faire office de déjeuner car il est assez consistant. D’une manière générale, j’utilise des pois chiches secs que je fais tremper et que je cuis ensuite dans ma cocotte minute, comme dans cette recette. Cette fois, il me restait 2 boites de pois chiches que j’avais achetées pour une animation, afin de gagner du temps.

Si vous aimez les veloutés qui ont du caractère, celui là est pour vous.

Velouté de pois chiches aux épinards, pointe de curry

Ingrédients pour 4 à 6 personnes

500 g de pois chiches déjà cuits
180 g d’épinards frais lavés et séchés, poids net sans les tiges un peu grosses
1 oignon pelé et ciselé
1 gousse d’ail pelée et écrasée
1 cuil. à soupe rase de curry doux (j’ai utilisé le mélange sel indien de chez Gérard Vives)
1,5 litre de bouillon
4 cuil. à soupe bombées de crème fraiche
1 cuil. à soupe de tahiné (purée de sésame)
Quelques gouttes de jus de citron
2 cuil. à soupe d’huile d’olive
Sel

Faites chauffer l’huile d’olive dans une cocotte.
Ajoutez l’oignon, l’ail et faites-les revenir sur feu doux pendant 5 minutes sur feu doux.
Ajoutez le curry et mélangez.
Ajoutez les pois chiches, les épinards et recouvrez avec le bouillon chaud.
Portez à ébullition, couvrez et laissez mijoter pendant 25 minutes, jusqu’à ce que les épinards soient bien tendres (mes feuilles étaient assez grandes et bien plus épaisses que des pousses, si vous utilisez des pousses d’épinard, vous pouvez réduire le temps de cuisson).
Gardez l’équivalent de 4 grosses cuillères à soupe de pois chiches.
Mixez le contenu de la cocotte avec le tahiné, la crème et le jus de citron.
Salez, goûtez et rectifiez éventuellement l’assaisonnement.
Serve dans des bols avec les pois chiches que vous avez conservés.

Ragalez vous, c’est encore une soupe d’hiver mais avec sa jolie couleur verte, elle pourrait presque faire illusion et nous faire croire à un velouté de légumes nouveaux.

Chocolat froid vue 2 
Votez pour ma recette de chocolat froid à la vanille.

Il y a quelques semaines, j'ai participer à un concours pour le chocolat Lindt avec un chocolat froid à la vanille.

Si vous aimez ma recette, n'éhsitez pas à voter sur ce lien.  Il suffit de cliquer sur "j'aime".

 

 

vendredi 18 février 2011

Velouté ou crème de brocolis à l’amande.

Veloute brocolis amandes vue 1 

Velouté ou crème de brocolis à l’amande

Lorsque j’ai travaillé pour VillaWare, sur le salon Maison & Objet en janvier, j’ai eu un moment de panique le premier jour. J’avais choisi des recettes simples pour montrer aux visiteurs ce que l’on peut faire avec des robots à la maison, sachant que le client final est un particulier comme vous et moi.

Et voilà que le premier jour, quand Silvia et moi avons commencé à proposer nos verrines de dégustation avec un velouté de brocolis à l’amande, nous avons tout de suite remarqué quelques visages méfiants.

C’est alors que je me suis souvenue qu’il fut une époque, pas très lointaine où j’aurais certainement fait ce genre de mimique, voire une grimace.Veloute brocolis

Avec beaucoup de sourires, Silvia et moi avons réussi à convaincre sans trop de mal les gens à goûter, comme on le fait avec les enfants.

Et là, OUF ! Ils ont tous aimé et ils étaient même surpris que l’on puisse faire cela avec un simple brocoli. Ils nous ont posé des questions sur la marche à suivre. C’est alors que Silva et moi avons compris que beaucoup de personnes ne savent pas vraiment faire de veloutés et pensent même ne pas les aimer.

Le directeur commercial de Villaware nous a avoué que sa femme allait être extrêmement surprise que quelqu’un ait réussi à lui faire manger des brocolis, et avec plaisir.

Les jours suivants, nous avons rusé en renommant le velouté de brocolis en crème de brocolis, sans vraiment mentir car sa texture est très lisse. Le dernier jour, nous avons même parlé de crème de légumes, histoire de faire planer le mystère, c’est bien parfois.

Je vous invite vraiment à préparer ce velouté à la maison, même si vous pensez ne pas aimer le brocoli. Sa texture est bien crémeuse et son goût très agréable.

Je fais cuire les brocolis dans le fameux bouillon Ariaké, mis au point par Joël Robuchon, je ne peux plus m’en passer.

Velouté ou crème de brocolis à l’amande

Ingrédients pour 6 à 8 personnes

2 brocolis
1 demi-branche de céleri
1 demi carotte
1 petit oignon
1 litre de bouillon de volaille
1 cuil. à soupe de purée d’amandes
10 cl de crème liquide
2 cuil. à soupe d’huile d’olive
Sel et poivre du moulin
Amandes effilées pour servir

Détachez les bouquets de brocolis puis lavez-les (vous devez en obtenir environ 400 g net).
Gardez les parures pour faire autre chose.
Pelez puis ciselez l’oignon.
Coupez le céleri en très petits dés et faites de même avec la carotte pelée
Faites chauffer l’huile dans une cocotte, ajoutez l’oignon, les dés de carotte, de céleri et faites-les revenir pendant 8 minutes sur feu doux.
Ajoutez le brocoli, mélangez, ajoutez le bouillon puis portez à ébullition.
Couvrez, baissez le feu et laissez frémir pendant 15 minutes environ, jusqu’à ce que le brocoli soit bien tendre.
Mixez, de préférence avec un blender, afin d'avoir cette texture vraiment lisse, avec la purée d’amandes, la crème et une partie du bouillon.
Salez et poivrez à votre convenance, sans oublier de goûter.
Servez le velouté dans des bols avec les amandes effilées.

NB : vous pouvez ajouter si vous le souhaitez un peu de curry doux très parfumé, comme le mélange Bombay Kari de chez Gérard Vives, cela donne de très bons résultats.

Suivez Pascale Weeks sur Twitter
Mes recettes au Multicuiseur Philips
Retrouvez moi également ici
Je soutiens
Diner Pamplemousse de Floride
Notes les plus populaires
    Mes blogs de cuisine chouchou
    Blogs utiles
    Mes sites de cuisine préférés
    Lectures non culinaires
    Partenaires
    • Couteau ceramique

    Ma Photo
    INDEX DES RECETTES
    • Pour retrouver toutes mes recettes, cliquez sur l'une ou l'autre des catégories dans la colonne de droite, sous les commentaires récents. Enjoy !

    Mes livres
    Livret de recettes à télécharger