> 05/07/2006

Gaspacho de tomates au piment d'Espelette.

Aliment_mystere_vue_1

Un gaspacho peut-il n’être qu’à base de tomates, doit-il obligatoirement comporter du pain, quelle est la frontière entre un gaspacho et une soupe froide de légumes ?

Vaste débat qui pourrait facilement animer une discussion entre deux passionnées de cuisine.

Ce qui est drôle, c’est qu’à l’origine, le gaspacho de contenait même pas de légumes, mais que du pain rassis que l’on faisait tremper toute une nuit dans du vinaigre, de l’huile et de l’eau.

Le gaspacho le plus connu est France est la version andalouse, à base de tomates, de poivrons et de concombres. Mais, comme le dit si bien Alberto Herraiz, dans son livre « Le Gaspacho, dix façons de le préparer », le gaspacho doit toujours comporter des légumes ou des fruits crus, de la mie de pain, et de l’huile d’olive. A partir de là, vive la liberté !

De mon coté, j’ai opté en été pour le gaspacho de tomates, car je ne suis pas fan des poivrons crus.

Gaspacho de tomates au piment d’Espelette

Pour 6 personnes ou plus si vous le servez en amuse-bouche

6 tomates (environ 1,2 kg)
2 tranches de pain de mie sans la croûte
1 gousse d’ail émincée
7 cl d’huile d’olive
1 cuil. à soupe de vinaigre de Xérès
¼ de cuil. à café de piment d’Espelette
Sel et poivre du moulin

Plongez les tomates 30 secondes dans de l’eau bouillante puis passez-les sous l’eau froide.
Retirez leur pédoncule, puis pelez-les.
Coupez-les en deux puis retirez les graines.

Si vous avez un couteau à éplucher les tomates, c’est le moment où jamais de l’utiliser, c’est un vrai bonheur.

Mettez les tomates dans le bol de votre robot de type blender avec le reste des ingrédients.
Mixez jusqu’à obtenir une consistance mousseuse.
Mettez au frais jusqu’au moment de servir.

A servir en entrée ou en amuse bouche.

Posté le5 juil. 06 | dans Une envie de soupes ? | Permalink | Commentaires (12) | TrackBack

> 03/01/2006

Velouté de panais aux pelures de truffes.

Veloute_de_panais_aux_truffes_vue_1

Pour le 31 décembre nous étions invités chez des amis et j’étais en charge des choses à grignoter avant le repas. J’aime beaucoup cuisiner à la maison pour emporter chez les autres, surtout depuis la fabrication des bûches de Noël chez mes parents cette année. En effet, pour la première fois en plus de 6 ans, j’ai cassé mes bûches en les roulant. Pas de soucis, j’ai tout de même continué, sous le regard médusé de ma soeur Caroline, et le résultat était très bon, mais moins joli que les années précédentes.

Pour ce réveillon, depuis que j’avais lu une critique de restaurant écrite par Patrick, je n’avais qu’une envie : plonger ma cuillère dans un velouté de panais à l’huile de truffes qu’il avait goûté dans un restaurant.

Panais_vue_2Le panais fait partie de ce que l’on appelle les légumes oubliés et que je préfère appeler les légumes du temps jadis car je trouve l’expression plus romantique. C’est une racine qui fait partie de la même famille que les carottes, soit les Apiacées. Le panais ressemble d’ailleurs à une carotte mais de couleur blanche. Son goût est si unique que l’on ne peut pas le comparer à une autre racine. Vous pouvez le cuisiner en purée, en chips (fameux), les faire rôtir au four ou les faire sauter à la poêle. Vous pouvez également en ajouter dans une soupe de légumes. Nous en mangions en France puis nous les avons boudés après la seconde guerre mondiale. En revanche, nos amis britanniques n’ont jamais cessé de les manger et c’est là bas que je le les ai découverts et appréciés (parsnips), il y a une dizaine d’années. Heureusement, depuis 2 ou 3 ans je les trouve très facilement sur mon marché.

N’ayant pas trouvé d’huile de truffes, j’ai finalement acheté, toujours sur le marché de Nogent sur Marne, des pelures de truffes du Périgord vendues en boite.

Cet amuse bouche a eu beaucoup de succès. Je ne suis pas convaincue par les pelures de truffes qui n’amènent pas un plus extraordinaire. La prochaine fois, j’ajouterai des morceaux de pancetta croustillantes.

Velouté de panais aux truffes

Pour environ 2,5 litres de velouté

1 kg de panais

8 petites échalotes émincées

2 gousses d’ail émincées

1 branche de céleri

1,5 litre de bouillon

2 grosses cuil. à soupe de crème fraîche

2 cuil. à soupe d’huile d’olive

Sel et poivre du moulin

Pelez, lavez et coupez les panais en cubes.

Lavez et coupez le céleri en petits morceaux.

Faites revenir l’ail et les échalotes dans l’huile, sur feu doux, pendant 5 minutes.

Ajoutez les panais et le céleri et remuez bien.

Ajoutez le bouillon et portez à ébullition.

Baissez le feu, couvrez et laissez mijoter, jusqu’à ce que les légumes soient cuits.

Mixez, ajoutez la crème et mixez à nouveau.

Goûtez et rectifiez éventuellement l’assaisonnement en sel et poivre du moulin.

Servez dans des petits verres en guise d'amuse bouche ou dans des assiettes creuses pour une entrée.

Astuce : si vous devez transporter ce velouté, utilisez des bouteilles de jus de fruits en verre avec un bouchon qui se visse, c’est très pratique.

Posté le3 janv. 06 | dans Une envie de soupes ? | Permalink | Commentaires (19) | TrackBack

> 18/11/2005

Velouté tonique de carottes, fenouil, orange et gingembre.

Soupe_tonique_carottes_fenouil_orange_gi

Mardi, en sortant de mon cours de gym que j’avais délaissé ces derniers temps, j’étais pleine d’énergie et j’ai subitement eu envie d’agrumes et de légumes. Je ne suis pas une grande sportive, mais j’aime ces séances de gym car cela me libère l’esprit et me permet naturellement de mieux équilibrer mon alimentation.

Sur le marché, mon sac s’est doucement rempli de pamplemousses, d’oranges, de carottes, de poires, et, cerise sur le gâteau, de fenouils que pourtant seules Gabrielle et moi aimons.

Ce jour là, j’ai savouré mon déjeuner préféré lorsque je suis seule : un bol de soupe, une tranche de pain et un morceau de fromage.

J’ai beaucoup aimé cette soupe que j’ai trouvée tonique et originale par le mélange des saveurs. Elle a également été adoptée par le reste de la famille le soir.

Exceptionnellement je ne mets pas la recette ci-dessous car au moment de la manger, je me suis souvenue du concours de soupes organisé par Liebig et j’ai vite envoyé ma recette avant de me poser mille questions qui m’empêchent en général de participer au moindre événement de ce genre.

Vous pouvez trouver ma recette sur le site Liebig. Si vous l’aimez, n’hésitez pas à voter pour, cela me fera très plaisir.

De votre coté, il vous reste encore 28 jours pour envoyer votre propre recette.

Excellent week-end à vous.

Rectificatif : malgré vos nombreux votes, merci mille fois, ma recette n'a pas été sélectionnée.

Je la rajoute donc ici.

Bonne soupe !

Velouté tonique de carottes, fenouil, orange et gingembre

1kg de carottes
2 bulbes de fenouil
le jus d’une orange et demi
2 petits oignons
2 gousses d’ail
1 cuiller à soupe de gingembre frais râpé
4 cuillers à soupe d’huile d’olive
1,5l d’eau
1 cube de bouillon de poule
10cl de lait de coco
Sel et poivre du moulin

Pelez les carottes puis coupez-les en dés.

Retirez les extrémités des fenouils, coupez le reste en dés et gardez les pluches vertes pour décorer le velouté.

Emincez les oignons et l’ail.
Pelez et râpez le gingembre.

Dans une cocotte en fonte ou une sauteuse, faites chauffer 4. cuil. à soupe d’huile d’olive.

Faites revenir sur feu doux l’oignon, l’ail et le gingembre pendant 3 minutes.

Ajoutez les dés de carottes et de fenouil et mélangez bien.

Ajoutez l’eau et le cube de bouillon.

Portez à ébullition, couvrez et laissez mijoter jusqu’à ce que les légumes soient cuits, soit environ 40 minutes. Vous pouvez également utiliser votre cocotte minute, pour gagner du temps.

Mixez le velouté, ajoutez le jus d’orange et le lait de coco.

Goûtez et rectifiez l’assaisonnement en sel et poivre du moulin.

Faites chauffer sur feu doux puis servez avec les pluches vertes du fenouil.

Veloute_carottes_fenouil_orange_gingembr

Posté le18 nov. 05 | dans Une envie de soupes ? | Permalink | Commentaires (20) | TrackBack

> 03/10/2005

Soupe du jour ou le retour de ma cocotte minute.

Soupe_du_jour_vue_1

Dimanche soir dernier, j’ai eu subitement envie d’une soupe de légumes. J’imagine que le fait d’avoir beaucoup mangé à l’extérieur durant le week-end n’était pas totalement étranger à cette envie. Rapide tour d’horizon de la cuisine avec une pointe d’anxiété car je n’avais pas mis les pieds chez un primeur de tout le week-end. Je fus vite rassurée en voyant une courge géante donnée par mon amie Ingrid et qui trônait dans ma cuisine depuis quelque temps.

Pendant que j’épluchais et coupais  les légumes, aidée de Noé, (il a épluché sa première carotte), je me suis soudain souvenue d’un commentaire d’une lectrice qui me demandait pourquoi je n’utilisais pas une cocotte minute pour faire mes soupes, afin de gagner du temps et d’économiser de l’énergie. Oui, pourquoi ? J’ai une cocotte minute depuis de nombreuses années que j’utilise régulièrement pour faire cuire pommes de terre, potiron ou potimarron, mais jamais pour les soupes. Pourtant, je fais partie des personnes n’ayant pas peur de cet engin, peut être parce que j’ai toujours vu mes parents l’utiliser et que très jeune, j’avais pour mission de baisser le feu sous la cocotte.

J’ai donc décidé de faire ma première soupe dans une cocotte et je dois dire qu’Estelle avait raison : quel gain de temps ! Moins de 15 minutes de cuisson au total en comptant le temps pour faire revenir ail et échalote et sachant qu’il y avait des carottes qui sont toujours longues à cuire.

C’est donc la soupe la plus rapide jamais faite. Au niveau du goût, nous avons tous été séduits par le goût très particulier (peut être proche des noix ?) de cette courge dont je ne connais pas le nom.

Soupe de légumes très rapide à faire et savoureuse

2 gousses d’ail émincées

1 échalote émincée

3 cuil. à soupe d’huile d’olive

1 courge géante

1 oignon rouge

3 carottes

4 petites courgettes

1 litre d’eau

1 cube de bouillon

1 cuil. à café de gros sel

4 portions de fromage « Vache Qui Rit »

Assaisonnement final : sel fin, poivre du moulin et râpées de noix de muscade

Pelez la courge, coupez-la en deux et retirez la partie fibreuse du milieu.

Coupez la chair en cubes.

Pelez, lavez et coupez les carottes en rondelles.

Pelez et coupez l’oignon rouge en quatre.

Lavez puis coupez les courgettes en trois.

Dans une cocotte minute, faites revenir les gousses d’ail émincées et l’échalote dans l’huile d’olive.

Ajoutez les légumes coupés et mélangez bien.

Ajoutez l’eau, le gros sel, le cube de bouillon et fermez le couvercle de votre cocotte.

Faites cuire 10 minutes à partir du moment où la soupape commence à chuchoter.

Mixez en ajoutant la Vache Qui Rit.

Salez, poivrez et ajoutez de la noix de muscade fraîchement  râpée.

A servir bien chaud.

Courge_geante_1

Posté le3 oct. 05 | dans Une envie de soupes ? | Permalink | Commentaires (20) | TrackBack

> 13/07/2005

Gaspacho de melon.

Gaspacho_de_melon_vue_1

Je dois vous avouer un secret : je me suis lassée du melon durant ces dernières années et j’en arrive même à appréhender les moments où il me sera servi. Ce n’est pas que je ne l’aime pas, bien au contraire, mais je suis devenue très difficile et ne l’apprécie qu’en petite quantité. N’étant pas très logique avec moi-même, je ne peux pas m’empêcher d’en acheter régulièrement, de préférence chez un primeur que je connais, afin d’être certaine qu’il ait du goût. C’est peut être que le melon symbolise si bien les déjeuners de l’été.

Dimanche matin, j’ai à nouveau succombé et acheté un melon. Comme souvent, à l’idée de le couper, j’ai vraiment eu envie d’autre chose : un gaspacho.

Je suis partie de la recette de ce gaspacho de concombre en rajoutant de la menthe et du jus de citron. Les testeurs du jour, David et Matthieu ont été formels : c’était très bon.

Pour ceux et celles qui sont un peu fatigués par le melon mais qui aiment cependant le goût, voilà la solution.

Gaspacho de melon

Recette pour 4 personnes en entrée ou pour 6 personnes en amuse-bouche.

1 melon

1 tranche de pain de mie sans la croûte

2 cuil. à soupe d’huile d’olive

1 cuil. à soupe de vinaigre de Xérès

1 cuil. à soupe de jus de citron vert

10 feuilles de menthe fraîche

2 gouttes de Tabasco

Sel et poivre du moulin

Mettez la chair du melon, le pain, l’huile d’olive, le vinaigre, le jus de citron dans le bol de votre robot de type « Blender » puis actionnez-le.

Versez le mélange dans un bol et assaisonnez avec le sel, le poivre du moulin et le tabasco.

Ajoutez les feuilles de menthe lavées et laissez reposer au frais au moins pendant 2 heures.

Retirez les feuilles de menthe, ajoutez un peu d'eau fraiche et servez.

N’hésitez pas à aller découvrir également les gaspacho de melon de Station Gourmande et de Ma cuisine étudiante.

Gaspacho_de_melon_dans_verre_vue_1

Posté le13 juil. 05 | dans Une envie de soupes ? | Permalink | Commentaires (13) | TrackBack

> 01/06/2005

La soupe miraculeuse.

Soupe_betterave_vue_1

Depuis plus d’un an, suite à un billet sur le blog de Clotilde, je me suis abonnée à Campanier. Un mardi sur deux, chez un dépositaire Campanier près de la maison, j’entrouvre avec empressement deux sacs en kraft : un de légumes bio et le second de fruits bio. Je dois faire vite avant que le vendeur ne m’enlève ce plaisir, sans le savoir, en me dévoilant le contenu des sacs. La qualité des légumes est excellente et cela permet de découvrir des légumes oubliés ou d’autres que l’on ne pense jamais à acheter. La qualité des fruits est bonne et j’aime l’idée d’avoir toujours des fruits dans la cuisine. Je renouvelle mon abonnement tous les mois, ce qui me permet de garder ma liberté.

La semaine dernière, la première chose que j’ai aperçue en ouvrant mon sac fut une botte de betteraves nouvelles. Raw_betroot

Pour ceux et celles qui n’ont jamais vu de betterave autrement que dans leur assiette, voilà une photo. Tout se mange : la racine, partie la plus connue ; mais également les feuilles, que vous pouvez mélanger à une laitue. Les betteraves se cuisent comme des pommes de terre. Lorsqu’elles sont jeunes , vous pouvez également les râper crues, un peu comme pour le céleri rave.

En revanche, la betterave est un légume que l’on adore ou abhorre.  Pour ma part, je suis restée sur mes souvenirs de longues années de cantine et, depuis mes 18 ans, j’ai évité cette racine car je n’aimais pas trop son goût et encore moins sa texture. Bonne nouvelle, il semble que l’être humain s’améliore en mûrissant.

En voyant ces légumes violets, j’ai eu envie d’en faire une soupe froide, avec une pomme et des épices. Je l’ai servie dans des petits verres lors d’un repas de famille, en guise d’amuse bouche, en taisant sa composition. Ce fut un réel succès, au delà de toute espérance car j’avais un sérieux doute sur quelques membres masculins de la famille. Tout le monde a adoré, ils ont mis du temps à deviner la composition, et pourtant, malgré la pomme et les épices (en toute petite quantité), le goût de la betterave (très agréable d’ailleurs) était présent. C’est pourquoi je dis que cette soupe est miraculeuse car si j’avais servi des betteraves en tranches, je suis certain que la moitié de la famille n’aurait pas fini son assiette.

Mon seul regret, nous avons oublié de la faire goûter aux enfants (parents indignes), je vais devoir la refaire.

Soupe glacée aux betteraves, pommes et épices

Pour 4 personnes en entrée ou pour 8 petits verres

350 g de betteraves, soit 6 petites betteraves

1 oignon

2 gousses d’ail

1 pomme

4 pincées de mélange « 4 épices »

½ l de bouillon de poule

15 cl de crème liquide

2 cuil. à soupe d’huile d’olive

Pelez les betteraves et la pomme.

Lavez les betteraves et coupez-les en petits cubes.

Coupez la pomme en cubes, un peu plus gros.

Pelez et émincez ail et oignon.

Faites chauffer l’huile d’olive dans une casserole.

Faites revenir ail et oignon sur feu doux pendant 5 minutes.

Ajoutez les cubes de betteraves et de pomme et remuez.

Ajoutez les épices puis remuez.

Ajoutez le bouillon et amenez à ébullition.

Baissez le feu, couvrez et laissez cuire sur feu doux pendant environ 40 minutes, les betteraves et les pommes doivent être tendres.

Mixez dans un robot de type « mixeur blender », en ajoutant la crème liquide.

Faites refroidir au réfrigérateur.

Servez dans des bols ou des petits verres et laissez vos invités apprécier le goût et la couleur.

La prochaine fois, je me lance dans la confection de chips. Auront-elle une aussi jolie couleur que les chips de pomme de terre vitelotte ?

Posté le1 juin 05 | dans Une envie de soupes ? | Permalink | Commentaires (21) | TrackBack

> 24/04/2005

Velouté de petits pois à la pancetta croustillante.

Veloute_petits_pois_pancetta_croustillan_1

J’ai passé tellement de temps à réfléchir à ce que j’allais faire avec les petits pois pour la seconde édition de Blog Appétit qu’il me reste des tas d’idées dans la tête et il serait dommage de les laisser dans un recoin de mon cerveau, elles pourraient se perdre.

Une de mes idées était un velouté de petits pois à servir en amuse bouche, comme dans certains restaurants.

Nous n’avions jamais mangé de velouté de petits pois avant et nous avons été conquis par la puissance du goût des petits pois et par sa belle couleur verte. Pour une fois que je peux porter du vert (petit clin d’œil à David qui m’a un jour déconseillée de porter du vert, conseil, oh combien précieux, ceux et celle qui me connaissent comprendront).

Ne soyez pas surpris par l’absence d’épices ou d’herbes, nous avons voulu le goûter tel quel. La prochaine fois, je rajouterai des herbes fraîches, selon mon inspiration. Coté épices, je ne vois pas trop celle qui pourrait se marier avec le goût des petits pois.

Sur le dessus du velouté, j’ai ajouté de la pancetta grillée puis coupée en tout petits morceaux bien croustillants qui se marient parfaitement bien avec le velouté.Pancetta_2

La pancetta est une charcuterie italienne proche du bacon. Il s’agit de poitrine de porc crue, salée et épicée et roulée en forme de gros saucisson. Vous pouvez la trouver chez les traiteurs italiens à la coupe ou dans certains supermarchés. Les italiens utilisent la pancetta dans les sauces, comme la sauce carbonara ou la sauce bolognaise par exemple. Son goût assez fort donne du tonus aux sauces. Ce que j’aime dans la pancetta, c’est qu’elle devient très croustillante si vous la faite griller.  Je l’avais acheté le matin même chez Signori et Figli  pour mettre dans un risotto mais j’ai finalement décidé de l’utiliser pour le velouté.

Velouté de petits pois à la pancetta croustillante

Pour 4 personnes

500 g de petits pois frais, soit 1,5 kg avec les cosses

300 g de pommes de terre (environ 3 petites)

8 tranches de pancetta coupées très fines

5 oignons nouveaux émincés (juste le blanc)

1 gousse d’ail émincée

1 l de bouillon de poule

20 cl de crème liquide

1 noix de beurre

Sel et poivre du moulin

Ecossez puis lavez vos petits pois.

Pelez, lavez puis coupez les pommes de terre en dés de 1 cm.

Faites fondre le beurre dans un cocotte en fonte.

Ajoutez les oignons nouveaux et l’ail émincé puis faites revenir sur feu doux pendant 5 minutes.

Ajoutez les dés de pommes de terre puis remuez.

Ajoutez le bouillon, portez à ébullition puis baissez le feu.

Laissez frémir pendant 8 minutes, les pommes de terre doivent être tendres mais pas complètement cuites.Tamis_1

Ajoutez les petits pois puis faites cuire encore 10 minutes.

Mixez puis passez au tamis.

Pour cela, versez le velouté dans un tamis comme celui sur la photo en mettant une casserole en dessous puis remuez pour accélérer l’opération.

Cette étape n’est pas obligatoire, j’ai choisi de la réaliser car il reste toujours des petites peaux avec les petits pois.

Ajoutez ensuite la crème, rectifiez l’assaisonnement en sel et poivre puis réservez.

Au moment de servir

Faites réchauffer le velouté sur feu très doux.

Préchauffez votre four en position grill.

Mettez vos tranches de pancetta sur une plaque de cuisson.

Faites cuire 5 minutes jusqu’à ce que le bord soit roux, les tranches doivent être croustillantes.

Emiettez les tranches avec vos doigts.

Servez le velouté dans des bols individuels et déposez un peu de pancetta émiettée sur le dessus.

Régalez vous.

Posté le24 avr. 05 | dans Une envie de soupes ? | Permalink | Commentaires (9) | TrackBack

> 17/04/2005

Velouté de carottes, oranges, gingembre et coriandre.

Veoute_carottes_oranges_vue_1

Avec tous les magazines et les blogs de cuisine que je lis tous les jours, il est très difficile en ce moment de passer à coté des veloutés de carottes.

Toutes les recettes étant les une plus appétissantes que les autres, je n’ai pas pu résister au plaisir d’en cuisiner une.

J’ai tout de même trouvé le moyen d’en rater une en mélangeant des carottes et des morceaux d’oranges, ce qui a rendu la soupe très amère. Et pourtant, en lisant la recette, j’avais un doute sur le fait de faire cuire les oranges entières et j’aurais du m’écouter !

Pour mon second essai, j’ai regardé d’autres recettes et remarqué que la plupart utilisent du jus d’orange pressé et non pas les oranges entières. J’ai donc suivi ce principe et c’est effectivement comme cela qu’il faut procéder.

Je ne sais pas si vous avez déjà remarqué, mais les carottes prennent un temps fou à cuire. Il vaut donc mieux les couper en tout petits dés. Cela va peut être vous paraître long mais moins long que de tester la cuisson des carottes toutes les 5 minutes avec la pointe d’un couteau, tout en tournant comme un lion en cage dans la cuisine avec une famille qui commence à mourir de faim autour de vous. Je passe des heures dans la cuisine en faisant parfois des choses longues et délicates mais très bizarrement, cela n’a jamais fait de moi une personne très patiente.

Velouté de carottes, oranges, gingembre et coriandre fraîche.

1 kg de carottes

2 pommes de terre moyennes (300 g environ)

2 oranges non traitées

2 oignons

2 gousses d’ail

1 cuil. à soupe de gingembre frais haché

4 cuil. à soupe d’huile d’olive

½ litre de bouillon de poule

20 cl de lait de coco

Coriandre ciselée

Sel et poivre du moulin

Pelez les carottes et les pommes de terre puis lavez-les.

Coupez-les en tout petits dés (vraiment petits !) tout en laissant les dés de pommes de terre un peu plus gros, la pomme de terre cuisant plus rapidement que sa copine la carotte.

Emincez les oignons et l’ail.

Pelez et râpez le gingembre.

Lavez les deux oranges puis prélevez le zeste d’une orange.

Pressez les oranges et réservez.

Dans une cocotte en fonte ou une sauteuse, faites chauffer 4. cuil. à soupe d’huile d’olive.

Faites revenir sur feu doux les oignons, l’ail et le gingembre pendant 5 minutes.

Ajoutez les dés de carottes, de pomme de terre et le zeste d’orange puis mélangez bien.

Ajoutez le jus d’orange et le bouillon.

Portez à ébullition.

Couvrez puis laissez mijoter jusqu’à ce que les légumes soient cuits, soit environ 40 minutes (selon la taille de vos dés de carottes !).

Mixez soit dans un mixeur de type « blender », soit avec un mixer plongeur.

Ajoutez le lait de coco puis rectifiez l’assaisonnement en sel et poivre du moulin.

Faites chauffer sur feu doux puis servez avec la coriandre ciselée. 

Régalez vous !

Nous avons beaucoup aimé cette soupe qui a beaucoup de goût et qui est très parfumée.

Vous trouverez d'autres recettes de veloutés de carottes chez Mijo, chez Clotilde ou chez Marie.

Posté le17 avr. 05 | dans Une envie de soupes ? | Permalink | Commentaires (10) | TrackBack

> 18/01/2005

Soupe de potiron.

Soupe_potiron_vue_1

Il y a quelques années, je n’étais pas du tout à l’aise avec la cuisine des légumes. Cette faiblesse représentait un vrai casse tête lorsque j’invitais car je ne savais jamais quoi servir avec le plat, en dehors du riz et des pâtes. Je pense que finalement, je n'aimais pas les légumes.

Ce sont les soupes qui m’ont réconciliée avec les légumes.

Je me souviens encore de ma première soupe comme si c’était hier. J’avais 27 ans et j’ai subitement eu envie d’une soupe de légumes, mais je n’avais absolument pas la moindre idée de comment la faire. Et voilà comment je suis entrée chez un primeur près de chez moi en disant à un jeune homme : « Bonjour, je voudrais faire une soupe de légumes mais je ne sais pas quoi mettre dedans, vous pouvez m’aider ? »

Avec un grand sourire, il a rempli un sac avec quelques poireaux, des pommes de terre, des carottes, un navet, un oignon, une branche de céleri et un bouquet garni.  Je suis partie avec mon sac et quelques conseils avisés. Cet hiver là, j’ai du faire des dizaines de fois cette soupe.

Devant cette réussite, j’ai décidé de m’attaquer au potiron, que ne n’avais encore jamais mangé. Cette fois-ci, je l’ai cuisiné sans autres légumes, avec seulement du bouillon, de la crème fraîche et de la noix de muscade. Miam, un délice de simplicité.

C'était il y a 10 ans, et je fais encore cette soupe aujourd’hui, sans rien ajouter car j’aime sa simplicité.

Vous trouverez facilement des tranches de potiron un peu partout.

J’ai remarqué récemment que certaines personnes aiment les soupes plutôt de type velouté et d’autres les soupes où l’on sent bien la texture des légumes. Si vous êtes, comme moi, dans le premier cas, je vous conseille d’utiliser un robot de type blender pour la faire. Si vous êtes dans le second cas, je vous conseille plutôt un robot de type mixeur plongeur (de toute façon, je n’ai pas de mixeur plongeur, ce qui tombe bien).

Soupe de potiron

Pour 4 personnes

Une tranche de potiron (environ 900 g)

1/3 l de bouillon fabriqué à partir d’eau bouillante et d’1/2 cube de bouillon

15 cl de crème liquide

Noix de muscade fraîchement râpée

Pelez la tranche de potiron, puis coupez-la en gros cubes (le potiron est beaucoup plus facile à peler que le potimarron).

Faites cuire les cubes dans de l’eau bouillante salée ou à la cocotte minute.

Mixez la chair cuite avec le bouillon.

Mettez l’ensemble dans une casserole.

Salez, poivrez et ajoutez de la noix de muscade fraîchement râpée.

Ajoutez la crème liquide puis remuez.

Faites réchauffer la soupe et arrêtez la cuisson au premier bouillon.

Servez avec du bon pain (celui de la photo est une mini-ficelle aux olives noires de chez Moisan).

Et, pour finir en beauté, allez voir un pastiche de C’est moi qui l’ai fait ! sur le blog de Sébastien, j’ai éclaté de rire et c’est ICI. Il se trouve que je viens de découvrir que Sébastien a également écrit un livre de cuisine, disponible ICI (quelle chance !).

Posté le18 janv. 05 | dans Une envie de soupes ? | Permalink | Commentaires (9) | TrackBack

> 18/12/2004

Les soupes "BE GOOD".

Be_good_vue_1

Si vous avez l’occasion d’aller à Bercy Village cet hiver (Paris 12), je vous conseille vivement d’aller goûter les soupes du stand « Be Good ». J’ai découvert ce stand la semaine dernière et j’ai adoré. Lorsque l’on cuisine beaucoup soi-même on sait également apprécier le travail des autres à sa juste valeur.

Vous y trouverez des soupes faites maison dont les recettes changent régulièrement. Si vous avez du mal à vous décider, vous avez le droit de les goûter, dans des petits godets,  et c’est bien agréable. Lors de ma visite, il y avait 4 soupes : carotte lait de coco, endive anis vert, tomate gingembre et potiron cannelle. J’ai goûté puis acheté les deux premières et elles sont excellentes.

Piquée par la curiosité, j’ai posé beaucoup de questions à la personne qui servait (Arthur) et il m’a répondu très gentiment. De retour à la maison, après avoir photographié puis dégusté mes deux petits pots de soupe, j’ai contacté le responsable de « Be Good », Laurent Soulat.

Ce stand de soupe s’inscrit dans le cadre d’une alimentation rapide, saine et savoureuse. C’est une sorte de « soup bar » comme diraient les anglo-saxons. Les recettes ont été élaborées par une nutritionniste qui a déjà écrit plusieurs livre sur le sujet.

Les soupes s’articulent autour de 4 axes :

« Be Tonique » avec des soupes contenant beaucoup de vitamines et de minéraux

« Be Zen » avec des soupes permettant une bonne digestion par l’utilisation de légumes riches en fibres

« Be Coeurful » (j’aime beaucoup le jeu de mot !) avec des soupes destinées à diminuer les risques cardio-vasculaires par l’utilisation de produits riches en anti-oxydants comme la tomate et l’orange par exemple

« Be Mince », avec des soupes pauvres en matières grasses mais contenant néanmoins des protéines ; elles sont destinées aux personnes soucieuses de leur ligne

Ce qui m’a frappé, alors que je posais des questions à Arthur, fut le succès de son stand et surtout la variété des acheteurs : femmes seules, hommes seuls, couples, jeunes, moins jeunes, etc.

Be Good est également un restaurant à Montreuil (93) qui propose des soupes, des tartes, des salades, des sandwichs, des desserts légers, des jus de fruits frais et des jus de légumes, le tout fait sur place.

Informations pratiques sur le stand de soupes à Bercy Village

Où ?

Bercy Village (devant la boutique Olivier&Co)

Cour Saint Emilion

Paris 12

Métro : ligne 14, station Cour St Emilion

Parking Saint Emilion

Quand ?  Tous les jours de 12h à 21h.

Combien ?  2,50 euros la soupe moyenne et 5 euros la grande.

Comment ?  à déguster tout de suite en flânant dans la rue piétonne  ou à emporter grâce au pot qui peut accueillir un couvercle. Du pain, des serviettes et des couverts sont à disposition. Même avec un temps très froid comme cette semaine, la soupe reste chaude plus d’1/4 d’heure.

Bientôt ?  Be Good proposera également des jus de fruits frais fabriqués sur place.

Be Good

116 rue Lagny

93100 MONTREUIL SOUS BOIS

Tél : 01 48 70 72 08

Posté le18 déc. 04 | dans Shopping, Une envie de soupes ? | Permalink | Commentaires (8) | TrackBack

> 05/12/2004

Soupe à la "Butternut".

Soupe_butternut_vue_1

Enfant, je devais être un véritable cauchemar pour ma mère car je n’aimais ni les légumes, ni la viande et encore moins les soupes. Si elle m’avait laissé faire, je n’aurais mangé que des gâteaux, du chocolat, des pâtes et des pommes de terre. Lorsqu’elle me voit maintenant, elle est très surprise du changement.

Depuis que j’ai atteint un age qui commence par le chiffre 3, je mange des soupes avec grand plaisir et je pourrais même en manger tous les jours.

Il m’arrive cependant de me lasser des soupes traditionnelles d’hiver telles que la soupe  poireaux-pommes de terre-carottes-navet-oignons.

Heureusement, avec un peu de sens de l’observation sur les marchés et dans certaines grandes surfaces, on peut trouver des légumes inhabituels ou même des légumes que l’on appelle les légumes oubliés. Je n’aime pas trop l’expression « légume oublié » et je lui préfère l’expression « les légumes d’il y a fort longtemps » ou « les légumes du temps jadis ». Je ne sais même pas si je viens d’inventer cette expression ou si je l’ai lu quelque part, mais tant pis.

Il y a 2 semaines, j’ai acheté une courge musquée ou butternut en me disant : « tiens, je vais essayer cela ». Les enfants ont passé leur temps à me demander ce qu’était cette drôle de courge et heureusement qu’ils sont là car j’ai failli l’oublier car elle se conserve facilement plusieurs semaines.

Butternut_vue_2 La butternut est très populaire en Afrique du Sud, en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis où elle s’appelle butternut squash. En Afrique du Sud, elle est beaucoup cuisinée en soupe avec une pomme cuite. Vous trouverez une recette très intéressante sur le blog d’Estelle, « Le hamburger et le croissant ». En Grande-Bretagne, la grande mode est de servir, avec l’apéritif, des cubes de chair cuite entourés de bacon ou de pancetta, ce qui donne un excellent contraste doux et salé.

Je voulais une soupe un peu épicée pour contrebalancer le goût très doux de la Butternut. Après avoir goûté la chair cuite, j’ai opté pour un mélange 5 épices que l’on trouve facilement dans le commerce.

Soupe au butternut

Une courge musquée ou butternut

2 oignons

2 blancs de poireaux

1 gousse d’ail

1 cuil. à café rase d’un mélange 5 épices ou 4 épices

Noix de muscade

1 cube de bouillon

Huile d’olive

Pré-chauffez votre four sur 160°C (th. 5).

Lavez la courge puis coupez-la en deux dans le sens de la longueur.

Retirez la partie filandreuse qui contient les graines.

Déposez les deux moitiés sur une plaque de cuisson, face bombée en dessous.

Badigeonnez l’intérieur de la courge avec de l’huile d’olive, à l’aide d’un pinceau.

Mettez au four pour une heure à une heure 30, ou jusqu’à ce que la chair soit très tendre.

Préparez 1 litre de bouillon (1 cube de bouillon dans 1 litre d’eau bouillante) et réservez.

Emincez les deux oignons et la gousse d’ail.

Emincez et lavez les deux blancs de poireaux.

Faites revenir ces légumes dans 2 cuil. à soupe d’huile d’olive pendant 10 minutes, à feu très doux.

Ajoutez une cuil. à café rase d’un mélange « 5 épices », de la noix de muscade râpée  et mélangez bien.

Ajoutez ½ litre de bouillon  et laissez mijotez environ 15 minutes, où jusqu’à ce que les poireaux soient bien tendres.

Mixez ce mélange au mixeur plongeur ou dans un mixeur de type blender.

Lorsque la butternut est cuite, retirez la chair avec une grande cuillère puis ajoutez-la dans le mixeur. Ajoutez une partie du restant du bouillon et mixez.

Si la soupe est trop épaisse, rajoutez du bouillon et mixez à nouveau.

Assaisonnez en sel et poivre du moulin.

David a décrété que c'était la meilleure soupe de mon répertoire, Oh, quel compliment !

Posté le5 déc. 04 | dans Une envie de soupes ? | Permalink | Commentaires (7) | TrackBack

> 19/10/2004

Velouté de châtaignes au foie gras poêlé.

Veloute_chataignes_vue_1

Lorsque deux personnes commencent à vivre ensemble, c’est une rencontre entre deux modes de vie différents et parfois même deux cultures. A moins d’avoir eu la même éducation et de venir exactement du même milieu, chacun vient avec ses différences. Ce mélange est souvent une richesse puisque chacun apporte ses goûts et les fait partager à l’autre.

C’est le cas pour David et moi. Il a été élevé dans la culture anglaise avec une pointe de culture galloise apportée par sa mère, et j’ai été élevée dans une culture française, et plus particulièrement de l’Est de la France puisque mon père est lorrain et ma mère alsacienne.

Avec David, j’ai découvert et apprécié la gastronomie britannique. Il a découvert avec moi la gastronomie française.

Il y a une seule chose pour laquelle nous n’avons pas le même avis, c’est le foie gras.

Je l’adore mais David ne l’apprécie point.

On dit souvent qu’il faut faire des concessions dans un couple, c’est vrai mais que devient mon foie gras dans cette histoire ?

J’ai résolu le problème de la manière suivante : j’ai choisi de ne pas lui imposer car je respecte ses goûts, je mange alors du foie gras au restaurant ou lorsque je suis seule.

Pas bête non ?

La semaine dernière, David était en déplacement. Depuis que j’avais eu l’occasion de lire deux excellentes recettes écrites par Martine et Ester dans leurs blogs respectifs, je n’avais pas réussi à me sortir le foie gras de la tête alors je me suis lancée.

J’ai choisi de cuisiner un velouté de châtaignes au foie gras.

A cause de David (non, je plaisante), je ne peux pas acheter de grosses quantités de foie cru. J’ai donc acheté des escalopes de foie gras cru chez Picard (Elle sont actuellement en promotion).

Pour les châtaignes

Si vous allez régulièrement en forêt, je vous conseille donc d’utiliser celles que vous avez cueillies. Si vous êtes citadin ou citadine comme moi, il existe des châtaignes déjà pelées chez Picard ou bien des châtaignes sous vide.

Si votre conjoint, conjointe, ami, amie n’aime pas le foie gras, vous pouvez agrémenter ce velouté de lardons préalablement revenus dans une poêle.

Velouté de châtaignes au foie gras poêlé

Pour 4 personnes

1 kg de châtaignes surgelées
1 branche de céleri
1 blanc de poireau
2 échalotes
1 gousse d’ail
1 cube de bouillon
2 cuil. à soupe d’huile d’olive

4 escalopes de foie gras cru
un peu de farine
sel et poivre du moulin

Lavez et émincez le poireau et le céleri.
Epluchez et émincez les échalotes et la gousse d’ail.
Faites revenir l’ensemble dans 2 cuil. à soupe d’huile d’olive sur feu doux pendant 5 minutes.
Pendant ce temps, faites bouillir 1,5 litre d’eau puis ajouter le cube de bouillon et remuez.
Ajoutez les châtaignes aux légumes, remuez puis ajoutez le bouillon.
Amenez à ébullition puis baissez le feu et laissez cuire à petits frémissements jusqu’à ce que les châtaignes se défassent et soient tendres (à peu près 40 minutes avec les châtaignes surgelées).

Mixez jusqu’à une consistance mousseuse.
Si vous avez un mixer de type « blender », vous devrez mixer en deux fois. Je songe d’ailleurs à investir dans un mixeur plongeur.
Versez ensuite dans une casserole propre et rectifiez l’assaisonnement en sel et poivre.
Tenez au chaud.

Cuisson des escalopes de foie gras cru

J’ai simplement fait cuire les escalopes comme indiqué par Mme Picard.
Farinez et assaisonnez les escalopes sur leurs deux faces puis faites-les cuire à feu vif 1 minute de chaque coté puis 1 minute à feu doux de chaque coté.
Mettez les escalopes sur un papier absorbant puis coupez-les en 4 morceaux .

Veloute_chataigne_apres_vue_1

Dernière étape avant dégustation

Versez le velouté de châtaignes dans 4 bols.
Mettez les morceaux de foie gras sur le velouté.

Servez et dégustez.

Posté le19 oct. 04 | dans Une envie de soupes ? | Permalink | Commentaires (2) | TrackBack

> 01/10/2004

Une envie de soupes ?

Soupe_de_choufleur_a_lindienne_vue_2 Soupe_froide_de_tomates_au_concombre_vueSoupe_de_courgettes_au_boursin_vue_2

Gaspacho de concombre aux mini croûtons

Soupe de chou-fleur à l’indienne

Soupe glacée au yaourt, concombre et tomates

Velouté de châtaignes au foie gras poêlé

Soupe de courgettes au boursin

Soupe à la "Butternut"

Soupe au potiron

Soupes "Be Good"

Velouté de carottes, oranges, gingembre et coriandre

Soupe glacée aux betteraves, pomme et épices

Gaspacho de melon

Velouté de petits pois à la pancetta croustillante

Soupe de courge à la vache qui rit

Velouté de panais aux truffes

Posté le1 oct. 04 | dans Une envie de soupes ? | Permalink | Commentaires (0) | TrackBack

> 26/06/2004

Soupe glacée au yaourt, concombre et tomates.

soupe_froide_de_tomates_au_concombre

Lorsque David jardine, il me demande invariablement « Scally, as tu remarqué que nous avons beaucoup de menthe dans le jardin ? Crois tu que tu pourrais l’utiliser pour la cuisine ? »

Excellente question !

C’est vrai que finalement, hormis dans la tarte au chèvre et à la menthe, dans la salade grecque ou dans le Tzatziki, je n’utilise pas beaucoup de menthe.

covent_garden_soup

En feuilletant mon nouveau livre sur les soupes New Covent Garden Soup Company's Book of Soups, dont j’ai déjà parlé ICI, je suis tombée par hasard sur une soupe glacée au yaourt, concombre et tomates qui utilise une bonne quantité de menthe.

En voilà une bonne manière d’utiliser la menthe du jardin !

Cette soupe fait un excellent déjeuner lorsqu’il fait très chaud.

Pour un buffet, vous pouvez la servir dans des petits verres, à déguster avec une petite cuillère.
Elle serait parfaite pour le « pink buffet » auquel a participé Clotilde il y a quelques mois.

J’aime particulièrement cette recette : elle est très facile à faire et la crème qu’elle contient garde bien les saveurs de la menthe, de l’ail et du tabasco.

Soupe glacée au yaourt, concombre et tomates

Pour 6 personnes ou 12 si servie dans des petits verres

1 grand concombre
2 yaourts (velouté ou bulgare)
une petite bouteille de jus de tomate (20 cl)
½ litre de bouillon de volaille refroidi (1/2 cube de bouillon dans 1/2l d’eau bouillante)
25 cl de crème liquide
1 gousse d’ail écrasée au presse ail
les feuilles ciselées finement d’un petit bouquet de menthe fraîche en gardant
6 feuilles de menthe pour la décoration
Tabasco
Sel et poivre du moulin

Pelez le concombre. Coupez-le en deux dans le sens de la longueur et retirez les pépins à l’aide d’une petite cuillère.
Coupez la chair en petits dés.
Mettez les dés dans une passoire au dessus d’un bol.
Mettez une cuil. à café de sel fin sur le concombre, remuez et laissez dégorger pendant au moins une heure.
Rincez le concombre et mettez-le sur une assiette recouverte de papier absorbant.

Mélangez le yaourt, le jus de tomates, l’ail écrasé, le bouillon refroidi et la menthe ciselée.
Laissez infuser pendant ½ heure.
Filtrez à l’aide d’une passoire fine.
Ajoutez le concombre, la crème liquide et le tabasco.
Assaisonnez en sel et poivre du moulin selon votre goût.

Laissez refroidir au réfrigérateur plusieurs heures.

Servez dans des verres, des assiettes creuses ou des bols avec les feuilles de menthe en décoration.

Les verres sur la photo viennent du magasin Résonances (verres Chiquito), ce sont des verres utilisés dans les bars espagnols pour servir la sangria ou le vin rouge espagnol.

Je les adore et vous risquez de les voir souvent sur mes photos.

Posté le26 juin 04 | dans Une envie de soupes ? | Permalink | Commentaires (3) | TrackBack

> 18/06/2004

Gaspacho de concombre aux mini croutons.

gaspacho_de_concombre

Pour accéder à l'index des recettes de ce blog, cliquez ICI.

Si je lançais un concours sur la soupe la plus simple et la plus rapide du monde, celle-ci aurait la médaille d’or.

Et en plus, elle est excellente et très légère. Les mini croûtons amènent un plus au niveau de la consistance. Non non, je ne suis pas en train d’écrire un article sur comment perdre 3 kg avant d’enfiler son maillot de bain préféré !

Si j’en parle aujourd’hui, c’est que je l’adore et David, qui pensait ne pas aimer le Gaspacho l’a adoré aussi.

C’est une recette de Xavier Mathieu, chef d’origine marseillaise qui tient une auberge dans le Lubéron. J’ai vu cette recette sur la chaîne câblée Gourmet-TV.

Je vois comme un excellent signe que les chefs français qui passent sur le petit écran présentent des choses simples et bonnes.

J’ai appris grâce à lui, que le gaspacho est un terme générique qui regroupe toutes les soupes froides à base de légumes crus et qu’il est traditionnellement agrémenté de vinaigre de Xérès.

Vous trouverez ICI la véritable histoire du Gaspacho (« pain trempé » en arabe).

Xavier Mathieu sert ce Gaspacho en amuse bouche. Je ne prend jamais de soupes dans les restaurants car bizarrement je suis extrêmement lente à les manger. En revanche j’adore les soupes en amuses bouches.

La semaine dernière je me suis jurée que la prochaine fois que nous aurions du monde à la maison, je servirai de la soupe glacée dans des tout petits verres servis avec une petite cuillère.

Dimanche dernier, c’était le cas, j’avais donc préparé une soupe glacée de tomates au concombre. Tout était prêt : la soupe froide dans les petits verres, le tout sur un plateau dans le réfrigérateur.
Le soir, je me suis rendue compte que j’avais oublié de les servir. Geste manqué ?

Gaspacho de concombre aux mini croûtons

Pour deux personnes :

1 concombre
1 gousse d’ail
4 tranches de pain de mie
Huile d’olive
1 cuil. à soupe de vinaigre de Xérès
Quelques gouttes de tabasco
Sel et poivre du moulin

Lavez le concombre, essuyez-le puis pelez-le en laissant une bande sur deux. Coupez-le en morceaux.

Pelez la gousse d’ail, coupez-la en deux en enlevez éventuellement le germe.

Coupez 2 tranches de pain de mie en morceaux après avoir retiré la croûte.

Mixez le concombre avec le pain de mie, la gousse d’ail, 5 cuil. à soupe d’huile d’olive, 1 cuillère à soupe de vinaigre de Xérès, 2 à 3 gouttes de tabasco, du sel et du poivre du moulin.

Rectifier l’assaisonnement si nécessaire.

Mettez ce gaspacho dans un saladier et mettez-le au réfrigérateur.

Pour les mini croûtons :

Coupez 2 tranches de pain de mie en petits dés de 2 à 3 mm après avoir retiré la croûte.

Chauffez 1 cuil. à soupe d’huile d’olive dans une poêle, puis y frire les petits dés de pain de mie. Dés qu’ils sont dorés, réservez-les dans un bol.

Mettez le gaspacho bien froid dans des bols ou des assiettes creuses. Juste au moment de servir, parsemez des mini croûtons puis ajoutez un petit filet d’huile d’olive.

Dégustez ce gaspacho de concombre sans attendre en entrée ou pourquoi pas comme déjeuner par une journée très chaude.

Pour avoir un Gaspacho très frais, vous pouvez mettre vos bols ou vos assiettes au congélateur quelques minutes.

Posté le18 juin 04 | dans Une envie de soupes ? | Permalink | Commentaires (3) | TrackBack

> 14/05/2004

Soupe de chou-fleur à l'indienne

soupe_de_choufleur_a_lindienne

Il y a quelques mois, grâce à Clotilde du blog chocolate&zucchini, j’ai souscrit à un abonnement de fruits et légumes bio auprès de Campanier.

Le principe est simple :

Vous contactez Campanier afin d’avoir les coordonnées du dépositaire le plus proche de votre domicile (en général le magasin bio de votre ville) puis vous passez dans le magasin pour régler l’abonnement. La formule est souple : j’ai choisi un abonnement de quatre semaines que je renouvelle lorsque je viens chercher mes paniers. Si je suis en vacances, je suspends l’abonnement. Tous les mardi vous allez chercher votre panier de fruits et/ou de légumes. Les fruits et légumes sont dans des sacs en papier kraft, très solides. Ils sont livrés avec un document contenant leur provenance et parfois un historique sur certains légumes oubliés et surtout des recettes afin de les préparer. C’est très utile pour les légumes que l’on a pas l’habitude de cuisiner.

Chaque semaine c’est la surprise surtout lorsque je trouve des légumes que je n’achète jamais comme des fèves fraîches, des cotes de blettes avec leurs feuilles, des betteraves crues (avez vous déjà vu des tiges et des feuilles de betterave ? C’est pour moi un vrai plaisir de les découvrir puis de les cuisiner. J’ai même goûté des topinambours et ce n'est pas mauvais.
Chaque semaine, le sac de légumes contient une salade qui est de toute fraîcheur.

Il y a quelques semaines j’ai trouvé dans mon panier un chou-fleur.
Plutôt que de faire un gratin, j’ai préféré faire une soupe.
J’ai choisi une recette de soupe à l’indienne que j’ai vu sur la chaîne câblée Gourmet-TV.

Elle était réalisée sur le plateau par une autodidacte qui a monté un restaurant dans sa maison de famille à Orsay, en région parisienne. Elle était passionnée par son aventure.
Il s’agit de d’Anne-Marie De Gennes.
Je ne connais pas son restaurant ni sa réputation mais vu sa passion, cela doit être une expérience intéressante.

Le boudin sauvage

6, rue de Versailles
91400 Orsay
01 69 28 42 93

Soupe de chou-fleur à l’indienne

500 g de chou fleur
500 g de pomme de terre
2 gros oignons
6 gousses d’ail
1 morceau de gingembre de 15 g
1 cuillère à café rase de curcuma
2 cuillères à café rase de cumin en poudre
3 cuillères à café rase de coriandre moulue
20 cl de crème épaisse
1 cuillère à soupe d’huile d’olive
1/2 litre de bouillon de volaille
Sel

Détaillez le chou-fleur en petits bouquets, lavez-les puis égouttez-les.
Pelez et émincez les oignons et le morceau de gingembre.
Pelez et coupez les pommes de terre en petits cubes, puis lavez-les et égouttez-les.
Pelez les gousses d’ail, coupez-les en deux puis enlevez le germe.

Chauffez une cuillère à soupe d’huile d’olive dans une casserole.
Ajoutez et faites revenir les oignons et le gingembre. Ajoutez ensuite sur feu doux le curcuma le cumin et la coriandre puis, mélangez bien. Ajoutez ensuite les gousses d’ail, le chou fleur et les cubes de pommes de terre, mouillez avec le bouillon de volaille, salez légèrement, et portez à ébullition.

L’ébullition obtenue, couvrez et laissez frémir pendant 20 à 30 minutes environ. Testez la cuisson des légumes avec la pointe d’un couteau.

Versez la soupe dans le bol d’un mixeur (en deux fois), mixez, incorporez la crème épaisse puis mixez à nouveau.

Dégustez cette soupe chaude ou froide . Pour la version froide, rajoutez un verre d’eau si vous la trouvez trop épaisse.

J’ai trouvé cette soupe excellente aussi bien chaude que froide. J’ai beaucoup de chance avec ma fille Gabrielle qui mange absolument tout (même mieux que certains adultes) sauf les soupes. Cette fois ci, elle a goûté et apprécié. Victoire !

Cette soupe a une belle couleur jaune grâce au curcuma et une texture très onctueuse.

Petite précaution : le curcuma a un pouvoir colorant très important (on l’utilise d’ailleurs pour teindre des tissus). Pensez à rincer vos bols et autres ustensiles qui risquent de se colorer légèrement en jaune.

J’ai augmenté les proportions de pommes de terre et de chou fleur afin d’utiliser l’ensemble de mon chou fleur, sans changer la quantité d’épices. J’ai également diminué un peu la quantité de crème fraîche de 25 cl à 20 cl. Si vous souhaitez consulter la recette d’origine, la voici ici.

Posté le14 mai 04 | dans Une envie de soupes ? | Permalink | Commentaires (10) | TrackBack

> 08/04/2004

Une envie de soupe ?

soupe_de_courgettes_au_boursin.jpg

Je ne cuisine pas souvent pour moi seule. En revanche, j’adore les soupes pour un déjeuner en solitaire avec du bon pain et du bon fromage.

La soupe de courgettes au Boursin est l’une de mes préférées du moment.

Je ne peux même pas vous citer ma source. J’ai trouvé cette recette des centaines de fois sur Internet. La première fois que je l’ai lue, je me suis dit : quelle excellente idée !

C’est une soupe qui a beaucoup de goût et une consistance mousseuse très agréable.
Vous pouvez la manger chaude ou froide. Elle se conserve très bien jusqu’au lendemain en gardant sa consistance mousseuse. En revanche, elle supporte mal la congélation contrairement à d’autres soupes.

Soupe de courgettes au Boursin

Pour deux personnes

4 courgettes
½ Boursin ail et fines herbes
½ cube de bouillon
1 litre d’eau

Lavez les courgettes.
Coupez et jetez les extrémités.
Coupez les courgettes en tronçons sans les peler.
Faites bouillir 1 litre d’eau avec du sel et ½ cube de bouillon.
Mettez les courgettes dans l’eau bouillante, baissez le feu et faites-les cuire sur feu moyen une vingtaine de minutes selon la taille des courgettes.
Dans un mixer, mettez les courgettes avec un peu de bouillon puis, mixez.
Ajoutez le Boursin puis mixer à nouveau jusqu’à une consistance mousseuse.

Et voilà, c’est tout.

Si vous aimez les soupes, je vous conseille ces deux livres pour lesquels j’ai craqué tout récemment :

soupes_du_jour.jpg

En français : « Soupes du Jour » d’ Anne-Catherine Bley dans la collection Marabout.

J’ai craqué pour ce livre grâce à ses photos, son petit format (je commence à avoir un peu trop de livres de cuisine !) et son petit prix. Je l’ai adopté ensuite pour ses recettes très simples et savoureuses. J’aime beaucoup la soupe de châtaignes aux lardons et la soupe de chou-fleur au cumin.

En Anglais : “Book of Soups”.

J’ai découvert ce livre dans un restaurant à Paris, The Kitchen. Leur spécialité : les soupes, les tartes, quelques plats ainsi que des jus de fruit frais. Vous pouvez également achetez des soupes à emporter. Le décor est celui d’une grande cuisine en bois clair, vos couverts sont d’ailleurs rangés dans le tiroir de votre table. L’ambiance générale est très décontractée, un peu comme si vous déjeuniez chez une copine ou un copain.

The Kitchen
153, rue Montmartre
Paris 02
Tél : 01 42 33 33 97

Sur le bar, j’ai trouvé une collection très intéressante de livres de cuisine en Français et en Anglais avec des petits bouts de papier à l’intérieur pour marquer les pages, comme à la maison ! J’ai pris au hasard le livre “Book of Soups”. Il a été édité par la responsable des relations publiques de l’entreprise « New Covent Garden Soup Company » qui vend avec succès des soupes en brique au rayon frais des supermarchés en Grande-Bretagne.
C’est anglais, c’est très bon et vous en trouverez parfois chez Monoprix et au RDC du nouveau Lafayette Maison, Bd Haussman. C’est à mon sens l’une des meilleures soupes que l’on peut trouver dans le commerce.
Pour la petite histoire, ils ont quelques soucis en ce moment car il semble que leurs soupes aient un taux de sel plus élevé que l’eau de mer, ce qui n’est pas excellent pour la santé mais j’imagine qu’à présent tout est rentré dans l’ordre !

Ce livre ressemble aux cahiers de recettes de grand-mère. Vous trouverez des recettes telles que : New England Carrot, Apricot and Sesame Soup, Carrot&Coriander Soup, Moroccan Chickpea and Spinach Soup, Roast Parsnip and Parmesan Soup etc.

Pour les amateurs de soupes, je vous invite à aller sur le blog Chocolate&Zucchini et en particulier pour la soupe de fenouil aux écorces d’oranges.


Posté le8 avr. 04 | dans Une envie de soupes ? | Permalink | Commentaires (2) | TrackBack